Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

SANTA BARBARA (GENERIQUE TV)

Publié le par ERIC-C

SANTA BARBARA (GENERIQUE TV)
Santa Barbara est un feuilleton télévisé américain en 2137 épisodes de 52 minutes, créé par Jerome Dobson et Bridget Dobson et diffusé entre le 30 juillet 1984 et le 15 janvier 1993 sur le réseau NBC. En France, le feuilleton a été diffusé du 14 octobre 1985 au 24 juin 1994 sur TF1 (1044 épisodes) et du 19 décembre 2000 au 1er juin 2001 sur TF6 (106 épisodes) avec Sydney Penny, Joseph Cali, Judith Anderson...
L'HISTOIRE : Santa Barbara, splendide ville de Californie, est le théâtre de nombreux conflits. Les Capwell, les Perkins, les Andrade et les Lockridge sont les quatre familles qui s'affrontent.
Tout commence avec le meurtre de Channing Capwell Jr, dont Joe Perkins est accusé. Après cinq ans passées en prison, ce-dernier est bien décidé à prouver son innocence...
.


Voir les commentaires

MacGYVER (GENERIQUE TV)

Publié le par ERIC-C

MacGYVER
 
Série TV américaine (action) (1985-1992) (7 saisons - 139 épisodes - 45 mn) et deux téléfilms de 90 minutes,
 
créée en 1985 par Lee David Zlotoff
 
avec Richard Dean Anderson, Dana Elcar, Robin Mossley, Michael Des Barres, Teri Hatcher; Elyssa Davalos.
 
L'HISTOIRE : Travaillant pour la Fondation Phoenix, MacGyver est appelé à l'aide dès qu'une situation périlleuse l'exige. Adepte de la non-violence, il n'utilise que son intelligence, sa malice et son couteau suisse pour venir à bout de complots, attentats et autres sinistres projets.
MacGyver - Richard Dean Anderson
MacGyver - Richard Dean Anderson    
.

 


Voir les commentaires

IVANHOE (GENERIQUE TV) avec Roger MOORE

Publié le par ERIC-C

IVANHOE (GENERIQUE TV)
Ivanhoé (Ivanhoe) est une série télévisée britannique en noir et blanc de 39 épisodes de 25 minutes, créée par Peter Rogers d'après le roman éponyme de Walter Scott et diffusée entre le 5 janvier 1958 et le 4 janvier 1959 sur le réseau ITV. En France, la série a été diffusée à partir du 11 avril 1959 sur la première chaîne de l'ORTF avec Roger MOORE
L'HISTOIRE : les aventures du célèbre chevalier justicier sous le règne de l'infâme Prince Jean.
.


Voir les commentaires

CORTEX (BANDE ANNONCE 2006) avec André Dussollier, Marthe Keller

Publié le par ERIC-C

CORTEX
.
de Nicolas BOUKHRIEF (VA MOURIRE - LE PLAISIR ET SES PETITS TRACAS - LE CONVOYEUR)
.
avec André DUSSOLLIER - Marthe KELLER - Julien BOISSELIER - Pascal ELBE - Claire NEBOUT - Aurore CLEMENT - Claude PERRON - Olivier LEJEUNE - Gilles GASTON-DREYFUS
Cortex

L'HISTOIRE : Un flic retraité, à la mémoire défaillante, intègre une maison de repos spécialisée et commence à suspecter des crimes dans l'établissement.

Cortex
Cortex
Cortex
Cortex
Cortex
.
(BANDE ANNONCE 2006)



Voir les commentaires

RAISONS D'ETAT (BANDE ANNONCE VO 2011) avec Matt DAMON - Angelina JOLIE - Robert DE NIRO (THE GOOD SHEPHERD)

Publié le par ERIC-C

RAISONS D'ETAT (THE GOOD SHEPHERD)

de Robert DE NIRO (IL ETAIT UNE FOIS LE BRONX)

avec Matt DAMON - Angelina JOLIE - Robert DE NIRO - Joe PESCI - William HURT - John TURTURRO - Billy CRUDUP - Alec BALDWIN - Timothy HUTTON - Michael GAMBON - Chazz PALMINTERI - Jason PATRIC

Affiche américaine. Universal Pictures

 

L'HISTOIRE : 

Edward Wilson a appris très jeune la valeur de l’'honneur et de la discrétion. Étudiant à l’'université de Yale en 1939, doué et issu d'’un milieu privilégié, il est recruté par la Skull and Bones Society, une fraternité secrète qui rassemble la future élite mondiale. L'’intelligence acérée de Wilson, sa réputation sans tache et sa foi profonde dans les valeurs américaines en font un candidat de choix pour les recruteurs des services de renseignement. Ce jeune homme idéaliste est choisi pour travailler au sein de l’OSS, l’'Office of Strategic Services, pendant la Seconde Guerre mondiale. Cette nomination va changer le cours de l’'Histoire : Wilson et plusieurs de ses collègues des services secrets vont créer l’'agence secrète la plus puissante du monde, la CIA... Au sein de la CIA, le secret et la duplicité règnent en maîtres. Reflet d’'un monde plongé dans la paranoïa de la Guerre Froide, Wilson voit son idéalisme peu à peu miné par sa propre suspicion. Imposant ses méthodes comme des procédures standard, il devient l’'un des piliers de l’'Agence, tout en combattant son homologue au KGB dans un jeu d’'échecs planétaire. Mais l'’indéfectible dévouement de Wilson pour son pays a un prix de plus en plus élevé. Pour suivre le chemin qu'’il a choisi, il va devoir sacrifier ce qu'’il a de plus cher au monde...

