Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Babylon AD (2008) de Mathieu Kassovitz avec Vin Diesel, Mélanie Thierry

Publié le

Babylon A.D.

de Mathieu Kassovitz (Metisse, La Haine, Assassin(s), Les Rivières Pourpres, Gothika)

avec Vin Diesel, Mélanie Thierry, Michelle Yeoh, Mark Strong, Gérard Depardieu, Charlotte Rampling, Jérôme Le Banner, Alain Figlarz, Lambert Wilson, Nicky Naude

Babylon A.D.

L'HISTOIRE :

Toorop a mené bien des combats et survécu aux guerres qui ont ravagé le monde depuis le début du XXIème siècle. La mafia qui règne sur l'Europe de l'Est confie une mission délicate à ce mercenaire : convoyer de Russie jusqu'à New York une mystérieuse jeune fille prénommée Aurora pour la remettre aux mains d'un ordre religieux tout puissant...

Babylon A.D. - Vin Diesel

Babylon A.D. - Vin Diesel

Babylon A.D. - Affiche teaser américaine

 

Voir les commentaires

King Rising, Au Nom Du Roi (In the Name of the King - A Dungeon Siege Tale) (BANDE ANNONCE VO 2008) avec Jason STATHAM, Ray LIOTTA

Publié le par ERIC-C

Au Nom Du Roi (In the Name of the King - A Dungeon Siege Tale)

.

Film d'action de Uwe BOLL (ALONE IN THE DARK)

.

avec Jason STATHAM - Leelee SOBIESKI - John RHYS-DAVIES - Ron PERLMAN - Burt REYNOLDS - Ray LIOTTA - Matthew LILLARD - Kristanna LOKEN - Claire FORLANI

.

In the Name of the King - A Dungeon Siege Tale - Affiche américaine

L'HISTOIRE : Dans le royaume imaginaire d'Ehb, théâtre d'une guerre sans merci que se livrent le roi Konreid et son ennemi, le diabolique Gallian, l'héroïque Farmer, voué à être prince, se lance à la recherche de Solana, sa femme kidnappée, et tente de venger la mort de son fils, tué par des montres appelés Krugs.

.

(BANDE ANNONCE VO 2008)



Voir les commentaires

MACHETE (2010) de Robert RODRIGUEZ avec Danny TREJO

Publié le

MACHETE

de Robert RODRIGUEZ (PLANETE TERREUR, SIN CITY, UNE NUIT EN ENFER, SPY KIDS, DESPERADO...)

Scénario de Robert RODRIGUEZ

Produit par Robert RODRIGUEZ, Quentin TARANTINO et Elizabeth AVELLAN

avec Danny TREJO - Jeff FAHEY

L'HISTOIRE : 

Après avoir été piégé et trahi par l’homme qui l’a engagé pour assassiner un sénateur du Texas, un ex-Federale lance une brutale rampage de vengeance contre son ancien patron.

 

Voir les commentaires

D-War : La guerre des dragons (D-War) (BANDE ANNONCE US 2007)

Publié le par ERIC-C

D-War : La guerre des dragons (D-War)
de Hyunh RAE SHIM
avec Jason BEHR - Amanda BROOKS - Craig ROBINSON - Elizabeth PENA - Robert FORSTER
Musique de Steve JABLONSKY
 

L'HISTOIRE : Un vieil antiquaire apprend à Ethan, un jeune garçon, qu'il est la réincarnation d'un guerrier légendaire mort il y'a plus de 500 ans pour sauver sa bien-aimée d'un immense dragon nommé Buraki. Il lui confie une mission : retrouver la réincarnation humaine de Narin, la bien-aimée du guerrier, afin de combattre à nouveau ensemble.
Vingt ans plus tard, Ethan est devenu reporter. Alors qu'il rencontre par hasard la réincarnation de Narin, un immense serpent fait son apparition à Los Angeles...

SYNOPSIS : A giant snake from ancient days appears in modern-day Los Angeles in the hopes of finding a woman who has the key to transforming it into a dragon.

Dragon Wars
Dragon Wars
Dragon Wars
 
(BANDE ANNONCE US VO NON ST 2007)



Voir les commentaires

SAGAN (BANDE ANNONCE 2008) avec Sylvie Testud, Pierre Palmade

Publié le par ERIC-C

 

SAGAN

.

de Diane KURYS (Diabolo menthe - Cocktail Molotov - Coup de foudre - Un Homme amoureux - La Baule-les-Pins - Après l'amour - A la folie - L'Anniversaire)

.

avec Sylvie Testud, Pierre Palmade, Lionel Abelanski, Jeanne Balibar, Denis Podalydès, Arielle Dombasle, Samuel Labarthe, Guillaume Gallienne, Bruno Wolkowitch, Gwendoline Hamon

.

Sagan

L'HISTOIRE : "Sur ce sentiment inconnu, dont l'ennui, la douceur m'obsèdent, j'hésite à apposer le nom, le beau nom grave de tristesse." Françoise a tout juste 18 ans quand elle écrit les premières lignes de Bonjour Tristesse, un roman dont le succès fulgurant suffira à lancer le mythe de " La Sagan ". Un mythe fait de formules brillantes, d'amours affranchies et de scandales tapageurs, derrière lesquels se cache une femme, que l'on qualifie d'anticonformiste pour ne pas la dire libre. Libre d'écrire, d'aimer, et de se détruire...

.

Sagan - Sylvie Testud

.

Sagan - Sylvie Testud et Pierre Palmade

.

(BANDE ANNONCE 2008)



Voir les commentaires

Fireflies in the Garden (2008) avec Julia Roberts, Carrie-Anne Moss, Ryan Reynolds

Publié le

Fireflies in the Garden

Film de Dennis Lee

avec Julia Roberts, Carrie-Anne Moss, Ryan Reynolds

L'HISTOIRE :

Les complexités de l'amour et de l'engagement dans une famille déchirée par une tragédie.

 

Voir les commentaires

ACTUELLEMENT : Seuls Two (PRE BANDE ANNONCE 2) 25 06 2008

Publié le

LES AJOUTS DES 30 DERNIERS JOURS DANS MON BLOG, CLIQUEZ (ICI), (ICI) LE CALENDRIER DES SORTIES FILMS 2008/2009

SEULS TWO

de Eric JUDOR et Ramzy BEDIA

avec Eric JUDOR - Ramzy BEDIA - Elodie BOUCHEZ - Kristin SCOTT THOMAS - Benoit MAGIMEL - Edouard BAER - Omar SY - Fred TESTOT - MC Jean GAB'1

L'HISTOIRE : Gervais, policier à Paris, maladroit et entêté, est la risée de son commissariat. Depuis des années, il file sans relâche, un esthète de la cambriole, drôle et narquois, Curtis qui, chaque fois, lui échappe et le ridiculise. Un beau matin, après une course poursuite manquée, Gervais se réveille dans une capitale vidée de tous ses habitants. Tous ? Pas tout à fait. Un second individu fonce dans les rues désertes au volant d'une Formule 1 : Curtis ! Voilà nos deux héros seuls au monde, peut-être l'occasion d'enterrer la hache de guerre et de profiter de la situation...Mais ce serait sans compter sur la droiture de Gervais et surtout sur son obstination. Pour lui, la place de Curtis est en prison et rien ne saurait le faire dévier de sa mission...

Seuls Two - Eric Judor

Seuls Two - Ramzy Bedia

Seuls Two - Ramzy Bedia

Seuls Two - Ramzy Bedia

Seuls Two - Eric Judor et Ramzy Bedia

Seuls Two - Ramzy Bedia et Eric Judor sur le tournage

A PARTIR DU 25 JUIN 2008 AU CINEMA

(CI-DESSOUS LA PRE BANDE ANNONCE 2) + LA PRE BANDE ANNONCE 1 ICI



Voir les commentaires

ACTUELLEMENT : SEULS TWO (PRE BANDE ANNONCE) 25 06 2008

Publié le

LES AJOUTS DES 30 DERNIERS JOURS DANS MON BLOG, CLIQUEZ (ICI), (ICI) LE CALENDRIER DES SORTIES FILMS 2008/2009

SEULS TWO

de Eric JUDOR et Ramzy BEDIA

avec Eric JUDOR - Ramzy BEDIA - Elodie BOUCHEZ - Kristin SCOTT THOMAS - Benoit MAGIMEL - Edouard BAER - Omar SY - Fred TESTOT - MC Jean GAB'1

L'HISTOIRE : Gervais, policier à Paris, maladroit et entêté, est la risée de son commissariat. Depuis des années, il file sans relâche, un esthète de la cambriole, drôle et narquois, Curtis qui, chaque fois, lui échappe et le ridiculise. Un beau matin, après une course poursuite manquée, Gervais se réveille dans une capitale vidée de tous ses habitants. Tous ? Pas tout à fait. Un second individu fonce dans les rues désertes au volant d'une Formule 1 : Curtis ! Voilà nos deux héros seuls au monde, peut-être l'occasion d'enterrer la hache de guerre et de profiter de la situation...Mais ce serait sans compter sur la droiture de Gervais et surtout sur son obstination. Pour lui, la place de Curtis est en prison et rien ne saurait le faire dévier de sa mission...

