Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

INTO THE WILD (BANDE ANNONCE VF 2007) de Sean Penn avec Emile Hirsch, Marcia Gay Harden

Publié le par ERIC-C

INTO THE WILD

Film américain de SEAN PENN (THE PLEDGE - CROSSING GUARD - THE INDIAN RUNNER)

avec Emile HIRSCH - Vince VAUGHN - Catherine KEENER - William HURT - Marcia GAY-GARCIA - Kristen STEWART

Musique : Gustavo SANTAOLALLA

En pleine nature

L'HISTOIRE : Le jeune idéaliste Christopher McCandless abandonne la vie que la plupart d'entre nous connait pour les contrées sauvages de l'Alaska.

En pleine nature

DU LIVRE À L’ÉCRAN

Into the Wild, le livre de Jon Krakauer paru en 1998, s’est immédiatement imposé comme un classique de la littérature américaine, captivant d’innombrables lecteurs.

Jon Krakauer explique : «En écrivant ce livre, j’ai pour une grande part cherché à comprendre Chris. Je ne prétends pourtant pas y être parvenu. Chris n’était pas un jeune homme ordinaire. Il était égocentrique, obstiné, impétueux. Mais il avait le coeur pur et refusait les compromis.»

Lorsque Sean Penn a découvert le livre dans une librairie, il a eu une réaction immédiate, presque viscérale. Il se souvient avoir été attiré par la photo de couverture, montrant un bus abandonné dans la neige. Il raconte : «Je l’ai lu deux fois avant de m’endormir ! Le lendemain, à mon réveil, j’ai immédiatement cherché à me procurer les droits. Cette histoire était de celles que l’on n’oublie pas, et je la trouvais très cinématographique par ses personnages comme par ses paysages. La découvrir a été un vrai choc.»

Il aura fallu finalement près de dix ans à Sean Penn pour obtenir les droits. La famille McCandless, toujours accablée par la perte de leur fils, refusait en effet toute idée de film.

Le producteur Bill Pohlad raconte : «La famille n’était pas prête à céder bien que beaucoup de cinéastes le leur aient demandé. Mais Sean n’a jamais rompu le contact, et il avait une vraie passion et une ferveur qui ne se sont pas démenties au fil des ans.»

Sean Penn se souvient : «Il fallait faire un film de cette histoire, c’est du moins le sentiment que j’éprouvais. J’ai toujours pensé que cela se produirait d’une manière ou d’une autre. Au bout de dix ans, le téléphone a enfin sonné. Les McCandless m’ont appelé, ils me donnaient leur accord...»

Le producteur Art Linson connaît Sean Penn et travaille avec lui depuis ses débuts comme acteur. Il ajoute : «C’était comme si Sean avait réfléchi à ce film pendant dix ans. Le scénario s’est mis à jaillir de lui-même parce qu’il avait le film en lui depuis la lecture du livre.»

Sean Penn raconte : «J’ai commencé à écrire, dix ans après avoir lu le livre. Ensuite il a fallu plusieurs relectures pour pouvoir avancer. Pour la version suivante du script, j’ai pris la route à mon tour, sur les pas de Chris ; j’ai rencontré ceux qu’il a connus et cela a enrichi l’histoire d’une façon différence. J’ai aussi commencé à condenser l’histoire pour la ramener à une narration cinématographique.»

Pour mieux comprendre qui était Chris, Sean Penn s’est beaucoup entretenu avec la famille McCandless, vivant avec eux des moments souvent difficiles et intimes. Carine, la soeur de Chris a partagé avec lui son journal, ses lettres et ses souvenirs, permettant à Sean Penn d’approfondir le portrait de son frère.

Il s’est attaché à retrouver des gens que Chris avait connu au début des années 90. Il a même engagé Wayne Westerberg, avec qui Chris s’était lié d’amitié dans le Dakota du Sud, comme consultant et chauffeur de camion durant le tournage. Son personnage est joué dans le film par Vince Vaughn.