Universal Pictures

NOTES DE PRODUCTION

«RAISONS D’ÉTAT est une version romancée de l’'Histoire, mais précise en ce qui concerne la presque totalité des événements relatés. Parce que les cinéastes n’ont pas cherché à tout prix à coller aux petits détails, ils ont réussi à saisir plus largement certaines vérités essentielles sur cette période extraordinaire de renseignement, d’'espionnage, de contre-espionnage et de trahison durant la Guerre Froide. Il est impossible de comprendre le présent sans comprendre le passé et le chemin parcouru pour en arriver là où nous en sommes aujourd’'hui. C’'est ce que nous raconte RAISONS D’ÉTAT.» Richard C. A. Holbrooke, Ambassadeur américain aux Nations Unies, 1999-2001

Matt Damon et Alec Baldwin. Studio Canal

ENQUÊTE SUR LA CIA

Depuis le début des années 90, après IL ÉTAIT UNE FOIS LE BRONX, Robert De Niro cherchait un sujet pour sa deuxième réalisation. La productrice Jane Rosenthal, sa partenaire au sein de Tribeca Films, explique : «Bob s’est toujours intéressé à la politique étrangère et au renseignement.»

Toutefois, De Niro ne voulait pas réaliser un film de fiction comme il s’en fait beaucoup autour de l’univers de l’espionnage. Il désirait montrer les véritables rouages internes des services de renseignement et révéler comment ces hommes, anonymes pour la plupart, ont contrôlé notre monde, souvent au prix de lourds sacrifices personnels et professionnels.

Un ami qui connaissait l’intérêt de De Niro pour la CIA lui a présenté Milt Bearden, vétéran de l’Agence retraité depuis trente ans, qui est par la suite devenu le principal conseiller technique du film. Cet ancien agent, qui a dirigé les opérations de la CIA en Afghanistan au milieu des années 80, a accepté d’emmener De Niro en Europe et en Asie pour un voyage d’initiation et d’exploration des arcanes secrets de la collecte de renseignements.

Des régions perdues de l’Afghanistan à la frontière nord-ouest du Pakistan, jusqu’à Moscou, De Niro et Bearden ont voyagé dans beaucoup d’endroits pour nourrir l’approche authentique que souhaitait De Niro. Au cours de ces recherches, De Niro a eu accès à des informations que peu de personnes connaissent. Bearden observe : «Bob a maintenant une connaissance exceptionnellement approfondie de la CIA, de ma génération et de celle d’avant, bien meilleure que n’importe qui ne faisant pas partie du cercle...»

Auteur de plusieurs livres sur la CIA, Milt Bearden précise comment il a pu partager des informations soigneusement gardées sur les opérations du renseignement américain sans nuire aux hommes et aux femmes qui sont actuellement en service actif. «Ma règle d’or est : ne fais rien qui puisse porter atteinte à quiconque ou placer qui que ce soit en danger, ni rien qui puisse rendre le travail plus difficile à ceux qui essaient de le faire aujourd’hui.»

La fascination de Robert De Niro pour le fonctionnement des services de renseignement a continué à mûrir pendant plusieurs années avant qu’il ne reçoive le scénario original de RAISONS D’ÉTAT. Eric Roth avait écrit sur les toutes premières années de la CIA, le sujet même qui intéressait De Niro, et on lui proposait un rôle principal. Jane Rosenthal raconte : «Bob a dit immédiatement que non seulement il voulait jouer dans ce film, mais qu’il voulait le réaliser lui-même !»

Eric Roth, à qui l’on doit les scénarios de succès comme FORREST GUMP, RÉVÉLATIONS, ALI et MUNICH, avait imaginé une histoire qui alliait les éléments d’un thriller d’espionnage excitant et l’observation de la vie quotidienne des membres de la CIA qui avaient fondé l’Agence. «Eric est le meilleur scénariste du cinéma contemporain, s’enthousiasme Jane Rosenthal. Son portrait du fonctionnement interne de la CIA nous a tous impressionnés.»

Roth s’intéressait à une époque antérieure à celle sur laquelle De Niro avait fait ses recherches avec Milt Bearden, mais les deux hommes ont rapidement trouvé un terrain d’entente. Le scénariste précise : «J’étais intrigué et intéressé par la CIA et l’origine de sa création. Cette agence a commencé par ne compter que 17 ou 18 personnes, et elle en compte aujourd’hui 29 000.»

Le scénario commence à l’âge d’or de l’OSS pendant la Seconde Guerre mondiale et s’achève avec l’échec de la CIA à la Baie des Cochons en 1961, et aborde les événements clés de l’histoire de la CIA sur cette période. Eric Roth examine parallèlement les vies des hommes qui ont fondé le puissant service de renseignement américain actuel. Il explique : «Je me suis renseigné sur les gens qui ont été liés aux toutes premières années de fonctionnement de la CIA et sur leur parcours. Traditionnellement, ils venaient de Yale et de la Skull and Bones Society.»

Les membres de la Skull and Bones Society étaient pratiquement exclusivement des hommes blancs de l’Ivy League, de la classe supérieure, considérés comme les plus brillants et les plus prometteurs d’Amérique.

En fait, cette société ultra-secrète compte parmi ses éléments plusieurs membres de l’élite dirigeante américaine, dont le Président George W. Bush, son père, l’ancien Président George Bush, qui a dirigé la CIA avant de devenir chef de l’État américain, et son grand-père, Prescott Bush, ainsi que l’adversaire du Président Bush aux élections de 2004, John Kerry.

Jane Rosenthal et Robert De Niro ont aimé le protagoniste du scénario de Roth, Edward Wilson, un jeune homme sensible qui est choisi pour rejoindre l’OSS en 1939. Les producteurs ont apprécié que dans l’histoire, Roth explore la dimension humaine et personnelle de l’Agence.

Le scénariste explique : «Dans sa jeunesse, Edward Wilson est un idéaliste. Il croit en certaines valeurs et s’efforce de les protéger. Il a foi en ce que l’Amérique a de bon à offrir. Il a une bonne nature, il a du coeur, il croit profondément en la justice. Je voulais un personnage qui puisse nous aider à décrire pourquoi et comment ils ont agi à ce moment-là, puisque Edward est le coeur et l’âme de l’Agence.

J’étais intrigué par la moralité que pouvaient avoir ces gens, et par ce qu’ils étaient prêts à sacrifier. En plongeant plus avant dans mes recherches, j’ai eu envie d’en savoir davantage sur leur vie personnelle. Quelle était la vie de famille d’Edward, quels rapports avait-il avec ses enfants ? Quels rêves faisait-il pour eux ?»

