Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

INVASION (BANDE ANNONCE VF 2007) avec Nicole Kidman, Daniel Craig

Publié le par ERIC-C

INVASION
REMAKE DU FILM ";L'INVASION DES PROFANATEURS DE SEPULTURES"
de Oliver HIRSCHBIEGEL (L'EXPERIENCE - LA CHUTE)
avec Nicole KIDMAN - Daniel CRAIG - Jeremy NORTHAM
Invasion - Affiche française
L'HISTOIRE : Une immense explosion embrase le ciel, de Dallas à Washington, répandant sur des milliers de kilomètres carrés les restes de la navette spatiale Patriot. Les autorités prennent rapidement la situation en main, mais d'étranges rumeurs ne tardent pas à circuler : on aurait trouvé, collée aux fragments de l'engin, une matière inconnue, hautement toxique, capable de résister à des températures extrêmes. Et les premiers à entrer en contact avec elle n'auraient plus d'humain que l'apparence…
Mais pas question de déclencher la panique pour autant.
Quelque temps après le crash, Carol assiste à une vague de phénomènes aberrants. Une de ses patientes se plaint, par exemple, qu'on lui a "changé" son mari. Simple délire? Mais pourquoi tant de gens à travers le pays en sont-ils affectés ? Et pourquoi les rues des villes sont-elles devenues si paisibles, comme si personne n'osait plus s'énerver ? Plus inquiétant : Oliver, le jeune fils de Carol, ramène le jour d'Halloween un sucre d'orge enduit d'une matière inconnue… et vivante!
Carol alerte son ami et collègue Ben Driscoll avant de confier Oliver à son ex-mari, Tucker, haut responsable du Centre de Contrôle des Maladies venu enquêter sur les conséquences sanitaires du crash.
L'épidémie se répand à toute allure à travers le pays, et Carol découvre que les autorités, loin de la juguler, la favorisent en inoculant à des milliers de gens une spore d'origine inconnue qui altère leur ADN durant le sommeil, ne leur laissant que leur enveloppe charnelle, vide d'émotions et de sentiments. Autour d'elle, Carol voit émerger un ordre nouveau, aussi hiérarchisé qu'une ruche, et surgir des milliers de "body snatchers" n'aspirant qu'à infecter le genre humain et à s'en assurer le contrôle.
Luttant désespérément contre le sommeil, Carol se lance à la recherche d'Oliver, ultime espoir de stopper l'invasion grâce à son système immunitaire. Entourée de "snatchers", elle devra feindre un calme parfait, refouler toutes ses émotions.
Et ne jamais fermer l'œil…
Invasion - Affiche teaser américaine
NOTES DE PRODUCTION
"Imaginer un monde en paix avec lui-même, un monde où aucune crise n'engendrerait de nouvelles atrocités, un monde où les journaux ne nous parleraient plus de guerres et de violences… c'est imaginer un monde où les humains n'auraient plus rien d'humain."

Publié en 1955, le classique de Jack Finney "The Body Snatchers" s'est imposé comme un titre phare de la science-fiction. En 1956, sa première adaptation, réalisée par Don Siegel, faisait écho à l'anticommunisme galopant des États-Unis. En 1978, une seconde version, réalisée par Philip Kaufman sur la lancée de la guerre du Vietnam et du Watergate, reflétait la méfiance croissante du peuple américain à l'égard de ses dirigeants. Une troisième adaptation, tournée en 1994 par Abel Ferrara, évoquait la crise de l'institution familiale et la rébellion adolescente face au monde des adultes et à l'autorité (en l'occurrence, l'autorité militaire.)

INVASION propose une approche nouvelle et contemporaine de la notion d'invasion extraterrestre.

Joel Silver"Le film postule qu'une telle incursion pourrait parfaitement se produire sans que débarquent sur Terre des créatures d'un autre monde. Le risque de pandémie est très réel aujourd'hui, et la diffusion d'un microbe suffirait à anéantir l'espèce humaine avant qu'elle n'ait le temps de réagir.
"Supposons en outre que les gens qui sont censés protéger la population soient les premiers contaminés ; que le gouvernement, la presse, les médias, les savants chargés d'enrayer le mal nous assurent qu'il n'y a rien à craindre. Toute personne qui tenterait alors de donner l'alerte passerait pour un illuminé et devrait s'interroger sur son équilibre psychique. Avant d'entreprendre quoi que ce soit, les protagonistes d'INVASION devront d'abord légitimer leurs soupçons et apprendre à se fier à leur propre jugement."
Le scénario d'INVASION est focalisé sur le personnage de Carol Bennell, une psychiatre de Washington dont le jeune fils a été enlevé au début de l'invasion.