Seuls Two - Eric Judor

Seuls Two - Ramzy Bedia

Seuls Two - Ramzy Bedia

Seuls Two - Ramzy Bedia

Seuls Two - Eric Judor et Ramzy Bedia

Seuls Two - Ramzy Bedia et Eric Judor sur le tournage

A PARTIR DU 25 JUIN 2008 AU CINEMA

(PRE BANDE ANNONCE)



Voir les commentaires

ACTUELLEMENT : DES POUPEES ET DES ANGES (BANDE ANNONCE) 25 06 2008

Publié le

LES AJOUTS DES 30 DERNIERS JOURS DANS MON BLOG (ICI), (ICI) LE CALENDRIER DES SORTIES FILMS 2008/2009

DES POUPEES ET DES ANGES

de Nora Hamdi

avec Leïla Bekhti, Karina Testa, Samy Naceri, Samuel Le Bihan, Fejria Deliba, Léa Seydoux, Gianni Giardinelli, Dalia Serradj, Théo Frilet, Alice Mesnil, Nina Melo, Jean-Louis Tribes, Aurélia Crebessegues, Julie Duclos, Yves Espargiliere, Thibault Grabherr

Des poupées et des anges

L'HISTOIRE : Lya, 17 ans, vit dans une cité de banlieue avec ses soeurs Chirine, 18 ans, et Inès, 7 ans.
Depuis que Chirine est devenue femme, son père ne lui parle plus. Dans sa famille, Lya est la seule à tenir tête à ce père devenu violent.
A Paris, Chirine rencontre Alex, qui se dit agent et lui propose de devenir mannequin. Mais à travers le regard de Lya, Chirine prend conscience qu'elle est en train de tomber dans la prostitution. La révolte de Lya va réconcilier le père avec ses filles et Chirine va apprendre à se défendre. Elle rencontre alors Simon, un publicitaire reconnu qui, fasciné par sa beauté, prend son destin en main...
Entre banlieue et capitale, amour et violence, à travers leur quotidien, Chirine et Lya cherchent leur place de femme dans un monde où l'humanité tente de survivre.

Des poupées et des anges

Des poupées et des anges

Des poupées et des anges

Des poupées et des anges

Des poupées et des anges

Des poupées et des anges

A PARTIR DU 25 JUIN 2008 AU CINEMA

(BANDE ANNONCE)



Voir les commentaires

ACTUELLEMENT : UN JOUR PEUT ETRE (BANDE ANNONCE VF) 25 06 2008 (Definitely, Maybe)

Publié le

LES AJOUTS DES 30 DERNIERS JOURS DANS MON BLOG (ICI), (ICI) LE CALENDRIER DES SORTIES FILMS 2008/2009

UN JOUR PEUT ETRE (Definitely, Maybe)

de Adam Brooks (Almost You - Le Petit chaperon rouge - The Invisible Circus)

avec Ryan Reynolds, Isla Fisher, Elizabeth Banks, Rachel Weisz, Abigail Breslin, Kevin Kline, Derek Luke, Kevin Corrigan, Annie Parisse

Un jour, peut-être

L'HISTOIRE : Will Hayes est un jeune père New Yorkais d'une trentaine d'années en plein divorce lorsque sa fille de onze ans, Maya, le questionne sur sa vie avant qu'il ne soit marié. Elle veut savoir comment ses parents se sont rencontrés et comment ils sont tombés amoureux. L'histoire de Will commence en 1992 alors qu'il n'était encore qu'un jeune politicien qui débarquait de son Wisconsin natal à New York pour travailler sur la campagne de Clinton. Will raconte ses péripéties avec son meilleur ami, Russell, et, sous forme de puzzle, ses 3 grandes histoires d'amour. Il y a eu Emily, son amour de lycée; April, sa meilleure-amie et confidente de toujours et Summer, une journaliste ambitieuse. L'une d'entre elles est la mère de Maya mais ce n'est qu'à la fin de l'histoire qu'elle saura avec laquelle il s'est marié.

Un jour, peut-être - Isla Fisher et Ryan Reynolds

Un jour, peut-être - Ryan Reynolds et Abigail Breslin

Un jour, peut-être - Rachel Weisz et Ryan Reynolds

A PARTIR DU 25 JUIN 2008 AU CINEMA

(BANDE ANNONCE VF)



Voir les commentaires

Au bout de la nuit (BANDE ANNONCE 2008) avec Keanu Reeves, Forest Whitaker (Street Kings)

Publié le par ERIC-C

AU BOUT DE LA NUIT (STREET KINGS)
de Davis AYER
avec Keanu REEVES - Forest WHITAKER - Hugh LAURIE - Chris EVANS - COMMON - THE GAME
Au bout de la nuit
 
 

L'HISTOIRE : Un flic de Los Angeles, qui survit tant bien que mal après la mort de sa femme, se voit impliqué dans l'exécution d'un collègue officier. Il est contraint d'aller à l'encontre de la culture policière dans laquelle il a baigné durant toute sa carrière afin de trouver les véritables coupables.

Au bout de la nuit
Au bout de la nuit
Au bout de la nuit
Au bout de la nuit
 
(BANDE ANNONCE 2008)



Voir les commentaires

NARNIA 2 - INTERVIEW AVEC BEN BARNES

Publié le

LE MONDE DE NARNIA : PRINCE CASPIAN

Visite sur le plateau de Prague, le 5 juin 2007

 

Dans Le Monde de Narnia : Prince Caspian, second volet de l’'adaptation cinématographique des classiques de C. S. Lewis par Disney, les quatre enfants Pevensie se retrouvent mystérieusement transportés dans le monde de Narnia. Cependant, le royaume est très différent de ce qu'’ils avaient quitté à la fin de leur dernière aventure. Les gentilles créatures narniennes vivent cachées, terrorisées par l’impitoyable roi Miraz, et les Pevensie sont le seul espoir de Narnia. En s’'unissant au prince Caspian, neveu de Miraz et légitime héritier du trône de Narnia, ils pourront enfin rétablir la paix dans le Royaume. Andrew Adamson, metteur en scène, a cherché pendant toute une année l’'acteur idéal pour le rôle-titre crucial ; en Europe, en Australie, ainsi qu’'en Amérique du Nord et du Sud, avant de rencontrer le jeune acteur britannique de 26 ans, Ben Barnes. Déjà vu au théâtre, il a également eu un petit rôle dans le film fantastique Stardust, le mystère de l’'étoile.

INTERVIEW AVEC BEN BARNES

Q : Il y avait un très grand nombre de jeunes acteurs pressentis pour obtenir le rôle du Prince Caspian. Comment s’'est déroulé le processus de sélection ?

BB : Je suis arrivé très tard, car je crois que le metteur en scène et les producteurs cherchaient un acteur depuis longtemps.

Quelqu'’un est venu voir une pièce que je jouais à Londres et m’a invité à rencontrer le directeur de casting, simplement pour lire deux scènes. J'’ai ensuite rencontré le metteur en scène Andrew Adamson et tous les producteurs. Puis j'’ai fait un essai la semaine suivante et quatre jours plus tard j’'avais le rôle. Cela a été très rapide.

Q : Pour ceux qui n’'ont pas lu le livre, comment d'écririez-vous le Prince Caspian ?

BB : Eh bien, j'’aime ce personnage car il ressemble à chacun d’'entre nous et que l’on peut facilement s'’identifier à lui. On peut comprendre ce qu'’il ressent : quand il se sent vulnérable, on se sent vulnérable, et quand il se sent fort, on a le sentiment que tout va pour le mieux. Il est aussi très digne, tout cela me plaît énormément.

Q : Avez-vous dû vous soumettre à une préparation spéciale pour le rôle ?

BB : En fait, je n'’ai pas eu beaucoup de temps car j’'ai été choisi peu de jours avant le début du tournage. Je suis descendu de l'’avion en Nouvelle-Zélande et en littéralement 20 minutes j’'étais déjà sur un cheval pour l'’entraînement aux cascades. J’'ai fait ça pendant huit semaines, ça a même parfois été assez dur.

Q : Connaissiez-vous les histoires de Narnia avant de décrocher ce rôle ?