Pour des hommes qui ont dirigé le contre-espionnage, une certaine dose de paranoïa semblait non seulement justifiée, mais inévitable, cependant Eric Roth était curieux de savoir

jusqu’où elle pouvait aller. «Je m’intéressais également à la dimension psychologique, à l’effet que pouvait avoir le fait de vivre dans un univers où on ignore le vrai du faux, qui sont les amis et qui sont les ennemis.»

À une époque antérieure, les États-Unis n’avaient pas encore eu besoin d’un organisme de renseignement qui explore en profondeur les informations étrangères que pouvait fournir l’OSS. Tout a changé avec la Seconde Guerre mondiale, lorsque les dirigeants de l’État ont senti qu’il était temps de créer une agence secrète.

Milt Bearden observe : «Notre pays est bordé par deux grands océans de chaque côté, et il n’y a pas grand-chose à faire de ce côté-là. Mais en Europe, le renseignement a été très vite un outil vital, pour développer et maintenir des alliances complexes avec les pays voisins. À la fin de la Seconde Guerre mondiale, cependant, les États-Unis se sont retrouvés à tenir une nouvelle position dominante dans le monde - et ils ont dû faire face aux menaces qui allaient avec.»

Bearden poursuit : «Le monde est devenu bipolaire : il y avait d’un côté les États-Unis et de l’autre l’Union soviétique. Vous étiez forcément derrière l’un ou l’autre. Et Khrouchtchev a dit : "Nous allons vous enterrer", alors nous nous sommes dit que nous devions faire attention... Après 1945, ç’a été le début de l’empire américain. Un empire américain sans une capacité à se procurer des renseignements n’aurait pas eu de sens.»

Edward Wilson est le produit de cette époque et, dans ses rapports avec l’Union soviétique, il se voit à la fois comme la conscience de l’Amérique et comme le protecteur de ses libertés. En tant que directeur des services de contre-espionnage, son travail est de pénétrer le renseignement ennemi et d’altérer les perceptions des ennemis de son pays. Il est aussi chargé d’apprendre le fonctionnement interne du KGB et ce que sait cette agence sur l’Amérique.

Pour les cinéastes, l’histoire est devenue d’autant plus importante à raconter après les attentats du 11 septembre 2001. Jane Rosenthal raconte : «C’est dans le monde d’après le 11 septembre que les gens ont réellement commencé à s’intéresser à ce sujet. C’est à ce moment-là que les portes se sont ouvertes et que de vraies discussions pour faire ce genre de film ont pu être entamées.»

Plus récemment, RAISONS D’ÉTAT s’est révélé d’une actualité encore plus brûlante avec un scandale politique mettant en cause l’administration Bush, lorsque le chroniqueur Robert D. Novak a dénoncé en juillet 2003 que Valerie Plame, épouse d’un opposant à la guerre en Irak, était un agent de la CIA. Jane Rosenthal commente : «C’étaient exactement les thèmes et le sujet de notre film : notre sécurité nationale. Ça n’aurait pas pu être plus actuel.»

En juin 2005, Morgan Creek a accepté de produire RAISONS D’ÉTAT avec Tribeca. James G. Robinson, explique : «Ce qui m’a plu, c’est que l’histoire illustrait les similitudes entre les deux camps durant la Guerre Froide. Il n’y avait pas beaucoup de différence entre la CIA et le KGB, excepté que lorsque la bureaucratie américaine franchissait la ligne, nous avions le moyen de répliquer contre un système qui causait du tort injustement et illégalement. De toute évidence, ce n’était pas le cas en Russie.»

Richard Holbrooke, ancien ambassadeur américain aux Nations Unies, ancien secrétaire d’État adjoint et diplomate de carrière dit : «Aux yeux des cinéastes, il était important que les événements dépeints dans le film sonnent juste non seulement aux yeux du public, mais à ceux du Renseignement américain. Parce que les cinéastes n’ont pas cherché à tout prix à coller aux petits détails, ils ont réussi à saisir plus largement certaines vérités essentielles sur cette période extraordinaire de renseignement, d’espionnage, de contre-espionnage et de trahison durant la Guerre Froide.»

De Niro précise : «Ce film est un mélange d’événements réels et d’extrapolations sur les personnages. Si nous étions restés fixés sur la précision factuelle de ces événements, nous aurions obtenu un autre genre de film.»

Keir Dullea, Matt Damon et William Hurt. Studio Canal

AGENTS ET NON-AGENTS

Pour incarner Edward Wilson, les cinéastes voulaient un acteur capable de jouer les trente ans d’évolution du personnage, un jeune étudiant innocent qui devient peu à peu un bureaucrate austère.

Le producteur James G. Robinson explique : «Wilson paie cher le fait d’avoir voué toute sa vie à préserver la démocratie. Il n’a pas une existence amusante. Il fait toujours ce qu’il faut faire, ce qui lui semble juste. Il nous fallait un acteur posé, intelligent, qui ait du sang-froid. Matt Damon est tout cela.» L’enthousiasme de Matt Damon pour ce projet a été immédiat. Robert De Niro commente : «Matt n’a fait aucun compromis quant à son personnage. Il ne l’a pas rendu artificiellement sympathique.»

Jane Rosenthal ajoute : «Matt Damon est l’un des meilleurs acteurs actuels. Il était volontaire pour relever le défi et il n’avait pas peur de pousser les choses au-delà de ses limites. Son capital sympathie était important pour ce rôle, parce que les actes de ce personnage ne lui valent pas souvent notre approbation. Matt est quelqu’un de charmant et de très gentil, et cela se sent, ce qui permettait d’avoir plus d’empathie pour ce personnage.»

Au-delà de l’intérêt que Matt Damon portait au scénario, il avait aussi très envie de travailler avec Robert De Niro. «Bob est une idole. Se placer entre ses mains, c’était se placer entre de bonnes mains.»

Matt Damon, qui a fait ses études à Harvard, a passé du temps avec le vétéran de la CIA Milt Bearden durant ses recherches sur son rôle. Il a visité plusieurs des lieux dans lesquels se déroule l’histoire et a lu de nombreux livres sur la CIA. Afin de mieux comprendre l’impact qu’une carrière à l’Agence pouvait avoir sur la vie de famille, Damon a également rencontré certaines des familles de ses fondateurs. Il note : «Il est très difficile d’avoir des relations durables quand on fait ce métier, on est constamment sous pression, et c’est une sacrée pression ! Edward vit dans un monde où les enjeux sont très élevés, et il ne peut se permettre de faire confiance à personne, pas même à ses proches.»