Nicole Kidman: "Le cœur de l'intrigue est le périple de cette femme à la recherche de son enfant. C'est l'élément qui m'a accrochée dans cette histoire : le besoin urgent et impérieux de protéger celui à qui l'on a donné la vie et qu'on aime plus que tout au monde. Ce besoin suscite en vous une énergie et des émotions incomparables. Mère de deux enfants, je connais l'amour inconditionnel qu'ils font naître en nous."

Le scénariste David Kajganich souligne un autre aspect : "Dans le livre de Finney, les extraterrestres n'aspirent qu'à survivre. Mais le désir de survie peut prendre différentes formes, et il suffit d'observer le monde actuel pour constater que le pouvoir n'aspire, lui aussi, qu'à se perpétuer en éliminant tout ce qui le menace. Rien d'étonnant donc à ce que le véhicule de cette invasion se pose à Washington, siège du pouvoir fédéral."

Joel Silver "INVASION se déroule dans notre monde et notre temps, dont il reflète la paranoïa politique, sociale et environnementale. David Kajganich a écrit un scénario original, fondé sur une approche inédite du roman. Le film est un thriller, riche en suspense, mais avec un arrière-plan très dense."

Pour donner à cette histoire toute sa dimension, Silver fit appel au réalisateur allemand Oliver Hirschbiegel, primé récemment pour LA CHUTE.
Joel Silver "Ce film m'avait impressionné par son réalisme, son ampleur, son intensité oppressante. Oliver vise toujours à un maximum d'authenticité, et c'est précisément ce dont nous avions besoin dans ce thriller : communiquer au spectateur le sentiment que tout cela se déroule bel et bien sous ses yeux, dans son monde."

Hirschbiegelsouligne à son tour l'importance du réalisme dans son approche de la S. F.
"Dès que j'ai un doute, j'essaie d'imaginer comment cela se passerait dans la réalité, en évitant les effets de mise en scène qui font crier au génie."
Nicole Kidman, qui a travaillé avec des cinéastes aussi brillants que Lars von Trier, Baz Luhrmann, Jane Campion et Stanley Kubrick, fut ravie de collaborer avec Hirschbiegel : "J'aime la spontanéité de sa mise en scène, l'intérêt qu'il porte à l'acteur. Et puis Oliver aime les femmes. Il comprend leur psychologie, leurs sentiments, il est fasciné par tout ce qui fait leur richesse humaine et leur sagesse."

"Personne ne touche à mon enfant."
L'invasion constitue la toile de fond d'une histoire intimiste, focalisée sur une poignée de personnages. Leur lien : une suspicion et une angoisse croissantes à l'égard de phénomènes troublants, sans explication apparente.
Nicole Kidman interprète la psychiatre Carol Bennell (dont le nom de famille évoque le héros du roman de Finney et du film de Siegel). Carol se retrouve dans "l'œil du cyclone" lorsqu'une de ses patientes lui explique qu'elle "ne reconnaît plus son mari". (Le rôle de Wendy est tenu par Veronica Cartwright, l'une des stars de la version 78 D'INVASION OF THE BODY SNATCHERS.)

Joel Silver : "Carol ne fait pas tout de suite le lien entre les déclarations de cette femme et le crash récent d'une navette spatiale. Puisant dans l'arsenal classique de la psychiatrie, elle diagnostique un délire paranoïaque. La vérité est tellement inconcevable, tellement énorme, qu'il lui faudra encore un certain temps avant de la percevoir."

Oliver Hirschbiegel : "Tout le film est centré sur Carol. C'est à travers son regard que l'histoire se déroule. Nicole a mis énormément d'elle-même dans ce rôle, à commencer par son énergie et son attachement viscéral à l'enfant. C'était fascinant de la voir s'immerger dans ce monde et de pouvoir capter ses réactions, si naturelles, si intenses."