BB : Je connaissais les trois premiers volumes de la série : Le Lion, la sorcière blanche et l’'armoire magique, Le Prince Caspian et L'’Odyssée du passeur d’'aurore. Je me souviens aussi d’'avoir regardé une adaptation pour la BBC de L’Odyssée du passeur d’aurore. J’avais le bon âge pour que les histoires captent vraiment mon imagination. Ensuite, la première fois que j’'ai entendu parler du casting pour ce film, je suis allé chercher dans mes livres et j’'ai trouvé mon vieil exemplaire du Prince Caspian, daté de 1989. A l’'époque j’'avais huit ans. Sur la couverture  il y avait même une vignette: "Je ne supporte pas d’être sans mes livres" avec mon nom inscrit en dessous.

Q : Vous êtes considérablement plus âgé que le personnage du prince Caspian tel qu'’il est d'écrit dans les livres. Y a-t-il une raison ?

BB : Ceux qui connaissent les livres imaginent généralement le prince Caspian comme un jeune garçon, mais pour le film, il était logique de le vieillir un peu car tous les acteurs qui incarnent les enfants Pevensie ont l’'air tellement grand maintenant. La seule information que nous avons pu trouver dans le livre, avec Andrew Adamson, est le passage qui raconte la première rencontre entre Peter et le Prince, où Caspian est décrit comme "un garçon d’à peu près son âge". Dans la première partie du livre, Caspian a une nourrice et paraît très jeune, mais dans le chapitre suivant, il est avec son précepteur et mentor le docteur Cornelius; il paraît soudain beaucoup plus mûr pose des questions qui ne semblent pas typiques d’'un garçon de 13 ans. Enfin, je crois que nous avons décidé qu'’il devait avoir environ 17 ans pour le film. Evidemment, je suis un peu plus vieux que ça, donc j’'ai dû me raser deux fois par jour.

Q : Votre premier jour de tournage a-t-il été particulièrement éprouvant ?

BB : Eh bien, la première scène que j’'ai tournée était une scène qui se déroule après que je sois tombé de cheval au début du film - et pendant laquelle ce cheval me traîne sur plusieurs mètres car mon pied s’'est coincé dans l’'étrier-. Donc je suis sur le dos dans la forêt, en train d’'être tiré par un cascadeur. Je n'’ai pas vraiment eu le temps d’'avoir le trac. J'’ai aussi eu beaucoup de chance parce qu’'Andrew est un metteur en scène qui aime filmer dans l'’ordre chronologique. Donc le fait que je me sente un peu dépassé pendant les deux premières semaines correspondait à ce que vit Caspian au début du film puisqu'’il est forcé à sortir de son petit monde pour la première fois et commence à réaliser à quel point son oncle est maléfique.

Q : Vous étiez évidemment "le nouveau" sur ce tournage, car la plupart des autres acteurs se connaissaient déjà depuis Le Lion, la sorcière blanche et l’'armoire magique. Comment l’'avez-vous vécu ?

BB : Anna, William, Skandar et Georgie, qui jouent les Pevensie, forment un groupe très uni, mais ils s'avaient qu’il allait y avoir un nouveau personnage et je pense qu'’ils étaient prêts. Ils m'’ont très bien accueilli. Bien sûr, Caspian et Peter sont très compétitifs dans le film, il y a beaucoup de rivalité et c'’était en quelque sorte la même chose entre William Moseley et moi. Nous nous sommes très bien entendus nous avons joué avec cet esprit de compétition.

Q : À en juger par la bande-annonce, les costumes de ce film sont extraordinaires. À quel point sont-ils importants pour vous aider à vous mettre dans votre personnage ?

BB : Les costumes aident beaucoup. Quelqu'’un m'’a demandé l’'autre jour ce que je faisais comme recherches pour jouer un prince et je me suis soudainement souvenu d’'une de mes scènes au début du tournage, dans laquelle j’'étais assis sur un magnifique cheval noir, vêtu de mon armure, l'’épée à la main, dans la cour d'’un immense château, avec des milliers de personnes autour de moi. Rien de tel pour se sentir comme un prince ! Et les costumes étaient particulièrement merveilleux. L'’attention apportée au détail est tout simplement fantastique. Il faudrait que les gens puissent les voir de près.

Q : Il y a plusieurs personnages en image de synthèse dans Le Prince Caspian. Quel effet cela fait-il de jouer avec des personnages qui ne sont pas physiquement présents ?

BB : Je n’'avais jamais fait ce genre de chose. La première scène que j'’ai tournée avec un personnage de synthèse était avec le blaireau Chasseur-de-Truffes. Pour faciliter les choses l'’une des assistantes d'’Andrew Adamson portait une espèce de combinaison vert jaune, une cagoule, des gants, etc. et sautillait sur les genoux en faisant semblant d’'être un blaireau.

Q : Dans l’'ensemble, quel a été selon vous le plus grand challenge de la réalisation de Prince Caspian ?

BB : Beaucoup de choses étaient difficiles pour moi, qu’'il s’'agisse de monter à cheval ou tout simplement le fait de tourner mon premier très grand film, mais j’'ai été très bien encadré et soutenu. Je me suis surtout senti très chanceux de travailler avec Andrew Adamson. Il est très encourageant, toujours en forme et gentil, et puis il a une vision des choses qui est incroyable. Il m'’a tout simplement étonné. Un jour, sur le plateau, on tournait une scène avec des centaines de figurants qui se battaient dans une cour ; il est arrivé et a dit "Est-ce que ta ceinture n'’était pas serrée au quatrième trou et non pas au troisième à la dernière prise ?". Dans de tels moments, tu te demandes comment il fait pour remarquer ces détails. Il a des centaines de figurants sur le plateau, toutes les caméras, les types des effets spéciaux et bien d'’autres choses à gérer, et pourtant il peut encore remarquer le plus petit détail. C’'est vraiment le metteur en scène idéal pour un film comme celui-ci.

 

Voir les commentaires

NARNIA 2 - INTERVIEW AVEC SERGIO CASTELLITTO (LE ROI MIRAZ) ET PIERFRANCESCO FAVINO (LORD GLOZELLE)

Publié le

LE MONDE DE NARNIA : PRINCE CASPIAN

Visite sur le plateau de Prague, le 6 mai 2007

Dans Prince Caspian, second volet de l'’adaptation pour le grand écran des classiques de C. S. Lewis, les quatre enfants Pevensie se retrouvent dans un Narnia très différent du royaume enchanté qu'’ils avaient quitté à la fin du Lion, la sorcière blanche et l'’armoire magique. Les mystérieux Telmarins, menés par le sinistre roi Miraz, font désormais la loi dans le royaume, tandis que les créatures mythiques et les animaux parlants qui peuplaient le royaume autrefois paisible sont forcés de se terrer. Afin de créer un contraste entre les acteurs britanniques qui incarnent les Pevensie et les nouveaux dirigeants de Narnia, le metteur en scène Andrew Adamson a voulu donner aux Telmarins ce qu'’il décrit comme un "caractère méditerranéen", distribuant à des acteurs d’Espagne, d’Italie et du Mexique quelques-uns des rôles principaux du film. Le roi Miraz lui-même est joué par l’acteur italien de renom Sergio Castellitto, tandis que son compatriote Pierfrancesco Favino s’est vu attribuer le rôle de Lord Glozelle, grand chef de la formidable armée telmarine. Sergio Castellitto est lauréat de trois Prix Donatello, l’'équivalent italien des César, dont le prix du meilleur acteur pour A corps perdus, en 2004. Plus récemment, nous l'’avons vu dans le film français Paris, je t’aime, très bien reçu par le public. Pierfrancesco Favino a remporté un Prix Donatello pour son interprétation dans le film italien Romanzo Criminale, et joue le rôle de Christophe Colomb dans le succès international La Nuit au musée.

 

INTERVIEW AVEC SERGIO CASTELLITTO (LE ROI MIRAZ) ET PIERFRANCESCO FAVINO (LORD GLOZELLE)

Q : Sergio, vous avez tourné beaucoup de films. Qu’est-ce qui vous a plus particulièrement attiré vers Le Prince Caspian ?

SC : Oui, j’ai fait beaucoup de films, mais c’est la première fois que je joue un méchant. Ça a donc été pour moi une expérience totalement nouvelle et je me suis régalé , j’'ai sans cesse éviter de jouer le stéréotype du méchant que j’avais en tête.

J'’ai beaucoup d’'admiration pour Andrew Adamson, le metteur en scène, parce qu'’il a fait très attention aux rapports psychologiques entre les personnages. Et puis, étant donné qu'’il s’'agit d’un grand film d’'action, mon jeu devait être à la fois athlétique et psychologique, ce qui était aussi tout nouveau pour moi.

Q : Le Monde de Narnia est, bien entendu, une série littéraire classique. Connaissiez-vous les livres avant de décrocher le rôle ?