La première victime de ce secret permanent est la femme de Wilson, Clover.

Angelina Jolie incarne ce personnage complexe. Ce choix aurait pu paraître inhabituel pour interpréter une jeune femme de la haute société, fille de sénateur, mais De Niro n’avait aucun doute sur sa capacité à jouer une ingénue qui, devenue épouse d’un espion, va mener une vie de doute constant. Il confie : «Angelina a un instinct très sûr. Elle a apporté au personnage ce que je trouvais essentiel, à sa façon à elle.»

Angelina Jolie explique comment elle s’est identifiée à son personnage : «Quelque part, Clover sait que quelque chose ne va pas dans tout ça. Elle affiche une certaine impertinence, une rébellion. C’est une femme qui a un sens merveilleux de la vie et de ce qui compte vraiment dans l’existence.»

Angelina Jolie et Matt Damon. Studio Canal

JEU DE MIROIRS

IMAGE ET LIEUX DE TOURNAGE

RAISONS D’ÉTAT se déroule sur trois continents entre 1925 et 1961. Les prises de vues ont commencé à la fin de l’été 2005. Le tournage a été difficile, et il a fallu constamment satisfaire à l’exigence de De Niro, qui cherchait le plus grand réalisme possible.

Matt Damon commente : «Bob a une telle vigilance quant aux détails, qu’elle a déteint sur tous les départements créatifs ! Tout, dans les décors, les costumes est rigoureusement exact.»

Depuis des années, De Niro savait qui il voulait comme directeur de la photo : Robert Richardson. Ayant récemment obtenu un Oscar pour la photo de AVIATOR de Martin Scorsese, Richardson avait déjà reçu ce prix pour JFK d’Oliver Stone et a éclairé des films allant de PLATOON à WALL STREET, ainsi que les deux KILL BILL de Quentin Tarantino.

Jane Rosenthal observe : «Bob avait travaillé à plusieurs reprises avec Robert Richardson. Nous lui avions parlé du projet quand nous faisions DES HOMMES D’INFLUENCE et nous savions que lorsque nous ferions ce film, il serait avec nous. Il a un talent pour l’invention et crée des images d’une beauté à couper le souffle.»

De Niro a travaillé avec Richardson selon une technique inhabituelle : ils coupaient le moins souvent possible, et De Niro donnait ses indications aux acteurs alors même que la caméra continuait à filmer.

De Niro explique : «C’est important de donner le plus de liberté possible aux acteurs. S’ils font une erreur, ça ne pose aucun problème. Ils n’ont alors plus peur d’essayer des choses ou de vous faire confiance quand vous leur donnez une indication. C’est très important pour tous les éléments qui relèvent de la créativité du film.»

Le chef monteur Tariq Anwar avait déjà travaillé avec De Niro et Jane Rosenthal sur STAGE BEAUTY. Rosenthal commente : «J’avais admiré le travail de Tariq sur AMERICAN BEAUTY. Bob et moi savions que nous retravaillerions avec lui.»

Pour créer les décors, les cinéastes ont fait appel à la chef décoratrice Jeannine Oppewall, nommée à l’Oscar pour PUR SANG, LA LÉGENDE DE SEABISCUIT, PLEASANTVILLE et L.A. CONFIDENTIAL. Elle connaissait bien les lieux dépeints dans le scénario de Roth car elle a grandi sur la côte Est et a voyagé et vécu dans plusieurs villes européennes, de Berlin à Londres.

RAISONS D’ÉTAT a été tourné à New York, dans les montagnes Adirondack, à Washington, Londres et en République dominicaine. Pour Jeannine Oppewall, la préparation de ce film a exigé une quantité impressionnante de recherches. Elle raconte : «Quand j’ai commencé, j’avais 10 ou 12 recueils de notes pleins ! D’énormes classeurs de 15 cm d’épaisseur !»Pour dépeindre précisément le quartier de Washington où vivent Edward et Clover, la chef décoratrice a visité Alexandria et Arlington, en Virginie. «J’ai un ami dont le père avait fait partie de la CIA, et il m’a emmenée un dimanche après-midi pour que je me fasse une idée de ce à quoi ça pouvait ressembler. Le quartier où vivaient les officiers de la CIA était un endroit impeccable, avec beaucoup d’arbres. Un endroit sans surprise, traditionnel.»

Pour créer Desert Island, l’'endroit où les membres de Skull and Bones et leurs familles aiment prendre leurs vacances, Jeannine Oppewall a cherché sur le front de mer de la Côte Est ce qui pouvait rester des grands camps de vacances de l'’Âge d’or. Finalement, ils ont choisi Great Camp Sagamore, qui était autrefois le lieu de vacances à la campagne de la famille Vanderbilt, sur Raquette Lake, dans les Adirondacks.

Jeannine Oppewall a visité le quartier général de la CIA à Washington, a effectué des recherches complémentaires et a travaillé avec le consultant Milt Bearden pour créer les décors des bureaux de la CIA, de la salle des opérations et de la salle des communications. La chef décoratrice précise : «Le principal souci de Robert De Niro était que tout cadre avec l’époque.»

Bearden ajoute : «Tout ce que vous voyez à l’image est raccord, jusqu’au moindre détail.»

Jeannine Oppewall et son équipe ont aussi trouvé les machines à écrire, les télétypes, les magnétophones et les radios authentiques qu’employait la CIA à l’'époque. Avec l’aide de Milt Bearden pour expliquer ce qu’'il leur fallait chercher en termes d’équipement et de machines, ils se sont adressés à des collectionneurs.

Pour les scènes se déroulant en Grande-Bretagne pendant la guerre, la production s’est déplacée à Londres pour cinq jours afin de tourner dans des lieux qui ne pouvaient pas être recréés en Amérique. L'’équipe a tourné à la gare d’Aldwych au centre de Londres, dans un pub vieux de 250 ans appelé le Windsor Castle situé dans le quartier ouest de la ville, sur le Regent’s Canal au nord de Londres et à Middle Temple, le quartier du Barreau britannique. Une scène impliquant un Lord britannique accusé d’avoir trahi son pays a été filmée au milieu des imposants bâtiments du gouvernement britannique, sur King Charles Street, près de Whitehall.

