Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

MICHAEL CLAYTON (2007) avec George CLOONEY, Tom WILKINSON, Tilda SWINTON, Sydney POLLACK

Publié le

MICHAEL CLAYTON

de Tony GILROY

avec George CLOONEY - Tom WILKINSON - Tilda SWINTON - Sydney POLLACK

 Michael Clayton

L'HISTOIRE :

Avocat dans l'un des plus grands cabinets juridiques de New York, Michael Clayton arrange discrètement et par tous les moyens les affaires embarrassantes de ses clients. On lui confie le dossier douteux d'une puissante firme agrochimique. Lorsqu'il découvre que cette multinationale sans scrupules est prête à faire des millions de victimes pour s'enrichir, il ne peut plus échapper au choix qui s'impose à lui : étouffer la vérité ou la faire éclater, au péril de sa vie...

Michael Clayton - George Clooney

 

NOTES DE PRODUCTION

Pour sa première réalisation, Tony Gilroy, scénariste réputé à qui l’'on doit entre autres LA MEMOIRE DANS LA PEAU, LA MORT DANS LA PEAU et LA VENGEANCE DANS LA PEAU, a choisi d’écrire un sujet palpitant autour de l’'univers des avocats et des grands groupes industriels. C’'est aussi pour lui l’'occasion d'’explorer les relations humaines, le pouvoir et la puissance de l’'argent, les conflits entre la morale et les intérêts financiers et les extrêmes où cela peut conduire….

Il confie : "Quand on regarde tout ce que j’'ai écrit ces dernières années, il ressort que le monde du travail et les relations humaines sont un thème qui m'’inspire particulièrement. Ce que font les gens, ce qu'’ils gagnent et de quelle façon sont des sujets qui me passionnent. C'’est un univers fascinant car il génère de très nombreux dilemmes, désirs, décisions et prises de position."

 

C'’est en visitant des cabinets d’avocats à New York pour ses recherches sur le scénario de L'’ASSOCIE DU DIABLE, que Tony Gilroy a eu l'’idée de MICHAEL CLAYTON.

Il se souvient : "En fréquentant ces bureaux, j'’ai été surpris de voir tout ce que leur fonctionnement implique et l’'intense activité qui y règne en permanence. Toutes ces firmes ont plusieurs équipes qui permettent de faire tourner leurs affaires 24 heures sur 24 et d’'être toujours sur la brèche."

"Dans l’'une d’'elles, j'’ai entendu parler d’une firme impliquée dans un énorme procès d’'entreprise qui durait depuis presque une dizaine d’années. L'’affaire était quasiment jugée et la firme devait normalement l’'emporter. Plus d'’un milliard de dollars était en jeu. Deux jours avant de signer l'’accord final entre les participants, un jeune associé de la firme travaillant là depuis trois ans a trouvé à 4 h du matin un document encore inconnu qui aurait pu complètement retourner l’'affaire et leur faire perdre le procès. Au final, le document a été soigneusement escamoté, et le jeune associé a eu la promotion la plus fulgurante de toute l’'histoire de cette firme... "

Tony Gilroy continue : "Dans les années 70, il y a eu l'’affaire Anderson contre General Motors. Les voitures de la marque General Motors explosaient facilement après un impact. Les familles des victimes mortes dans l'’incendie de leurs voitures ont intenté un procès à la marque. En 1999, elles ont fini par être indemnisées à hauteur de 4,9 milliards de dollars. General Motors a perdu l’'affaire suite à la découverte d'’un document que la firme et ses avocats avaient tenté de dissimuler pendant vingt ans. Ce n’'était qu’'un simple petit document de deux pages, un mémo écrit de la main d’'Edward Ivey, un ingénieur de General Motors, et dont le titre était " Analyse des cas d'’incendie de réservoir ayant entraîné la mort de passagers ". Il n’'y avait rien de compliqué dans ce document, c'’était juste une analyse classique comparant les coût et les profits. General Motors savait qu'’il existait un risque d’explosion, et le mémo de Mr Ivey avait juste pour objet de déterminer s’il était plus coûteux de modifier la chaîne de montage du modèle en question ou d'’indemniser les familles des victimes. Pour General Motors, la solution la plus économique était l'’indemnisation. La voiture incendiaire a donc continué à être produite sans être modifiée. "

De telles histoires ont inspiré à Tony Gilroy le personnage de Michael Clayton, un "fixer", c'est-à-dire un avocat qui ne plaide pas mais dont le travail consiste à trouver des solutions discrètes aux problèmes parfois délicats des riches clients et avocats de la firme pour laquelle il travaille.

Tony Gilroy explique : "Quand on considère toute l'’immoralité de ces grosses affaires et qu’'on voit que ce sont des gens comme vous et moi qui s’occupent de tout cela, des gens qui le soir venu, rentrent chez eux, paient leurs impôts, des gens qui aiment leurs enfants, c’est étonnant de constater que personne, ou presque, ne dit jamais rien..."

Le producteur Sydney Pollack, qui interprète également Marty Bach, l’'un des patrons du cabinet d'’avocats, déclare : "Cette histoire m'’a tout de suite captivé. Elle était remarquablement écrite, elle sonnait vrai tout en étant très spectaculaire. Elle aborde des thèmes qui sont d'’actualité depuis très longtemps, et qui le resteront, je crois, pendant de très nombreuses années."

Avec MICHAEL CLAYTON, Tony Gilroy réalise son premier film. Le producteur Steven Samuels raconte : "Je crois que cette histoire va beaucoup toucher les gens car pour la plupart, nous avons tous fait face un jour ou l'’autre à une situation professionnelle allant à l’'encontre de notre morale personnelle."

 

LE PRIX DE LA VICTOIRE

Michael Clayton

Tony Gilroy explique : "Michael Clayton est un personnage complexe. Tous les atouts qu'’il possède et qui l'ont bien servi jusqu'’ici – son charme, son aisance, son autorité – ne lui sont plus d'’aucune aide dans cette histoire. Tout le charisme du monde n’est pas d’'un grand secours quand vous êtes dans les problèmes jusqu'’au cou. Beaucoup d'’acteurs se disent prêts à jouer de tels rôles, mais il faut un grand courage et un talent énorme pour incarner avec brio des personnages aussi écrasés par les circonstances."

Steven Soderbergh, avec qui Tony Gilroy travaillait à l’'époque sur un autre projet, a arrangé une rencontre entre le réalisateur et George Clooney. Tony Gilroy observe : "George Clooney est tout à fait en phase avec New York. Il a de l'’allure, il est très énergique, intelligent et charmeur, ce qui faisait de lui l'’acteur parfait pour ce rôle."

La productrice Jennifer Fox commente : "Pour plusieurs raisons, j’'ai senti que la collaboration entre Tony Gilroy et George Clooney allait bien se passer. Pour commencer, ils ont les mêmes références cinématographiques et ont tous les deux été influencés par les grands cinéastes des années 70 comme Alan Pakula, Sidney Lumet, Mike Nichols… et Sydney Pollack. Ensuite, ils sont tous les deux très méthodiques et préparent minutieusement ce qu'’ils font, tout en réussissant à donner à leur travail une impression de grande facilité."

 

Michael Clayton - George Clooney et Tom Wilkinson

Michael Clayton - Tom Wilkinson et George Clooney

Michael Clayton - George Clooney et Sydney Pollack

Michael Clayton - George Clooney

Michael Clayton - George Clooney

Michael Clayton - George Clooney

Michael Clayton

 

 

Commenter cet article