PF : Je ne pense pas que les livres soient aussi connus en Italie qu’aux Etats-Unis ou en Angleterre. C'’est le film Le Lion, la sorcière blanche et l’'armoire magique qui les a fait connaître à beaucoup de monde. SC : C’'est différent pour moi parce que j’'ai deux enfants qui connaissaient très bien Le Lion, la sorcière blanche et l’'armoire magique. Ils adorent, donc quand je leur ai dit que j’'allais jouer dans Prince Caspian, ils étaient très excités.

Q : Le scénario de Prince Caspian était évidemment écrit en anglais. L’avez-vous fait traduire en italien pour vous aider à comprendre un peu mieux l'’histoire ?

SC : Oui, et pas simplement pour l’'histoire. C'’était très important pour moi de saisir le sens psychologique de l'’action et des dialogues. Nous avons aussi étudié les accents car Andrew Adamson voulait une sorte d’'accent méditerranéen généralisé pour les Telmarins – un mélange d’'espagnol, italien, grec, nord-africain et français – ce qui était en fait assez facile pour moi.

Q : Le Lion, la sorcière blanche et l’'armoire magique a connu un très grand succès et Prince Caspian semble être un cran au-dessus. Avez-vous ressenti une certaine pression du seul fait d’en faire partie ?

PF : Oui, bien sûr, la pression était immense et un film comme Prince Caspian est difficile à comparer aux films Européens ou Italiens. C'’est vraiment une expérience exceptionnelle et nous étions tous conscients de son ampleur et de son importance. Mais d’'un autre côté, en tant qu’'acteurs, nous n’avons pas vraiment de contrôle sur le processus de réalisation du film, donc j’'essaie toujours de ne pas penser à ce genre de choses et de tout simplement faire, ce que je fais avec plaisir. La première chose qui m'’a frappé quand le tournage a commencé a été de voir d'’un seul coup tous les acteurs en costume, des décors énormes. A un moment, j'’étais au milieu d’'une centaine d’acteurs, tous à cheval, j'’ai regardé autour de moi et je me suis dit : "Je suis à Narnia !".

SC : J’'étais intéressé par toutes les différentes nationalités sur le plateau. Il y avait des Italiens, des Espagnols, des Mexicains, des Français, des Anglais, des Américains, etc. On se serait cru dans un endroit qui tenait à la fois d’un camp de gitans et de Babel.

Q : Avez-vous trouvé que travailler avec Andrew Adamson était différent, par rapport aux metteurs en scène italiens ?

SC : Je pense qu’'un bon metteur en scène se reconnait qu'elle que soit sa nationalité. Je me suis juste senti très honoré qu’'Andrew m’ait choisi pour ce rôle et m'’ait donné cette opportunité. C'’est quelqu’un qui a d'’immenses qualités, à la fois humaines et en tant que metteur en scène. J’"espère que j’'aurai l'’occasion de rencontrer d'avantage de metteurs en scène comme lui à l'’avenir.

PF : Avant Prince Caspian, j’'avais travaillé sur deux autres grandes productions américaines, mais cette expérience a été pour moi la meilleure jusqu'’à présent. Andrew était très détendu tout en maîtrisant en permanence le moindre détail : il s'avait ce qu'’il voulait mais il restait toujours également à l’'écoute des autres. Il remerciait aussi sans cesse les gens pour leur travail, ce qui était inouï !

 

Q : Sergio, beaucoup d’acteurs qui jouent des rôles de méchants disent qu'’il est important de ne pas juger leur personnage mais d’'essayer de comprendre ses raisons d’agir. Avez-vous eu cette approche pour le roi Miraz ?

SC : Oui, absolument. J’'ai parfois eu l’impression d’'être l’'avocat du roi Miraz ! Oui, c’'est un assassin qui a tué son frère, comme le prince Claudius dans Hamlet, mais il aime aussi sa famille, et il pense que c'’est son droit d'’être roi et de transmettre le royaume à son fils. C'’est aussi un soldat, un bon soldat, pas un lâche. A la fin, il accepte le combat et essaie de gagner. Il fait ce qu'’il pense être juste.

 

Voir les commentaires

NARNIA 2 - ENTREVUE avec Howard Berger Superviseur des maquillages spéciaux (superviseur des créatures) et des effets visuels et Dean Right, Superviseur des effets visuels.

Publié le

LE MONDE DE NARNIA: PRINCE CASPIAN

Visite programmée à Prague, 4-5 juin 2007

Par Rebecca Strauch

 

Le deuxième jour de la visite programmée à Prague, nous sommes allés aux Studios Modrany où les réalisateurs étaient en train de tourner des scènes secondaires, sur une maquette du plateau principal. L'’Équipe de tournage était précisément en train de travailler sur une scène très importante qui fait partie d’une des séquences de la bataille principale où Caspian mène un groupe de centaures et le géant Wimbleweather au travers d’un tunnel creusé sous le grand champ de bataille. Le superviseur créateur de maquillages spéciaux, Howard Berger et le superviseur des effets visuels Dean Wright, étaient présent pour cette séquence de Narnia, mais le directeur Andrew Adamson avait aussi amené Wendy Rogers, collaboratrice du superviseur d’effets visuels, en raison du grand nombre de scènes à effets visuels tournés sur différents emplacements pour cette même séquence. À Modrany, le duo des effets visuels était en train de travailler chacun sur sa portion respective de cette scène d’'action centrale, et c'’est là même que nous avons pu les interviewer.

XXX

ENTREVUE avec : Howard Berger, Superviseur des maquillages spéciaux (superviseur des créatures) et des effets visuels et Dean Right, Superviseur des effets visuels.

 

Q : Pouvez-vous nous dire sur quoi exactement vous travaillez actuellement ?

Dean Wright : Ce qu’'on a réellement préparé et tourné pendant toute la journée, c'’est la scène qui est à la toute fin de ce plan spécial où Peter et Caspian doivent faire tomber les Telmarins dans leur piège. Ils sont entourés par les Telmarins, mais ils disposent d’'une grande citerne souterraine et s’apprêtent à les y "engouffrer", en faisant sauter une trappe sous leurs pieds. Nous avons préparé ce tournage toute la matinée, avec tous les détails, la poussière, les débris et les créatures, et en ajustant à la perfection les caméras pour capter les mouvements et la lumière.

On va le refaire à nouveau. La dernière fois, c’'était un peu plus explosif, alors les responsables des effets visuels ont monté les piliers et les ont détruits, ce qui a fait que le plafond a commencé à se fissurer et à céder ; on a jouté une raie de lumière pour simuler un rayon de soleil venant du haut. On a créé un grand trou qui attrapera les Telmarins qui déferlent sur les Narniens.

Dans le sous-sol, avec notre équipe, il y a un géant appelé Wimbleweather, qui court au travers de la cavité et détruit un bon nombre de colonnes. Pour essayer de capter tout ça, on a construit une maquette à échelle réduite, de façon à ce que l’'acteur qui représente le géant puisse courir au travers et détruire les colonnes. Il faut capturer tous les moments quand il est précisément en train de détruire les colonnes, et ensuite il faut introduire tous les personnages d'’animation, réduire leur taille et les faire paraître plus ou moins la moitié de leur hauteur, pour l’adapter à celle de Wimbleweather et que ça colle bien. Après on y ajoute tout le reste de l’'ambiance, avec quelques deux cents créatures s’'enfonçant dans le sous-sol et rejaillissant au dos des Telmarins et les attrapant par derrière.

Q : Est-ce que Caspian va avoir plus de personnages d’animation par ordinateur et d'’effets visuels que le dernier film : Le Lion, la Sorcière Blanche et l'’Armoire Magique ?

Dean Wright : Andrew a dit qu’il veut faire, sans aucun doute, un film plus grand, plus passionnant avec, en plus, des tas de choses compliquées à nous montrer, et non pas dans le but de couper le souffle au public, mais plutôt pour le faire pénétrer le plus possible dans ce monde. Plus les animations par ordinateur paraissent réelles, et plus on oublie qu’'elles ne le sont pas, et plus on jouit du film.

Q. Y-a-t-il des scènes particulières où ceci est plus évident que dans d’'autres ?

Dean Wright : Nous avons une grande scène de bataille, juste au milieu du film. C’'est quand les enfants vont au château et essayent d’y capturer quelqu’un afin de restaurer la paix à Narnia et de replacer Caspian où de droit, c'est-à-dire sur le trône du monde de Narnia. Le travail de cette scène dépasse tout ce que nous avions fait avant, dans le dernier film. Nous avons des tonnes de personnages d’animation par ordinateur. Nous travaillons beaucoup avec des maquettes que nous utilisons à des échelles différentes (au 1/24ème), ce qui est une échelle énorme pour tout un château, et puis il y en aura d’'autres plus petites et aussi des plus grandes, que nous allons faire construire en Nouvelle Zélande dans les ateliers WETA. Ces maquettes seront filmées par Alex Funky et ses spécialistes qui ont fait tout le travail pour "Le Seigneur des Anneaux" et "King Kong". Nous sommes réellement fiers de les avoir à nos côtés et de collaborer avec eux.