L’'équipe s’est également rendue à Washington pour quelques jours de tournage parmi les bâtiments du gouvernement fédéral américain. Elle a aussi tourné dans la région de Capital Hill.

De retour à Brooklyn, à Navy Yard, l’'équipe a recréé Berlin en 1945. Les décorateurs ont trouvé là-bas une rue pavée avec des rails de tramway bordée de vieux bâtiments qu’'ils ont transformée en cité dévastée.

Également à Navy Yard, l’'équipe a construit les ruines de la cathédrale de Berlin bombardée, où Wilson et Brocco rencontrent leurs homologues du KGB.

Après des repérages dans différents lieux des Caraïbes, les cinéastes ont choisi la République dominicaine pour tourner les scènes se déroulant à Léopoldville, au Congo belge. Il était plus facile de tourner là-bas qu’'en Afrique.

L'’équipe a passé une semaine à tourner dans la zone coloniale de la Santo Domingo, une très ancienne cité.

Pour les scènes se déroulant au Centre de communication de la CIA sur une plage des Caraïbes, l'’équipe s’est rendue à Playa Nigua, toujours en République dominicaine. Ils y ont tourné dans les ruines d’une villa sur la plage qui appartenait autrefois au célèbre dictateur dominicain Rafael Trujillo. De retour à Santo Domingo, le Palais national de Trujillo a fourni le décor du bureau de Fidel Castro et la cour du Palais national cubain.

Pour finir, des scènes se déroulant au Guatemala en 1947 ont également été tournées en République Dominicaine.

Matt Damon. Studio Canal

(BANDE ANNONCE VO 2011)

Voir les commentaires

Litvinenko : empoisonnement d'un ex agent du KGB - Documentaire de Andreï Nekrassov et Olga Konskaïa

Publié le

LITVINENKO : EMPOISSONNEMENT D'UN EX-AGENT DU KGB (2007)

(Bunt. Delo Litvinenko)

Documentaire de Andreï Nekrassov et Olga Konskaïa

avec Anna Politkovskaïa, André Glucksmann

Litvinenko : empoisonnement d'un ex agent du KGB 

L'HISTOIRE :

A Londres, le 23 novembre 2006, Alexandre litvinenko, nom de code : Sasha, ex-agent du KGB, est empoisonné au Polonium 210. Dès 1998, il est connu en Russie pour ses interventions télévisées où il accuse les services secrets de commanditer des assassinats.

Litvinenko : empoisonnement d'un ex agent du KGB

Litvinenko : empoisonnement d'un ex agent du KGB

Litvinenko : empoisonnement d'un ex agent du KGB

Litvinenko : empoisonnement d'un ex agent du KGB

Litvinenko : empoisonnement d'un ex agent du KGB

 

Sortie le 30 JANVIER 2008 AU CINEMA

Voir les commentaires

ELLE S'APPELLE SABINE (BANDE ANNONCE 2008) avec Sabine BONNAIRE - Sandrine BONNAIRE

Publié le par ERIC-C

ELLE S'APPELLE SABINE

de Sandrine BONNAIRE

avec Sabine BONNAIRE - Sandrine BONNAIRE

Elle s'appelle Sabine

L'HISTOIRE : Un portrait de Sabine Bonnaire, autiste, réalisé par sa soeur la plus proche. Récit de son histoire à travers des archives personnelles, filmées par la comédienne sur une période de 25 ans, et témoignage de sa vie aujourd'hui dans une structure adaptée.
Le documentaire évoque une personnalité attachante dont le développement et les dons multiples ont été broyés par un système de prise en charge défaillant. Après un passage tragique de cinq longues années en hôpital psychiatrique, Sabine reprend goût à la vie, même si ses capacités restent altérées, dans un foyer d'accueil en Charente.

Elle s'appelle Sabine - Sabine Bonnaire

Elle s'appelle Sabine

Elle s'appelle Sabine - Sabine Bonnaire

Elle s'appelle Sabine - Sandrine Bonnaire

A PARTIR DU 30 JANVIER 2008 AU CINEMA

(BANDE ANNONCE)

 

 

 

Voir les commentaires

LE LIBRE ARBITRE (BANDE ANNONCE VOST) de Matthias GLASNER

Publié le par ERIC-C

LE LIBRE ARBITRE (Der freie Wille)

de Matthias GLASNER

avec Jurgen VOGEL - Sabine TIMETEO - Manfred ZAPATKA - Frank GIERING

 Le Libre arbitre

Le Libre arbitre

Le Libre arbitre

Le Libre arbitre

Le Libre arbitre

A PARTIR DU 30 JANVIER 2008 AU CINEMA

(BANDE ANNONCE VOST)

L'HISTOIRE : Après 9 ans de détention psychiatrique pour viol, Theo est libre. Sa peur des femmes, indissociable de son désir insatisfait, fait de son quotidien un véritable enfer. A 27 ans, Nettie est enfin parvenue à se détacher de son père qui la maltraite psychologiquement depuis sa plus tendre enfance. Theo et Nettie font connaissance et s'éprennent l'un de l'autre.
Un voyage commence qui les confrontera à leur libre arbitre...

 

 

 

Voir les commentaires

WELCOME EUROPA (BANDE ANNONCE VOST) Documentaire de Bruno ULMER

Publié le par ERIC-C

WELCOME EUROPA

Documentaire de Bruno ULMER

Welcome Europa 

L'HISTOIRE : Welcome Europa suit le parcours chaotique de huit jeunes kurdes, marocains et roumains qui tentent de gagner Paris, Amsterdam ou Madrid. Seuls, sans visa, ils mènent un combat quotidien pour survivre. Le coup de pouce du destin se résume à une douche et un repas chaud. La pauvreté ou la répression politique les ont poussés à s'exiler pour faire vivre leurs familles restées au pays. Mais le rêve d'un eldorado européen se dissipe dès qu'ils s'en rapprochent...