En se penchant sur le cas Wendy, Carol constate bientôt que le "délire" de sa patiente s'est répandu à travers le pays. S'agit-il d'une illusion collective ou d'un phénomène réel, obscurément lié au crash de la navette? Carol fait part de ses interrogations et de son inquiétude à son ami le plus proche, Ben Driscoll, interprété par Daniel Craig.
Daniel Craig : "Bien que leur relation soit platonique, Ben est follement amoureux de Carol. Il veut la protéger, l'aider à résoudre une situation familiale difficile. Il attend… et espère."

Oliver Hirschbiegel "C'est une grande chance d'avoir Daniel dans ce rôle, car il exprime sans effort toutes les facettes de son personnage : l'énergie, l'intelligence, la tendresse, qui amènent Carol à s'appuyer sur lui. Daniel possède aussi un formidable sens de l'humour. J'ai été ravi de travailler avec lui."

Craig , dont c'est le premier face-à-face avec Nicole Kidman, fut aussi impressionné par le sérieux de sa partenaire que par sa capacité à s'amuser sur le plateau : "C'est une actrice fantastique, et si profonde! J'ai eu une grande joie à jouer avec elle."
Et Kidman de retourner le compliment : "Daniel est immensément doué. On a besoin d'être entouré de gens qui vous inspirent, qui connaissent aussi bien leur métier et rendent un tournage plaisant. J'adore ces moments entre "Action" et "Coupez", où tout peut arriver, où vous plongez tête baissée dans la scène en oubliant le reste. C'est ce sentiment si fort qui ne cesse de m'attirer vers le cinéma."

"Tu resteras la même, tu garderas tes souvenirs et tes habitudes. Ne résiste pas. Laisse-toi faire!"
Le week-end du crash, Carol voit ressurgir son ex-mari, Tucker (Jeremy Northam). Dépêché à Washington par le Centre de Contrôle des Maladies (CDC) pour étudier les restes de la navette, celui-ci sera parmi les premiers contaminés. Son arrivée inopinée, sa demande pressante d'exercer ses droits de visite à l'égard de son fils, Oliver, mettent la psychiatre en alerte.

Jeremy Northam : "Leurs relations n'étant pas des plus cordiales, le spectateur aura tendance à prendre d'emblée le point de vue de Carol et à se méfier de Tucker. Que veut cet homme? Pourquoi revient-il soudain d'Atlanta après toutes ces années? Pourquoi tient-il tant à revoir son fils, si longtemps négligé? Tout cela cache manifestement de troubles intentions, et ne peut manquer d'inquiéter son ex-femme."
Le mystérieux germe ramené sur Terre par la navette se répand à une vitesse fulgurante, chaque personne contaminée étant irrésistiblement poussée à en infecter d'autres.

Oliver Hirschbiegel : "Les "body snatchers" ne vous tuent pas, ils vous transforment de l'intérieur pendant votre sommeil en recombinant votre ADN."
Le CDC lance une grande campagne de vaccination en prétendant combattre une "pandémie grippale", mais cette mesure, loin d'enrayer le mal, en favorise la propagation. Tucker jouera dans cette phase critique un rôle clé : "Il réunit plusieurs hauts responsables du gouvernement sous couvert de les informer… et contamine chacun d'eux", révèle Silver. "C'est ainsi que le nombre des "snatchés" va se croître à un rythme exponentiel."
"Cette métamorphose génétique vous donne meilleure mine, vous fait paraître plus sain", complète Hirschbiegel. "Mais elle affecte aussi votre comportement social car les "snatchers" aiment l'ordre, ne ressentent plus la moindre émotion et évoluent dans un étrange état de béatitude."

"En votre for intérieur, vous savez bien qu'en nous combattant, vous défendez une cause perdue." Du jour au lendemain, le monde perd tout ce qui faisait son charme tandis que se met en place un ordre répressif d'une grande austérité.

David Kajganich: "Les "snatchers" ont eu l'intelligence de contaminer en premier lieu les gens les plus utiles à leur entreprise : les plus hauts responsables du gouvernement, de la magistrature, du commerce. C'est la marque de leur efficacité."
Les "snatchés" se multiplient dangereusement dans l'entourage de Carol, pressant celle-ci de les rejoindre. Mais la psychiatre n'a qu'un souci : sauver d'urgence Oliver, parti en week-end avec son père, et lui éviter le pire.