À nouveau, il s'’agit de filmer quelque chose de réel et tangible, et ceci nous a poussé à créer ce château si merveilleux. Je l’'ai vu dans le Seigneur des Anneaux. Quand on a une maquette parfaitement illuminée et photographiée, on tombe simplement dans son monde et on croit tout ce qu'’on y voit; et c'’est précisément ce que nous voulons. Nous voulons absorber le public dans le film, l’incorporer de la main du Directeur Andrew Adamson, qui vous guide au travers des moments émotionnellement culminants du film. Nous sommes là pour conférer de la vie à ce qui ne peut pas être créé à la grandeur réelle et pour rendre encore plus remarquable ce qui est réel.

Q : Cette fois-ci, vous avez Wendy Rogers comme co-superviseur des effets visuels. Est-ce qu’'elle avait déjà travaillé avec vous dans le dernier film ?

Dean Wright : Non, mais elle connaissait Andrew Adamson (Le Directeur) depuis longtemps et, comme nous avons un planning très pressant et beaucoup de travail, nous avons décidé cette fois de doubler les tournages, et c’est pour ça que nous avons divisé les séquences. La scène nocturne du raid sur le château, ça c'’est ma séquence, la scène de bataille qui se tourne maintenant même à Usti, c'’est une de ses scènes, mais on s'’entraide beaucoup.

Q : Quel a été le personnage que vous avez créé jusqu’à présent et qui vous tient le plus à cœur ?

Howard Berger : J’'aime beaucoup les nains. Je crois que ce sont mes personnages favoris dans ce film. Nous avons deux héros : Trompillon, interprété par Peter Dinklage, et Nickabrik, représenté par Warwick Davis, et ils sont très cool tous les deux.

Dean Wright: Ils sont géniaux. Quand ils sont sur le plateau, on ne voit plus qu’'eux. Je crois que c'’est la première fois dans l’'histoire du cinéma qu'’on montre un combat de nains ! 

Howard Berger : Oui, c’est vraiment cool ! Les nains de ce film sont mes personnages préférés, sans aucune hésitation.

Q : Quel a été le plus grand défi de ce film, du moins jusqu'’à présent ? Dean Wright : Ce qui a représenté un défi pour nous dans ce film a été la nécessité d’y incorporer une grand nombre de personnages, en plus de leur grande diversité - il y en a de tous les sexes et de tous les âges.

Howard Berger : Oui, on voulait représenter des faons vraiment âgés et des personnages très forts, des centaures noirs, une réelle variété.

Dean Wright : L'’idée centrale a été d’ajouter de la variété à l’'aspect des personnages, et bien entendu, transposer ces caractéristiques à l'’animation digitale.

C'’est une chose qui nous a donné encore plus de travail. L'’autre chose, c’est qu’'Andrew voulait à tout prix rompre la barrière entre l’'animation par ordinateur et le personnage en chair et en os, en les mélangeant davantage. Nous avons beaucoup plus de contacts entre les acteurs et les personnages d’'animation : par exemple, dans une scène, nous voyons Lucy qui va vers Aslan, ils s'’embrassent et tombent au sol, et elle roule sur lui et il faut travailler autour de la scène pour que ça paraisse réel. Nous avons les enfants qui sont emportés par Griffins et, à nouveau, les enfants portés par les centaures ; tout ça représente un grand défi, car il faut que ça marche, que ça paraisse vrai. Nous cherchons des effets qui ne distraient pas l’œil, nous voulons des choses qui paraissent naturelles dans ce milieu. C'’est ce qui compte, la seule chose qui compte quand on fait des choses comme ça. Je crois personnellement que les effets visuels ne doivent pas dominer l’'histoire. Même un film comme celui–ci n’est pas une question d'’effets visuels, il s’'agit avant tout des enfants.

Le premier film était déjà comme ça, il s'’agissait surtout des enfants, de leur histoire, de leur voyage. C'’est à nouveau la même chose. Chacun des enfants mène sa propre lutte. Ils arrivent à Narnia avec leurs idées préconçues de ce qu'’ils devraient y trouver. Peter pense qu'’il peut faire les choses tout seul. Lucy n’ut devenir un homme. Et tous doivent lutter et trouver leur voie. Si tu arrives et tu commences à choisir seulement ce qui est visuellement bien et à détourner l'’attention du centre de l’'histoire, tu ne rends pas service au film ; tu fais du mal au film. On peut voir ça, spécifiquement dans ce film; il va sortir en été, mais il ne va pas être un film d’'été classique. Nous voulons que le film passe un message, le même message que le livre a transmis pendant 50 ans à tellement de gens, et nous voulions être sûr qu’on y arriverait.

Q. : Faut-il donc comprendre que le film va avoir un côté légèrement plus sombre ?

Dean Wright : Il reste un film tout public, mais un peu plus grave pour les enfants. Il s'’agit période difficile; mille ans se sont écoulés et ils ont tous un grand sentiment de culpabilité car, même s'’ils étaient partis sans en avoir l’intention, car ils ne l'’avaient pas fait d’eux mêmes, et avaient simplement traîné autour de l’'armoire, mais ce qu’'ils ont laissé derrière eux est un véritable chaos. Les Telmarins sont venus, ont tué beaucoup de leurs amis ou d’'enfants de leurs amis, et ces pauvres êtres ont dû se réfugier sous terre et s'’adapter à ce nouvel habitat. Maintenant, ils vont aider ces êtres à récupérer ce qui leur appartient et, si possible, à récuperer leur monde pour tous y vivre en paix. C'’est là le message du film, autour duquel les messages individuels de chacun des enfants sont tissés, et c’'est tout ça qu’'on doit emporter avec soi après avoir vu le film.

Q : Allons-nous voir le retour des Minotaures dans le film ?

Howard Berger : Oui ! Andrew Adamson (le réalisateur) a ajouté plus de minotaures. Ils ont eu beaucoup de succès dans le premier film et j'’avais peur qu’'ils ne soient en trop mauvais état et qu’on ne leur permette pas de revenir. Puis, Andrew est arrivé un jour et il a dit, " on va ajouter des minotaures ". Celui-là, Asterius, est le minotaure principal. La dernière fois, on avait 25 minotaures, maintenant, on va en avoir seulement quatre. Ce n’est donc pas un grand show. Asterius est dans un costume entièrement fait sur mesure. Il a des muscles flexibles et des poches d’eau dans la poitrine. Le costume est fait à la main, ce qui revient à dire que tous les poils que vous voyez sur le costume ont été attachés un par un sur une base de spandex et ensuite cousus sur le costume des muscles et aussi sur la poitrine. La tête a été faite aussi en y rattachant tous les poils un par un. Rob Gary, notre chef mécanicien sur le plateau lui a confectionné un mécanisme de radio contrôle pour qu’il puisse faire toutes ces choses tellement cools. Asterius est présent dans une bonne moitié du film et il participe à la bataille du raid nocturne, et ça ajoute beaucoup au film – tragique, mais héroïque. Nous avons aussi un satyre appelé Tyrus, qui est un héro et pour qui nous avons aussi fait une tête mécanique et le corps, et tout le reste. Les cornes du minotaure sont assez abimées. Encore une autre raison pour laquelle on voulait garder le vieux minotaure, simplement parce qu’il a été là pendant longtemps et il est en mauvais état et couvernt de cicatrices.

C’'est être le plus réaliste possible, il ne faut pas que l'’histoire s’'arrête et que d’un coup on se dise " Oh ! regarde un superbe effet, un bon maquillage, un bon effet d’'animation digitale ". On n'’avait pas ça dans le premier film. Même si dans le premier film il y avait des 3 Ohlala, regarde ça ! 3, 3 C’est M. Tummus, c'’est fini pour lui ! 3. Et je suis sûr que ce sera pareil pour ce film. C’est toujours agréable de voir un film fini, c’est pour ça que quand Andrew m’a invité à voir quelques scènes du premier film, j’ai refusé. Je ne voulais voir le film qu’'une fois fini. Je voulais être surpris par les choses que Dean avait faites. Je pense que c'’est la même chose avec ce film. Il y a tellement de choses que c’est toujours époustouflant de s’'asseoir et de regarder ce qui était sur le plateau et le voir dans le film. Ça fait une grade différence. Dean et sa compagnie vont ajouter des milliers de créatures.

Q : Pouvez- vous nous dire quelque chose sur un des nouveaux héros dans ce film, la souris Ripitchip ?

Dean Wright : Ripitchip va être super cool. Nous avons déjà quelques dessins. L'’agence qui va faire le design final est Moving Picture Company à Los Angeles. C’'est eux qui vont travailler dessus. Il a un bon style ; à la fois vif et dangereux, mais aussi très mignon.