Welcome Europa

Welcome Europa

Welcome Europa

Welcome Europa

Welcome Europa

Welcome Europa

Welcome Europa

A PARTIR DU 30 JANVIER 2008 AU CINEMA

(BANDE ANNONCE VOST)

 

 

 

Voir les commentaires

BATTLE FOR HADITHA (BANDE ANNONCE VOST 2008) de Nick BROOMFIELD

Publié le par ERIC-C

BATTLE FOR HADITHA

(Prix de la mise en scène au festival de San Sebastian en 2007)

de Nick BROOMFIELD (Juvenile liaison - Diamond Skulls - Aileen Wuornos : The Selling of a serial killer - Kurt & Courtney - Aileen : life and death of a serial killer - Biggie and Tupac)

avec Elliot RUIZ - Eric MEHALACOPOULOS - Falah FLAYEH - Yasmine HANANI - Andrew McCLAREN

Battle For Haditha 

L'HISTOIRE : Irak, 19 novembre 2005 : un convoi de Marines est pris pour cible dans un attentat à Haditha. En représailles, les soldats attaquent brutalement les habitants du périmètre, faisant 24 morts, hommes, femmes et enfants.
Le film est le récit de cette tragédie qu'on qualifiera plus tard de "massacre d'Haditha", montrant aussi bien les habitants d'Haditha, les insurgés, et les Marines, embarqués dans cette logique de destruction.

Battle For Haditha

Battle For Haditha

Battle For Haditha

Battle For Haditha

Battle For Haditha

Battle For Haditha

A PARTIR DU 30 JANVIER AU CINEMA

(BANDE ANNONCE VOST)

 

 

 

Voir les commentaires

TELEPOLIS (LA ANTENA) avec Alejandro URDAPILLETA - Valeria BERTUCCELLI

Publié le

TELEPOLIS (LA ANTENA) (2007)

de Esteban SAPIR

avec Alejandro URDAPILLETA - Valeria BERTUCCELLI

 

L'HISTOIRE : 

An XXXX : dans un monde où la Télévision dicte sa loi, les habitants ont été privés de leur voix et ne peuvent plus communiquer. Obnubilée par les programmes créés par l'agent MR TV, la population se doit de regarder, consommer et manger ses émissions.
MR TV a pour ambition une solution finale visant à hypnotiser le peuple et s'assurer de sa consommation totale. LA VOIX, seule survivante de ce monde anéanti, possède encore la parole et crée l'unique espoir de faire changer les choses.

Telepolis

Telepolis

Telepolis

Telepolis

Telepolis

 

 

Voir les commentaires

OU AVAIS-JE LA TETE ? (BANDE ANNONCE 2008) de Nathalie Donnini

Publié le par ERIC-C

OU AVAIS-JE LA TETE ?

de Nathalie Donnini

 

avec Hippolyte Girardot, Judith Rémy, Philippe Rebbot, Jean-Pierre Cassel, Marc Citti

Où avais-je la tête ?

L'HISTOIRE :Paul-Vincent a renoncé aux femmes et à toute forme de relations avec elles : trop compliqué, trop douloureux, et surtout trop aléatoire... Il a consacré toute son énergie et sa libido à ce qu'il peut maîtriser : son travail, et est aujourd'hui un banquier d'affaires couronné de succès.
Au hasard d'un déplacement professionnel, Paul-Vincent rencontre Agnès, une jeune femme pétillante, qui déborde de vie et est intriguée par cet homme qui semble hermétique à son charme...

Où avais-je la tête ? - Hippolyte Girardot

DEPUIS LE 23 JANVIER 2008 AU CINEMA

(BANDE ANNONCE)

 

 

 

Voir les commentaires

LE ROI ET LE CLOWN (BANDE ANNONCE VO Taiwanais 2008) de Lee Jun-ik

Publié le par ERIC-C

LE ROI ET LE CLOWN - King and the Clown

de Lee Jun-ik

avec Woo-seong Kam, Jin-yeong Jeong, Seong-Yeon Kang

 Le Roi et le clown

 

L'HISTOIRE : Corée, 16ème siècle. Alors que la dynastie Chosun règne en maître sur le territoire, Jang-seng et Gong-gil sont deux comédiens qui travaillent ensemble sur les routes du pays. Jang-seng persuade Gong-gil de se produire à Séoul, dans l'espoir de devenir riche. Arrivés là-bas, ils se font arrêter au cours d'un spectacle pour avoir insulté le Roi. Jang-seng propose alors un pari fou : s'ils arrivent à faire rire le Roi, ils seront libres. Gong-gil, de nature très réservée livre alors un numéro impressionnant provoquant l'hilarité du Roi. Le pari est gagné, ils peuvent rester au Palais. Une relation nouvelle commence alors entre le Roi et Gong-gil...

Le Roi et le clown

Le Roi et le clown

Le Roi et le clown

Le Roi et le clown

Le Roi et le clown

Le Roi et le clown

 

AU CINEMA A PARTIR DU 23 JANVIER 2008

(BANDE ANNONCE VO NON ST Taiwan)

 

 

 

Voir les commentaires

LIVE ! avec Eva MENDES (BANDE ANNONCE VF 2008)

Publié le par ERIC-C

LIVE !

de Bill GUTTENTAG

avec Eva MENDES - David KRUMHOLTZ - Katie CASSIDY - Monet MAZUR

Live !

L'HISTOIRE : Une équipe de reportage suit Katy, productrice télé aux dents longues, qui décide de lancer une nouvelle émission de télé-réalité qui fera exploser les scores d'audience. Les candidats de cette émission au concept révolutionnaire vont s'affronter en direct à la roulette russe pour gagner 5 millions de dollars.

Live ! - David Krumholtz et Eva Mendes

Live !