Dès le départ, Sean Penn a eu une approche instinctive de la structure du scénario. Il a divisé les deux ans du périple de Chris en chapitres, de sa vie à Atlanta à ses derniers jours dans le bus abandonné en Alaska.

Art Linson commente : «Sean a fait bien davantage que recréer visuellement le livre de Krakauer : il a apporté quelque chose de neuf à cette histoire. Ce qui aurait pu n’être que la simple aventure d’un rebelle qui abandonne tout, est devenu grâce à Sean le portrait d’un être humain, une réponse bouleversante à la confusion de la vie.»

 

LE TOURNAGE

Pour Sean Penn, il n’y avait pas d’autre moyen de raconter cette histoire que de suivre les pas de Chris. L’équipe a donc affronté les rapides, traversé des rivières gelées, s’est retrouvée plongée dans la neige jusqu’à la taille.

Art Linson commente : «Sur ce film, nous avons fait tout ce qu’on n’est jamais supposé faire. Nous avons tourné dans la neige, ou par des températures de 48°C, et sur le fleuve Colorado... Et Sean était infatigable !»

Les lieux de tournage jouaient un rôle capital, mais plus important encore, il fallait arriver à traduire au cinéma l’émotion provoquée par la solitude et les grands espaces. Pour y parvenir, Sean Penn s’est tourné vers Eric Gautier. Il confie : «J’ai travaillé avec d’excellents directeurs de la photo, mais je n’étais encore jamais arrivé au point d’obtenir à l’écran exactement ce que j’avais en tête.»

Sean Penn avait vu son travail sur CARNETS DE VOYAGE de Walter Salles et il avait été époustouflé par la manière dont les paysages étaient devenus une partie intégrante de la narration.

Il raconte : «Lorsque j’ai rencontré Eric, nous avons parlé des objectifs susceptibles de créer les effets que je voulais, de la manière dont j’aime tourner, à chaud, sur l’impulsion, et comment on allait beaucoup travailler en lumière naturelle... Et nous avons décidé de tenter l’aventure ensemble. Eric s’est jeté à l’eau, c’est le cas de le dire ! Il ne s’agissait pas simplement de filmer dans les vrais lieux, il fallait aussi que la caméra aille là où elle le devait, quelles que soient les conditions.»

Bill Pohlad explique : «Eric a énormément apporté à ce film. Le voir travailler est impressionnant. Il est capable de se donner à fond. En Alaska, il a su faire face à toutes les situations, et il nous a offert souvent des images inoubliables.»

En pleine nature

LA MUSIQUE

La musique elle aussi était dans l’esprit de Sean Penn depuis le début. Il a d’ailleurs écrit beaucoup de phrases, d’indications et de chansons particulières directement sur le scénario. La bande originale finale du film combine les chansons originales et la musique d’Eddie Vedder avec des compositions à la guitare de Michael Brook et Kaki King.

Sean Penn explique : «Plus nous tournions, plus j’entendais la voix d’Eddie Vedder comme l’âme de Chris McCandless. En même temps, tout en montant le soir avec Jay Cassidy, nous écoutions de plus en plus souvent la musique de Michael Brook, et elle s’est mise à résonner à nos oreilles comme l’approche qu’il fallait au film. Puis Kaki King nous a été recommandée par Martin Hernandez, notre ingénieur du son. J’ai écouté... et elle est venue nous rejoindre. Après cela, j’ai demandé à Eddie s’il pouvait lire le livre, il l’a fait et a commencé tout de suite à écrire des chansons, à composer des morceaux instrumentaux. Pour finir, nous avons enregistré à Seattle avec Michael, Eddie et Charlie Musselwhite.»

En pleine nature

En pleine nature

En pleine nature - Emile Hirsch

 

(BANDE ANNONCE VF 2007)

Commenter cet article