Mais nous ne voulons pas qu'’il soit trop mignon non plus, car c'’est un vrai héro et un vrai battant. En fait, il va aider les Narniens dans la bataille contre les Telmarins. Alors on ne veut pas qu’'il fasse rire les gens quand il fait ça. C'’est un exemple de la ligne très fine que nous devons suivre tout au long du film, et c'’est quelque chose qui n'’était pas présent dans le dernier film. Nous avons des personnages d’'animation par ordinateur qui doivent paraître réels et non des personnages de dessins animés. Ceci est spécialement vrai dans le cas de Ripitchip. Il est drôle, mais il est aussi sérieux. Le public va beaucoup l’'aimer. Ripitchip et sa famille se ressemblent tous beaucoup dans le livre, mais dans le film, chacun d'’eux est différent et a ses propres caractéristiques.

 

Voir les commentaires

NARNIA 2 - Interview avec Richard Taylor des Ateliers WETA

Publié le

LE MONDE DE NARNIA: PRINCE CASPIAN

Visite du plateau de tournage à Prague, 4-5 juin 2007

Par Rebecca Strauch

 

Durant notre visite, nous avons aussi rencontré Richard Taylor, fondateur et président de la société d’'effets spéciaux de "Weta Workshop"

 

‘Weta Workshop’ a déjà travaillé sur Le Monde de Narnia: le Lion, la Sorcière blanche et l’'Armoire magique avec la création et la construction de toutes les armures, armes et accessoires spéciaux pour le film. La société a aussi été très impliquée dans la réalisation de King Kong par Peter Jackson pour laquelle il a remporté son cinquième Academy Award pour les effets spéciaux.

Pour Prince Caspian, Taylor a dû construire des maquettes et des modèles encore plus grands, et concevoir beaucoup plus d'’armures et d'’armes, de façon à habiller des centaines de figurants jouant le corps de l’'armée Telmarine.

 

Interview avec Richard Taylor des Ateliers WETA

Q: Richard, vous avez participé à ce film en créant des modèles réduits, et des armes, pouvez-vous nous parler de votre travail?

Richard Taylor: Nous avons créé des costumes, des armes, des armures et des modèles réduits. Il va y en avoir une énorme quantité. On avait inventé l’'expression "bigatures" lors du Seigneur des Anneaux mais ça va dépasser tout ça. La maquette que nous faisons pour le château de Miraz par exemple est à l’'échelle 1/24, avec le village et l’'emplacement extérieur à 1/100. Ce sont des dimensions énormes.

Q: D’'après votre expérience avec les films du Seigneur des Anneaux et le premier film du Monde de Narnia, est-ce que celui-ci est d'’une envergure encore plus importante?

Richard Taylor: Les modèles réduits dans ce film, bien qu'’il n'’y en ait pas une quantité énorme, restent les plus imposants et ceux qui nous ont donné le plus de fil à retordre jusqu’'à ce jour. Nous en avons créés des bien plus compliqués mais les miniatures de ce film sont difficiles techniquement parlant. On s'’est vraiment dépassé pour l’'armement. Pour les armes de Miraz, on a utilisé la technologie 3D pour créer des modèles qu’'on a ensuite moulé dans la cire, Puis on a utilisé les moules pour créer la décoration très détaillée de l'’arme. On n'’avait simplement pas les compétences nécessaires pour créer ce filigrane tellement délicat d’'une autre manière. Ça a vraiment été merveilleux de nous surpasser à ce point pour satisfaire Andrew.

Q: Pourquoi est-il important d’'avoir un tel niveau de détails pour les costumes et les armes?

Richard Taylor: Les gens viennent souvent à l’'atelier nous demander pourquoi est-ce qu’'on pousse si loin le détail, mais le monde réel est un monde surchargé : plein d'’histoire, de détails et de culture.

S'’il n'’y a pas cette attention au détail, si ce n’'est qu’'une simple représentation visuelle, cela suggère qu’on ne regarde qu’un film. Mais s’il y a un haut niveau de détails, cela suggère alors que le monde créé est imprégné d'’histoire qui -en quelque sorte- l'’encadre et le fait exister au-delà du film.

Q : Quel matériel avez-vous utilisé pour construire la maquette du château ?

Richard Taylor : Le château a une structure tellement géométrique… C’'est vraiment intéressant de construire une maquette, parce que si on observe le monde de l'’architecture, même à l’'époque médiévale, il tient seulement debout grâce à sa forme pure. S'’il y a la moindre déviation, il ne tiendra pas. Donc il est d’'une structure incroyablement solide. Quand on le réduit proportionnellement, si on change cette structure ne serait-ce que d’'un millimètre sur une échelle 1/24, ça ne va pas. On a construit les tours du château avec d’'énormes morceaux de polystyrène, dont certains mesurent 5 mètres de haut par 2 mètres de large. Ensuite on a inventé une machine : on a pris un cylindre en aluminium, on a utilisé une fraiseuse 3D pour graver et répertorier le grain de la brique à une échelle 1/24 qui correspond exactement à l’échelle 1 :1 autour du cylindre, puis on a construit une presse à imprimer lithographique. Elle alimente en continu des feuilles d’uréthane de 25 millimètres, ce qui nous donne ces feuilles de briquetage exactement à l’échelle 1/24.

Après on pose le papier peint et on s'’occupe des détails compliqués. On a utilisé une quantité énorme d'’impressions 3D, qui est la méthode pour alimenter des données numériques dans une machine. Elle imprime du plastique tridimensionnel.

On a la chance que des réalisateurs comme Andrew apprécient encore les modèles réduits traditionnels, parce que tant de réalisateurs modernes se tournent résolument vers la technologie numérique comme unique solution ; pourtant le monde du cinéma en est là grâce à cent ans d’histoire et pourquoi ne pas continuer de rendre hommage à ces techniques ?

Q : Pouvez-vous nous parler des motifs utilisés pour les armes de Miraz ?

Richard Taylor : Comme pour le premier film, c’'est vraiment intéressant parce que le monde de C.S. Lewis va beaucoup plus loin que celui que nous connaissons dans ses livres. Il s'’est largement inspiré de la mythologie, surtout de la mythologie grecque et il a continué à le faire pour le Prince Caspian. Pour cette raison, nous essayons de baser les motifs visuels : l’'armure et les armes, sur certaines imageries mythologiques. On a beaucoup joué sur le lierre rampant par exemple.

C’'est un état sans roi, un intendant s’'est emparé des terres et s’'est hissé à ce rang. Nous avons donc essayé de créer une analogie visuelle afin de montrer que son contrôle s’'est infiltré à tous les niveaux du pouvoir, du gouvernement et de la politique à travers toute la société Telmarine. On a montré ça à travers son armure, comme si c'’était du lierre poussant sur des plantes en les étranglant. C’'est comme ça que nous avons tenté d’'évoquer ce sentiment. Mais il est aussi incroyablement arrogant et pompeux. Bien que ses armées soient majestueuses dans leur armure resplendissante, il a presque choisi une armure manifestement trop décorée, pour essayer de se donner de la grandeur.

Quand il enlève son armure, il peut paraître plutôt frêle en dessous, mais quand il l’'enfile, il est capable de développer cette personnalité énorme et rend l’'idée d’'Andrew que tous ses commandants prennent cette apparence sans visage en revêtant leurs masques. C’'est en contraste absolu avec les Narniens. Les Narniens sont ces animaux presque sauvages, tout en émotions, alors que les humains surveillent leurs émotions et se cachent derrière des masques. J’'espère que nous avons réussi à évoquer ce contraste ; le monde a avancé de 1200 ou 1300 ans depuis le dernier Narnia et on veut donner cette impression d’'un monde incroyablement bouleversé.

Q: Etes-vous plus impliqué dans ce film que dans le premier?

Richard Taylor: A peu près au même niveau. Pour le premier on a joué un rôle beaucoup plus important dans le travail de design des créatures mais comme Howard [Berger] a fait les costumes des créatures, c'’était un peu normal qu’'il continue et qu'’il fasse donc tout le travail des créatures depuis le début. Ça a été génial. Howard est mon ami le plus proche, on collabore et on s’écrit des quatre coins du monde en s’envoyant des mails pour voir où on en est. Ça été super de voir comment son travail et le nôtre ont évolué ensemble. Une grosse partie de l’'armure Telmarine a été créée ici en République Tchèque et ils ont fait un superbe travail. Ça a été cool.

Q: Y a-t-il un genre de film dans lequel vous aimeriez travailler?

Richard Taylor: On a été enlisé dans le Médiéval et le Primitif. On travaille pas mal dans la Science Fiction en ce moment. On vient de terminer un film d'’horreur important et on en commence un autre. On vient de finir 30 Jours de Nuit et on travaille sur Day Break en ce moment. Si je devais faire du Fantastique pour le restant de mes jours, je serais comblé. La science fiction est une technique intéressante. J’'aime toute chose qui est difficile à construire.