Live ! - Eva Mendes

Live ! - Eva Mendes

Live ! - Eva Mendes

 

A PARTIR DU 23 JANVIER 2008 AU CINEMA

(BANDE ANNONCE VF)

 

 

 

Voir les commentaires

DIDINE (BANDE ANNONCE 2008) avec Géraldine PAILHAS - Christopher THOMPSON - Julie FERRIER

Publié le par ERIC-C

DIDINE

de Vincent DIETSCHY (CETTE NUIT - JULIE EST AMOUREUSE)

avec Géraldine PAILHAS - Christopher THOMPSON - Julie FERRIER - Benjamin BIOLAY - Edith SCOB - Elodie BOLLEE - Isabelle SADOYAN - Dany - BENEDITO

Didine - Géraldine Pailhas

L'HISTOIRE : Alexandrine, 35 ans, que tout le monde surnomme Didine, se laisse tranquillement porter par le courant, contrairement à sa meilleure amie Muriel. C'est ainsi qu'elle franchit un jour le seuil d'une association d'aide aux personnes âgées où, au contact d'une adolescente extravertie, d'un homme séduisant et d'une vieille dame sans pitié, elle va s'emparer de son existence et rencontrer l'amour.

Didine - Julie Ferrier, Géraldine Pailhas et Pio Marmai

Didine - Géraldine Pailhas et Edith Scob

Didine - Géraldine Pailhas

Didine - Elodie Bollée et Géraldine Pailhas

Didine - Christopher Thompson

A PARTIR DU 23 JANVIER 2008 AU CINEMA

(VOIR LA BANDE ANNONCE)

 

 

 

Voir les commentaires

57000 KM ENTRE NOUS (BANDE ANNONCE 2008) avec Florence THOMASSIN - Mathieu AMALRIC

Publié le par ERIC-C

57000 KM ENTRE NOUS

de Delphine KREUTER

avec Florence THOMASSIN - Pacal BONGARD - Marie BURGUN - Mohamed ROUABHI - Mathieu AMALRIC - Hadrien BOUVIER - Stéphanie MICHELINI - Vera BRIOLE - Chloe MONS - Julie LAND - Eve BITOUN - Jacob LYON - Victor FIEVE - Grégory EPENOY - Martin MENAHEM - Emmanuel FINKIEL

57000 km entre nous 

L'HISTOIRE : Une famille recomposée qui s'expose en permanence sur un site web, les personnages que l'on rencontre à travers eux, des écrans partout pour se voir et se parler...
Nos fantasmes actualisés par les moyens de communication moderne, être là en étant loin, être à 57 000 km de toi quand le tour de la terre en fait 40 000, et que je suis tout près...
Des distances, générationnelles, culturelles, sexuelles, sociales...
Des idées et des réalités qu'on peut tenter de rapprocher, à travers les images, aujourd'hui, pour révéler nos fractures, nos peurs, de toujours.
57000 km entre nous ou de l'influence de l'Internet sur la famille dysfonctionnelle...

57000 km entre nous

57000 km entre nous - Florence Thomassin

57000 km entre nous

57000 km entre nous

57000 km entre nous

A PARTIR DU 23 JANVIER 2008 AU CINEMA

(BANDE ANNONCE)

 

 

 

Voir les commentaires

REPRISE (BANDE ANNONCE VO 2006) de Joachim TRIER

Publié le par ERIC-C

REPRISE (2006)
.
de Joachim TRIER
.
avec Espen Klouman Høiner, Anders Danielsen Lie, Viktoria Winge
.
RepriseAuf Anfang

SYNOPSIS : A playful film about friendship, madness and creativity, about love and sorrow, great ambitions and the often unpleasant clash between youthful presumptions and reality.

.
(BANDE ANNONCE VO NON ST 2006)



Voir les commentaires

VITUS L'ENFANT PRODIGE (BANDE ANNONCE VF 2008) de Fredi M. Murer

Publié le par ERIC-C

VITUS L'ENFANT PRODIGE

de Fredi M. Murer (L'AME SOEUR)

avec Fabrizio Borsani, Teo Gheorghiu, Julika Jenkins

Vitus, l'enfant prodige

L'HISTOIRE : Vitus est quasiment un extraterrestre. Il a l'oreille fine, il joue admirablement du piano et il dévore déjà tous les tomes de l'encyclopédie à l'âge du jardin d'enfants. Pas étonnant que ses parents convoitent pour lui une carrière des plus ambitieuses. En effet, Vitus doit devenir pianiste. Mais le jeune génie préfère bricoler dans la menuiserie de son têtu de grand-père. Il rêve de voler et d'avoir une enfance des plus normales. En fin de compte, Vitus prendra sa propre vie en main, ce qui ne se passera pas sans quelques éclats...

Vitus, l'enfant prodige

Vitus, l'enfant prodige

Vitus, l'enfant prodige

Vitus, l'enfant prodige

Vitus, l'enfant prodige

DEPUIS LE 9 JANVIER 2008 AU CINEMA

(BANDE ANNONCE VF)

 

 

 

Voir les commentaires

L'HOMME QUI MARCHE (BANDE ANNONCE 2008) avec César Sarachu, Mireille Perrier, Florence Loiret

Publié le par ERIC-C

L'HOMME QUI MARCHE

de Aurélia Georges

avec César Sarachu, Mireille Perrier, Florence Loiret

L'Homme qui marche

L'HISTOIRE : Milieu des années 70 : Un photographe fait la connaissance d'un homme émacié et ténébreux, au visage d'oiseau de proie. L'homme s'appelle Viktor Atemian. C'est l'histoire de cet homme, qui s'improvise écrivain, rencontre le succès, puis traverse le désert pour finir à la rue. Un film sur le temps qui passe, les renoncements, les sauts dans le vide.

L'Homme qui marche

L'Homme qui marche

L'Homme qui marche

L'Homme qui marche

AU CINEMA DEPUIS LE 9 JANVIER 2008

(BANDE ANNONCE)

 

 

 

Voir les commentaires

DEATH NOTE (BANDE ANNONCE VOST 2008) de Shusuke Kaneko

Publié le par ERIC-C

DEATH NOTE

de Shusuke Kaneko (AZUMI 2)

Avec Tatsuya Fujiwara, Takeshi Kaga, Shido Nakamura

Death Note The Last Name 1 & 2

 

L'HISTOIRE : Le Cahier de la Mort. Il suffit d'y apposer le nom de la personne à châtier et d'avoir en tête son visage pour que cette dernière meure d'une crise cardiaque. Quand ce cahier tombe entre les mains de Light, brillant lycéen au tempérament assez taciturne, il décide d'exploiter le Death Note pour appliquer sa propre justice et devenir l'égal de la mort.
Ainsi, Ligth note soigneusement les noms des meurtriers les plus recherchés par la police, restés impunis jusqu'à présent. Cette vague de morts mystérieuses alerte Interpol, qui, dépassé par la situation, confie l'affaire à Lind L. Tailor, plus communément appelé L. Personne ne connaît son véritable nom, ni son visage, mais il résout n'importe quelle affaire, même celles où la mort est impliquée.
Une traque infernale s'engage alors entre les deux hommes, sous le regard amusé de Ryûk, le Dieu de la mort à l'origine de ce carnage.

