Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

A L'INTERIEUR (BANDE ANNONCE 2007) avec Béatrice DALLE - Allison PARADIS - Nicolas DUVAUCHELLE

Publié le par ERIC-C

A L'INTERIEUR

Film d'épouvante français de Julien MAURY et Alexandre BUSTILLO

avec Béatrice DALLE - Allison PARADIS - Nicolas DUVAUCHELLE

A l'intérieur

 

L'HISTOIRE : A la veille d'accoucher, Sarah passe le réveillon de Noël seule chez elle. Quelqu'un frappe à la porte. Derrière, une femme prête à tout pour arracher l'enfant qu'elle porte en elle.

A l'intérieur - Alysson Paradis

A l'intérieur - Alysson Paradis

A l'intérieur - Béatrice Dalle et Alysson Paradis

NOTES DE PRODUCTION : LA GENESE DU PROJET

A L'’INTÉRIEUR est l'’aboutissement d'’un désir : produire un vrai film de genre en France. Première production de La Fabrique de Films, société fondée par Vérane Frédiani et Franck Ribière, A L'’INTERIEUR est un authentique thriller réaliste, radical et flirtant avec l'’horreur. « Nous avons toujours aimé les films de genre. Dans nos métiers précédents et dans la distribution, nous étions toujours à l’'affût de nouveaux talents dans ce cinéma » avoue Vérane Frédiani. « C'’est un cinéma très créatif, divertissant, qui se doit d’être intelligent et qui joue avec les codes du cinéma pour plus surprendre le spectateur. Le cinéma de genre donne naissance à de très bons films qui résistent au temps et qui permettent de découvrir d’'excellents réalisateurs. Peter Jackson, James Cameron ou encore Sam Raimi pour n’'en citer que quelques-uns, ont commencé par des films de genre. Nous souhaitions nous investir plus activement dans cette voie, en tant que producteurs cette fois-ci. D'’autant plus que ces films se font très rares dans le cinéma français. Il nous restait alors à trouver le bon projet. » En tant que distributeur, La Fabrique de Films a sorti en France notamment LE CRIME FARPAIT d’Alex de la Iglesia, THE DESCENT de Neil Marshall ou plus récemment SEVERANCE de Christopher Smith ou bien encore WILDERNESS de Michael J. Bassett. Ancien critique cinéma chez Mad Movies, Alexandre Bustillo est à l’origine du script de A L'’INTERIEUR. « Une de mes amies était enceinte quand l'’idée de A L'’INTERIEUR est née. Elle vivait dans une petite maison de banlieue. J'’ai donc imaginé ce qui pouvait se passer si elle se retrouvait seule un soir chez elle et qu'’un tueur venait lui « rendre visite ». Très vite, pour moi, ce tueur ne pouvait être qu’'une femme. C'’était une évidence : une femme désirant un enfant plus que tout était plus crédible qu’un simple slasher, et donc plus terrifiant. Je me suis alors immédiatement mis à écrire un premier jet du scénario, et plus j’'avançais, plus je me surprenais à trouver cette idée réellement angoissante, très proche de certains faits divers qu’'on peut lire dans les journaux ». Alexandre Bustillo précise au sujet de son envie de mettre en scène des personnages féminins : « En matière de films d'’horreur, les castings majoritairement féminins sont particulièrement efficaces. Par exemple THE DESCENT – qui va au-delà de l’'horreur et nous parle de la maternité -, si on remplace les femmes par des hommes, ça donne LA CRYPTE, un film complètement insignifiant ». Si l’'approche de A L'’INTÉRIEUR est directe et parfois crue, le film baigne dans une atmosphère formelle proche d’un conte moderne. Pour l’auteur, « Construit en trois actes, A L'’INTERIEUR pourrait se rapprocher d’une légende urbaine que l’'on se raconte autour d’un feu le soir à la nuit tombée. Le premier acte est solidement ancré dans la réalité : on s'’immerge dans le quotidien ravagé de Sarah (elle vient de perdre son mari) avant que La Femme n’'arrive et ne l'’agresse. Le deuxième acte brouille les perceptions des personnages et du spectateur : une fois l’'électricité coupée, le film est plongé dans les ténèbres où se découpent les silhouettes fantomatiques des protagonistes. Le troisième acte est celui où se déchaîne la folie de La Femme, celui où sa détermination, sa fureur prennent le pas sur son humanité, faisant d'’elle un monstre au sens classique, tragédien du terme. » Une fois le scénario terminé, Alexandre Bustillo se lance à la recherche de producteurs. Séduits par cette histoire où la terreur est avant tout psychologique, la peur profondément viscérale, humaine et qui prendra assurément les spectateurs aux tripes, les producteurs de La Fabrique de Films décident très rapidement de se lancer dans l’'aventure. « C’est un script original, malin, très différent de tout ce qui avait pu se faire en France jusque- là » déclare Franck Ribière. « Deux aspects ont particulièrement attiré notre attention. Tout d’abord, l’histoire avec un casting exclusivement féminin, l’'utilisation de peurs primales, un thème qui va en fait au-delà du simple film d'’horreur pour évoquer la maternité. Et puis la personnalité d’'Alexandre, sa motivation : c’'est un spécialiste du film de genre. Cela faisait quelques temps déjà qu’on pensait qu'’il fallait se tourner vers les fans, vers ceux qui connaissent ces films et leurs mécaniques sur le bout des doigts. »

(BANDE ANNONCE)

 

Commenter cet article