Q: Avez-vous déjà pensé à vous mettre derrière la caméra? Vous semblez avoir une si bonne perspective.

Richard Taylor: Vous voulez dire en tant que réalisateur? On m'’a offert cette opportunité, dont une plutôt importante, mais non ça ne m’'intéresse pas. Ce n’'est pas pour sous-estimer cette opportunité, c'’était un réel honneur, mais mon cœur est dans le travail pratique d'’atelier. J’'adore tout simplement créer ces trucs, ça m'’intrigue. Ça fait 21 ans qu’'on fait ça et mon intérêt ne s’'est jamais émoussé. Passer six mois sans fabriquer quoi que ce soit pour faire de la réalisation ne me dirait rien.

Q: Comment expliquez-vous le fait que vous travailliez par le biais de méthodes pratiques et traditionnelles dans un monde numérique de plus en plus sophistiqué?

Richard Taylor : Le plus incroyable pour des réalisateurs tels qu’'Andrew, Peter ou James Cameron, c'’est que la boîte à outils, le répertoire d'’instruments qui existe aujourd’'hui réalisent si bien leur vision. J’'aime croire qu’il n'’y a rien que le cerveau humain ne puisse imaginer de nos jours, qui ne soit réalisable à l’'écran pour un public averti. Un enfant de sept ans est de nos jours un cinéphile très averti. Par conséquent, cette interaction complexe de techniques traditionnelles qui existent depuis cent ans a été non pas remplacée mais complétée par la technologie numérique, laquelle est incorporée pour créer ces images ensorcelantes, un véhicule étonnant. Personne ne bat Andrew dans ce domaine. On vient juste de visionner 15 minutes de montages et on voit tout de suite qu'’il crée l’'émotion de par cette interaction complexe de scènes avec des acteurs, d’'effets spéciaux numériques et de modèles réduits, pratiques, traditionnels… Il utilise tous les outils possibles de cette boîte pour créer son monde. C'’est tout simplement, vraiment formidable.

Q : Avez-vous un accessoire favori dans ce film ?

Richard Taylor : Oui. C'’est marrant quand on fabrique des accessoires, parce qu'’on en tombe amoureux. Mon accessoire préféré est le bouclier que Miraz utilise pour se battre. Je suis allé jusqu’'à en fabriquer un pour moi, qui est dans mon bureau en ce moment. Je trouve que c'’est l'’un des plus beaux objets que notre équipe ait jamais réalisé. J'’étais très fier de ce modèle, créé par un jeune type au talent incroyable qui nous a rejoints vers la fin du Lion, La Sorcière Blanche et l’'Armoire Magique. On s'’est bien amusé à fabriquer tous les objets de Miraz mais ce bouclier en particulier était parfaitement équilibré ; c'’est tout simplement une superbe pièce d’armurerie.

On a dû développer un grand nombre de nouvelles techniques, des choses comme les plaques sur les têtes des chevaux ont l’'air assez simple mais Andrew voulait une pointe de fer qui sorte du front. Alors, il faut une plaque assez solide qui ne s’'affaisse pas, ne bouge pas, sinon elle n’'aura pas l'’air d'’être en acier. Par contre si les chevaux se cognent, cet objet rigide risque de s'’enfoncer dans le flanc d’'un autre cheval ! Nous avons donc inventé un mélange de différentes densités d’uréthane qu’'on injecte ensuite avec un pistolet à moulage à injection basse pression, pour que la pointe soit molle mais que la plaque soit dure. Ça a été vraiment cool d’'essayer d'’inventer ces solutions chimiques et techniques pour un film médiéval fantastique. 

Q : Ferez-vous partie du prochain film ?

Richard Taylor : Oh et bien, je crois bien que oui. On adorerait passer le reste de nos vies dans ce monde, si on le pouvait.

XXX

 

Voir les commentaires

Alain CHABAT - FLOU DE TOI (BOF CLIP : LA PERSONNE AUX DEUX PERSONNES)

Publié le par ERIC-C

Alain CHABAT - FLOU DE TOI (BOF CLIP : LA PERSONNE AUX DEUX PERSONNES)
.


Voir les commentaires

LA PERSONNE AUX DEUX PERSONNES (BANDE ANNONCE 2007) avec Daniel Auteuil, Alain Chabat

Publié le par ERIC-C

LA PERSONNE AUX DEUX PERSONNES

de Nicolas, Bruno 

avec Daniel Auteuil, Alain Chabat, Marina Foïs, Aurélie Matéo, François Damiens, Denis Maréchal, Fred Tousch

Musique : Nicolas Errèra

La Personne aux deux personnes

L'HISTOIRE : Gilles Gabriel, chanteur des 80's en plein come-back, est tué dans un accident de voiture causé par Jean-Christian Ranu, comptable à la COGIP. Mais Gilles Gabriel n'est pas totalement mort : son esprit bien vivant a atterri dans le corps de Ranu, qui ne comprend pas qui est cette personne qui parle dans sa tête. Gilles, lui, n'a aucun contrôle des mouvements de son hôte. Gilles et Ranu vont vite se rendre à l'évidence : ils n'ont rien en commun, sauf ce corps qu'ils vont devoir partager. C'était déjà compliqué chacun de leur côté... alors maintenant, à deux dans la même personne...

La Personne aux deux personnes - Daniel Auteuil

La Personne aux deux personnes - Daniel Auteuil et Marina Foïs

La Personne aux deux personnes - Daniel Auteuil

La Personne aux deux personnes - Daniel Auteuil

 

(BANDE ANNONCE 2007)



Voir les commentaires

ACTUELLEMENT : CAPITAINE ALATRISTE avec VIGGO MORTENSEN (BANDE ANNONCE) 25 06 2008

Publié le

LES AJOUTS DES 30 DERNIERS JOURS SUR MON BLOG, CLIQUEZ (ICI) , CALENDRIER DES SORTIES FILMS 2008/2009, CLIQUEZ (ICI)

CAPITAINE ALATRISTE

de Agustin DIAZ YANES (SANS NOUVELLES DE DIEU - PERSONNE NE PARLERA DE NOUS QUAND NOUS SERONS MORTES)

avec VIGGO MORTENSEN - ELENA ANAYA - ARIADNA GIL - EDUARDO NORIEGA - VICTORIA ABRIL

Capitaine Alatriste

L'HISTOIRE :  "Ce n'était pas l'homme le plus honnête, ni le plus pieux, mais c'était un homme courageux. Il s'appelait Diego Alatriste."
Tels sont les premiers mots du best-seller international d'Arturo Pérez-Reverte, "Le capitaine Alatriste". L'histoire se déroule dans l'Espagne impériale du XVIIe siècle, entre 1622 et 1643, sous le règne de Philippe IV, avant-dernier roi de la Maison d'Autriche. Philippe IV est un monarque faible et facilement manipulable, dominé par une Cour corrompue, agitée par les intrigues orchestrées par le très influent comte-duc Olivares. L'Empire espagnol décline lentement. La société souffre de ses nombreuses contradictions. Le luxe et l'opulence de l'aristocratie coexistent avec la misère et la vulnérabilité du peuple ; Ce monde déclinant est le théâtre des aventures de Diego Alatriste, fier soldat au service de Sa Majesté dans les Flandres, et mercenaire à Madrid et Séville en temps de paix.

Alatriste - Affiche teaser espagnole

Alatriste - Affiche espagnole

Capitaine Alatriste

Capitaine Alatriste

A PARTIR DU 25 JUIN 2008 AU CINEMA

(BANDE ANNONCE)



Voir les commentaires

ACTUELLEMENT : ENFANCES (BANDE ANNONCE) 14 05 2008

Publié le

LES AJOUTS DES 30 DERNIERS JOURS DANS MON BLOG, CLIQUEZ (ICI), (ICI) LE CALENDRIER DES SORTIES FILMS 2008/2009

ENFANCES

de Yann Le Gal, Ismael Ferroukhi, Corinne Garfin, Joana Hadjithomas, Khalil Joreige, Isild Le Besco, Safy Nebbou

avec Julie Gayet, Elsa Zylberstein, Clotilde Hesme, Emmanuelle Bercot; Virgil Leclaire, Brandon Darai, Maxime Juravlion

Enfances

L'HISTOIRE : Le point de départ de chaque partie est une anecdote d'enfance prise dans la biographie d'un grand cinéaste, anecdote librement interprétée et adaptée par un cinéaste contemporain.