Oliver est interprété par le jeune Jackson Bond, dont c'est la première apparition à l'écran. "Il est adorable", déclare Nicole Kidman. "C'est le garçon le plus gentil du monde, un petit homme avec des réactions touchantes, tour à tour adultes et enfantines. Nous avons eu beaucoup de chance en misant sur lui."
Oliver se révèle un cas singulier : infecté, il ne se métamorphose pas durant son sommeil. "Protégé par de mystérieuses défenses immunitaires, il est la clé d'une réponse scientifique à l'invasion", explique Jackson Bond. "Mais pour éviter d'être repérés, sa mère et lui vont devoir se faire passer pour des "snatchés" et éviter de manifester en public la moindre émotion."
Pendant ce temps, une équipe de savants, menée par le Dr. Galeano (Jeffrey Wright) s'acharne à trouver un remède. "Galeano a tout de suite compris la vraie nature de l'infection et ses origines", explique Craig. "Nul n'est mieux placé pour stopper cette terrifiante invasion qui gagne chaque jour du terrain."

En rédigeant son script, Kajganich n'imaginait pas tout ce que les comédiens y apporteraient. "Durant le tournage, j'ai assisté à la métamorphose d'un des principaux personnages dans un paisible pavillon de banlieue. J'ai trouvé cela bien plus brutal, bien plus dérangeant qu'une scène de violence traditionnelle, et je n'ai pas pu regarder les acteurs jusqu'au bout, tant c'était cru. Même sur un plateau de cinéma, cela avait toute l'apparence de la réalité."
Joel Silver "Je n'aurais pu espérer meilleur casting. Chacun a fait un travail fantastique à partir de ce matériau. Tous se sont appliqués sous la direction d'Oliver a créer une atmosphère inquiétante, inconfortable. À commencer par Nicole, présente dans chaque plan, qui confère à l'histoire un très solide ancrage émotionnel."

L'actrice consulta des psychiatres pour se familiariser avec certaines réactions de son personnage.
Nicole Kidman "Mon père est psychologue. Je ne suis donc pas étrangère à ce monde, mais j'ai trouvé très utiles les indications fournies par une psychiatre new-yorkaise sur nos réactions corporelles aux situations émotionnelles extrêmes."
Les deux principaux consultants du film ont été le Dr. Ana Krieger, directrice du Centre d'Étude des Troubles du Sommeil de l'Université de New York, et le Dr. Linda Chung, formatrice au Département de psychiatrie du Bellevue Hospital.

"On ne compte plus les victimes. Vous rameutez la population, vous vaccinez à tour de bras comme s'il s'agissait d'une épidémie de varicelle. Mais que leur inoculez-vous réellement?"

Appelé à créer les décors de l'INVASION, le vétéran Jack Fisk apprécia la démarche d'Oliver Hirschbiegel : "Il a filmé cette grosse production "à l'européenne", comme s'il s'agissait d'un documentaire. Son idée était de se rendre sur les extérieurs, de procéder aux aménagements nécessaires et de tourner dans la foulée, avec un minimum d'éclairage. Nous avons très vite appris à lui fournir tout ce dont il pouvait avoir besoin au gré de son inspiration."
L'un des motifs visuels dominants du film est la raréfaction des couleurs dans le monde des "snatchers" : "Ils ont moins de goût que les humains pour les couleurs", indique Fisk. "C'est un de leurs signes distinctifs."

Hirschbiegel et Fisk collaborèrent avec la chef costumière Jacqueline West pour intégrer ce motif dans l'habillement des "snatchers" : "Oliver est grandement responsable du "look snatcher", précise West. "Dès notre première rencontre, nous avons défini comme un élément majeur cette évacuation radicale des couleurs, allant de pair avec le rejet de l'individualisme, de la personnalité, bref de l'humanité. Les vêtements des "snatchés" sont monochromatiques, utilitaires, taillés dans de robustes étoffes, avec une palette limitée au gris, au brun, au bleu sombre. Le nouvel ordre est en marche… Nicole, bien sûr, préserve son individualité toute au long du film, conférant à son personnage une allure classique, intemporelle, d'une grande simplicité."