Death Note The Last Name 1 & 2

Death Note The Last Name 1 & 2

Death Note The Last Name 1 & 2

Death Note The Last Name 1 & 2

 

DEPUIS LE 9 JANVIER 2008 AU CINEMA

(BANDE ANNONCE VOST)

 

 

 

Voir les commentaires

LE CHANTAGE (SHATTERED) (BANDE ANNONCE VF 2008) avec Pierce Brosnan, Maria Bello, Gerard Butler

Publié le par ERIC-C

LE CHANTAGE (SHATTERED)

de Mike BAKER (THE JAMES GANG)

avec Pierce Brosnan, Maria Bello, Gerard Butler

Le Chantage

L'HISTOIRE : La vie de Neil et Abby Warner est à tous points de vue parfaite : un couple idyllique, une adorable petite fille, une maison magnifique... Mais tout bascule lorsque leur fille est enlevée. Ils se rendent alors vite compte que le kidnappeur n'en veut pas à leur argent. Il cherche à les détruire en les confrontant au pire des dilemmes : tuer un innocent s'ils veulent sauver leur enfant...

Le Chantage - Maria Bello et Pierce Brosnan

Le Chantage

Le Chantage - Maria Bello et Gerard Butler

Le Chantage - Maria Bello, Pierce Brosnan et Gerard Butler

 

DEPUIS LE 2 JANVIER 2008 AU CINEMA

(BANDE ANNONCE VF)

 

 

 

Voir les commentaires

LE LIBRE ARBITRE (Der freie Wille) (BANDE ANNONCE ALLEMAGNE 2008) avec Jurgen VOGEL - Sabine TIMETEO

Publié le par ERIC-C

LE LIBRE ARBITRE (Der freie Wille)

de Matthias GLASNER

avec Jurgen VOGEL - Sabine TIMETEO - Manfred ZAPATKA - Frank GIERING

Le Libre arbitre

L'HISTOIRE : Libéré après plusieurs années de détention pour viol, un homme tente de reconstruire sa vie.

Le Libre arbitre

Le Libre arbitre

Le Libre arbitre

A PARTIR DU 30 JANVIER 2008 AU CINEMA

(BANDE ANNONCE ALLEMAGNE VO NON ST)

 

 

 

Voir les commentaires

JOHN LENNON - IMAGINE (BOF CLIP : IMAGINE)

Publié le par ERIC-C

JOHN LENNON - IMAGINE (BOF CLIP : IMAGINE)
Yoko Ono et John Lennon. Lions Gate Films Inc.
.


Voir les commentaires

DEATH SENTENCE (BANDE ANNONCE VOST 2008) avec Kevin BACON - Kelly PRESTON - John GOODMAN

Publié le par ERIC-C

DEATH SENTENCE

de James WAM (SAW)

avec Kevin BACON - Aisha TYLER - Kelly PRESTON - John GOODMAN

Death Sentence

 

L'HISTOIRE : Entre sa carrière réussie et sa vie de famille épanouie, l'existence de Nick Hume est plutôt confortable. Pourtant, un soir, alors qu'il fait le plein d'essence avec son fils aîné, Brendan, la route de Nick va croiser celle d'un gang. Son fils n'y survivra pas.
Bien qu'arrêté, le coupable, Joe Darly, est vite libéré. Pour Nick, il n'est pas question qu'il puisse s'en tirer ainsi. Ravagé par la douleur et assoiffé de vengeance, il décide de prendre les choses en main et de punir lui-même l'assassin de son fils. Après avoir abattu Joe, Nick tente de revenir à son ancienne vie auprès de sa femme, Helen, et de son fils survivant, Lucas.
Nick croit que tout est fini, mais il a du sang sur les mains, et le grand frère de Joe, Billy, le chef du gang, est sur ses traces. Jusqu'où iront les deux hommes au nom de leur famille ?

Death Sentence

Death Sentence - Kevin Bacon

Death Sentence

Death Sentence - Kevin Bacon

Death Sentence

Death Sentence - John Goodman et Kevin Bacon

(BANDE ANNONCE VOST)

 

 

 

Voir les commentaires

LA GUERRE SELON CHARLIE WILSON (BANDE ANNONCE US 2008) avec TOM HANKS - JULIA ROBERTS - PHILIP SEYMOUR HOFFMAN

Publié le par ERIC-C

LA GUERRE SELON CHARLIE WILSON (CHARLIE WILSON'S WAR)

de Mike NICHOLS (LE LAUREAT - CE PLAISIR QU'ON DIT CHARNEL - LA BRULURE - A PROPOS D'HENRY - WOLF...)

avec TOM HANKS - JULIA ROBERTS - PHILIP SEYMOUR HOFFMAN - Amy ADAMS

L'HISTOIRE : Le destin hors norme d'un membre du Congrès texan qui se faisait appeler Good Time Charlie en raison de son penchant pour l'alcool et les femmes. Découvert à Las Vegas en compagnie de deux strip-teaseuses cocaïnomanes, ce dernier vit sa carrière politique malmenée au début des années 80 et se racheta une conduite en contribuant de manière indirecte à la débâcle de l'Armée rouge en Afghanistan.

La Guerre selon Charlie Wilson

La Guerre selon Charlie Wilson - Tom Hanks et Julia Roberts

LE 16 JANVIER 2008 AU CINEMA

(BANDE ANNONCE US VO NON ST)

 

 

 

Voir les commentaires

1 2 3 > >>