Enfances

Enfances

Enfances

Enfances

Enfances

Enfances

A PARTIR DU 14 MAI 2008 AU CINEMA

(BANDE ANNONCE)



Voir les commentaires

ACTUELLEMENT : SPEED RACER (BANDE ANNONCE VF) 18 06 2008

Publié le

LES AJOUTS DES 30 DERNIERS JOURS SUR MON BLOG, CLIQUEZ (ICI) , CALENDRIER DES SORTIES 2008/2009 (ICI)

SPEED RACER

D 'après l'oeuvre de Tatsuo YOSHIDA (créateur de la série TV "SPEED RACER"

de Andy et Larry WACHOWSKI (BOUND - MATRIX 1-2-3)

avec Emilie HIRSCH - Christina RICCI - John GOODMAN - Susan SARANDON - Zac EFRON - Mathew FOX - Scott PORTER - Nayo WALLACE - Kick GURRY

L'HISTOIRE : Les aventures de Speed, jeune pilote en quête de gloire à bord de son rugissant Mach 5. Le film suit aussi les parcours d'autres personnages bien connus des fans comme tous les membres de la famille de Speed mais aussi son mystérieux rival Racer X.

Speed Racer

Speed Racer

Speed Racer

Speed Racer

Speed Racer

Speed Racer

A PARTIR DU 18 JUIN 2008 AU CINEMA

(BANDE ANNONCE VF)



Voir les commentaires

Veronica Mars (Saison 1) (EXTRAIT VOST)

Publié le par ERIC-C

Sortie en DVD de la saison 1 de la série
Veronica Mars le 18 Juin prochain
 
Jason Dohring, Francis Capra, Percy Daggs III, Kristen Bell, Enrico Colantoni & Teddy Dunn. Warner Bros. 
Edition et Distribution : Warner Home Vidéo FranceAvis à tous les fans de la série ! Après l’incroyable succès rencontré par la série à la télévision, en France et aux Etats-Unis, Veronica Mars est enfin disponible en DVD. Créée par Rob Thomas, Veronica Mars est une série américaine, diffusée en France sur M6 et W9, mettant en scène Kristen Bell (Heroes, The Shield…).
Synopsis : Veronica Mars semble être au premier abord une adolescente ordinaire. En fait, futée et courageuse, la jeune fille s’emploie à résoudre les mystères les plus enfouis que cache la petite communauté de Neptune. Et par la même occasion, elle espère élucider le scandale qui a ruiné la vie de son père... 
Détail du coffret : Coffret 6 DVD – 22 épisodes de 42 mn environ.
Bonus : 1) Scènes Inédites - 2) Bêtisier
Prix de vente conseillé : 29,99 €
Langues : Français, Anglais, Allemand, Italien, Espagnol, Hongrois
Sous-titres : Français, Anglais, Allemand, Italien, Espagnol, Hongrois, Néerlandais, Norvégien, Finnois, Danois, Portugais, Suédois
CONVIENT À TOUS LES FORMATS D’ÉCRANS TV
Francis Capra, Percy Daggs III, Teddy Dunn, Kristen Bell, Jason Dohring & Enrico Colantoni. Warner Bros.
VOIR L'EXTRAIT EN VOST


Voir les commentaires

ACTUELLEMENT : SANS SARAH RIEN NE VA (BANDE ANNONCE VOST) 18 06 2008

Publié le

LES  AJOUTS DES 30 DERNIERS JOURS DANS MON BLOG (ICI), (ICI) LE CALENDRIER DES SORTIES FILMS 2008/2009

SANS SARAH RIEN NE VA (Forgetting Sarah Marshall)

de Nick Stoller

avec Jason Segel, Kristen Bell, Russell Brand

Sans Sarah, rien ne va - Kristen Bell et Jason Segel

L'HISTOIRE : Peter Bretter va de galère en galère... Non seulement, il n'arrive pas à percer comme musicien, mais sa petite amie Sarah Marshall, star du petit écran, vient de le larguer. Désespéré, il décide de se rendre à Hawaï pour se changer les idées. Mais une fois sur place, il est plongé en plein cauchemar : son ex est descendue dans le même hôtel que lui... accompagnée de son nouveau petit ami, chanteur de rock à succès.
Peter tentera de noyer son chagrin dans les cocktails et de se consoler auprès de Rachel, une ravissante employée de l'hôtel...

Sans Sarah, rien ne va - Jason Segel

Sans Sarah, rien ne va - Jonah Hill et Jason Segel

A PARTIR DU 18 JUIN 2008 AU CINEMA

(BANDE ANNONCE VOST)



Voir les commentaires

ACTUELLEMENT : SANS SARAH RIEN NE VA (BANDE ANNONCE VF) 18 06 2008

Publié le

LES  AJOUTS DES 30 DERNIERS JOURS DANS MON BLOG (ICI), (ICI) LE CALENDRIER DES SORTIES FILMS 2008/2009

SANS SARAH RIEN NE VA (Forgetting Sarah Marshall)

de Nick Stoller

avec Jason Segel, Kristen Bell, Russell Brand

Sans Sarah rien ne va !

L'HISTOIRE : Peter Bretter va de galère en galère... Non seulement, il n'arrive pas à percer comme musicien, mais sa petite amie Sarah Marshall, star du petit écran, vient de le larguer. Désespéré, il décide de se rendre à Hawaï pour se changer les idées. Mais une fois sur place, il est plongé en plein cauchemar : son ex est descendue dans le même hôtel que lui... accompagnée de son nouveau petit ami, chanteur de rock à succès.
Peter tentera de noyer son chagrin dans les cocktails et de se consoler auprès de Rachel, une ravissante employée de l'hôtel...

Sans Sarah rien ne va ! - Paul Rudd, Jason Segal et Jack McBrayer

Sans Sarah rien ne va ! - Kristen Bell et Russell Brand

Sans Sarah rien ne va ! - Jonah Hill et Jason Segel

Sans Sarah rien ne va ! - Kristen Bell et Jason Segel

A PARTIR DU 18 JUIN 2008 AU CINEMA

(BANDE ANNONCE VF)



Voir les commentaires

ACTUELLEMENT : LA NOUVELLE VIE DE MONSIEUR HORTEN (BANDE ANNONCE VOST) 18 06 2008

Publié le

La Nouvelle vie de Monsieur Horten (O'Horten)

de Bent Hamer

avec Baard Owe, Espen Skjønberg, Ghita Norby

La Nouvelle vie de Monsieur Horten

L'HISTOIRE : Odd Horten parcourt la même ligne de chemin de fer depuis si longtemps qu'il a fini par s'installer dans une routine confortable. Mais, après 40 années de bons et loyaux services, l'heure de la retraite a sonné pour ce cheminot de 67 ans. Sa vie solitaire et bien rangée est bouleversée par plusieurs questions dérangeantes. Comment Horten a-t-il pu se laisser entraîner dans une situation aussi embarrassante alors qu'il devrait fêter sa retraite ? Aura-t-il un jour l'occasion de prendre l'avion ? Finira-t-il par vendre son bateau auquel il tient tant ? Comment s'est-il retrouvé en chaussures rouges à hauts talons ? Survivra-t-il à une virée nocturne avec un type aux yeux bandés au volant ? La seule certitude, c'est que Horten va au-devant d'aventures hors du commun et de rencontres insolites. Quitte à trouver sur sa route un nouveau chien et une femme aimée jadis...

La Nouvelle vie de Monsieur Horten

La Nouvelle vie de Monsieur Horten

La Nouvelle vie de Monsieur Horten

La Nouvelle vie de Monsieur Horten

A PARTIR DU 18 JUIN 2008 AU CINEMA

(BANDE ANNONCE VOST)



Voir les commentaires

ACTUELLEMENT : SPEED RACER (SPOT EXCLUSIF VOST) 18 06 2008

Publié le

LES AJOUTS DES 30 DERNIERS JOURS SUR MON BLOG, CLIQUEZ (ICI) , CALENDRIER DES SORTIES 2008/2009 (ICI)

SPEED RACER

D 'après l'oeuvre de Tatsuo YOSHIDA (créateur de la série TV "SPEED RACER"

Film de Andy et Larry WACHOWSKI (BOUND - MATRIX 1-2-3)

avec Emilie HIRSCH - Christina RICCI - John GOODMAN - Susan SARANDON - Zac EFRON - Mathew FOX - Scott PORTER - Nayo WALLACE - Kick GURRY

L'HISTOIRE : Les aventures de Speed, jeune pilote en quête de gloire à bord de son rugissant Mach 5. Le film suit aussi les parcours d'autres personnages bien connus des fans comme tous les membres de la famille de Speed mais aussi son mystérieux rival Racer X.

Speed Racer

Speed Racer

Speed Racer

Speed Racer

Speed Racer

Speed Racer

A PARTIR DU 18 JUIN 2008 AU CINEMA

(VOIR LE SPOT EXCLUSIF VOST CI-DESSOUS)



Voir les commentaires

1 2 3 4 5 6 7 > >>