"Ne t'endors pas. Je suis à ta recherche. Envoie-moi un texto. Je t'aime. Maman."
L'équipe filma en premier lieu dans le centre-ville et le port intérieur de Baltimore avant de rejoindre Washington, où elle filmerait dans des sites aussi connus que le National Mall, l'Hôpital George Washington, la station de métro de Cleveland Park et la gare d'Union Station.
Un terrain agricole proche du Centre médical de fort Howard, fournit le site du crash, le reste de la séquence était réalisé dans l'enceinte du fort.
Durant ses six derniers jours dans la capitale fédérale, l'équipe investit la résidence de l'Ambassadeur du Chili, sur Massachusetts Avenue. Construite en 1905 par le grand architecte Nathan Wyeth, elle figure dans le film l'Ambassade Tchèque.
Jack Fisk : "Le renom de Nicole et Oliver nous a ouvert bien des portes. Les gens avaient envie de contribuer au film. Le Service des Parcs, qui organise quantité d'événements à Washington, nous a apporté une aide considérable et facilité la tâche dans moult occasions."
De retour à Baltimore pour les quatre dernières semaines, l'équipe tourna dans des décors comme l'Hôpital de Baltimore, le Centre des Congrès, les Tours de Harbor Court, l'immeuble Legg Mason, le Département de biologie moléculaire du Johns Hopkins Hospital et le QG de la Police pour un spectaculaire atterrissage d'hélicoptère de combat Faucon Noir (fourni ainsi que son pilote par l'Armée).

"C'est devenu dangereux de s'exprimer, de se distinguer des autres. Ils ont fait de notre peur leur atout maître."
Inscrit dans une thématique classique, INVASION joue aussi sur des angoisses collectives on ne peut plus actuelles.
Joel Silver: "À quels dangers mortels notre société est-elle principalement exposée aujourd'hui ? À des bombardements massifs? À de spectaculaires explosions? Ou plutôt à un simple petit microbe que nous n'aurions pas le temps de voir venir et dont nous ne pourrions anticiper les effets?"
Davis Kajganich: "Dans la mythologie des "Body Snatchers", des forces extraterrestres s'emparent de vous pendant votre sommeil et changent insidieusement votre univers. Un beau matin, vous découvrez que vous faites partie d'une minorité de gens décidés à résister à l'ordre nouveau. Ce postulat dramatique me paraît encore plus fort et bien plus angoissant si vous imaginez, face à ces ultimes résistants, une masse amorphe, politiquement neutre, qui choisit de fermer les yeux sur ces événements. Dans ces conditions, le monde que nous connaissons pourrait facilement disparaître en un clin d'œil."

Et Joel Silver de conclure : "Ce n'est pas un hasard si l'invasion démarre au plus haut échelon. Après cela, il suffit de jouer sur les peurs collectives pour que la contagion se propage à travers le pays. La peur a toujours été l'alliée du pouvoir et de ceux qui veulent nous masquer la réalité.
"Paradoxe : en nous privant de nos émotions, l'invasion éradique ces motifs de discorde que sont la colère, la jalousie, la haine et les préjugés. Elle nous offre, en échange, un monde bien meilleur et bien plus serein. C'est avec de tels arguments que Tucker et d'autres essaient de convaincre Carol de les rejoindre. Et peut-être n'ont-ils pas ENTIÈREMENT tort…"
Invasion - Affiche américaine
BANDE ORIGINALE DU FILM
Album de la bande originale sur CD Varèse Sarabande
"Them Boyz In The Hood"
De Tommy Armstrong and Deyon Davis
Interprété par Drop Tha Bomb
Avec l'aimable autorisation de Cinematic Tunes Inc.

"Boogie"
De Tommy Armstrong et Deyon Davis
Interprété par Drop Tha Bomb
Avec l'aimable autorisation de Cinematic Tunes Inc.

"String Quartet No. 26 in D Major"
De Franz Joseph Hayden
Interprété par The Kodaly Quartet
Avec l'aimable autorisation de Naxos
En accord avec Source/Q

"Heavies"
De Chris Joyner de Tim Scott
Interprété par Chris Joyner

"So Through"
De Baby Jaymes et Jamie Hawkins
Interprété par Naté
Avec l'aimable autorisation de Ghetto Retro Entertainment
Invasion - Nicole Kidman
Invasion - Daniel Craig et Nicole Kidman
Invasion - Nicole Kidman
 
(BANDE ANNONCE VF 2007)
Commenter cet article