Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

UNE GRANDE ANNEE de Ridley SCOTT avec Russell CROWE, Albert FINNEY, Marion COTILLARD

Publié le

UNE GRANDE ANNEE (2006)

de Ridley SCOTT (Gladiator, La chute du faucon noir)

avec Russell CROWE, Albert FINNEY, Marion COTILLARD, Didier BOURDON, Freddie HIGHMORE, Valéria BRUNI-TEDESCHI

L'HISTOIRE : 

Max Skinner, un banquier d'affaires anglais, hérite du vignoble provençal où il passait autrefois ses vacances d'été aux côtés de son oncle. Il y retrouve Francis Duflot, le vigneron qu'il a connu enfant et qui veille depuis trente ans sur les cépages.
Alors qu'il prend possession de ses terres, Max apprend qu'il est suspendu suite à une de ses transactions douteuses. Il se résout à s'installer quelque temps dans la propriété. Sachant qu'un château et un vignoble peuvent valoir plusieurs millions de dollars si le vin est bon, il envisage de vendre. Pourtant, il faut se rendre à l'évidence : le domaine ne produit qu'une horrible vinasse.
Max commence peu à peu à goûter la douceur de la vie provençale, mais une jeune Californienne, Christie Roberts, débarque soudain et prétend qu'elle est la fille illégitime de l'oncle décédé, ce qui pourrait faire d'elle l'héritière du domaine...

SYNOPSIS : 

Max Skinner is a highly successful investment expert (Russell Crowe). When his estranged uncle dies, Max returns to the vineyard of his childhood. His intention at first is to put the past behind him and sell the vineyard as quickly as possible. But instead, he discovers a part of himself that he had lost since he had last been there...

 

Marion Cotillard et Russell Crowe. Twentieth Century Fox France

Russell Crowe. Twentieth Century Fox France

Abbie Cornish et Russell Crowe. Twentieth Century Fox France

Russell Crowe. Twentieth Century Fox France

Russell Crowe et Marion Cotillard. Twentieth Century Fox France

Russell Crowe. Twentieth Century Fox France

 

 

Voir les commentaires

LOFT de KIYOSHI KUROSAWA avec Yumi ADACHI, Miki NAKATANI

Publié le

LOFT (2005)

de KIYOSHI KUROSAWA (CURE, KAIRO, SEANCE, JELLYFISH)

avec Yumi ADACHI, Miki NAKATANI

L'HISTOIRE : 

Reiko, jeune écrivain auréolée par la récente obtention d'un fameux prix littéraire, étouffe dans son petit appartement tokyoïte. Aidée par son éditeur, elle décide par conséquent de s'installer dans une grande maison isolée de tout. Elle rencontre un archéologue victime d'étranges malaises depuis qu'il a déterré une momie vieille de mille ans.

 

Voir les commentaires

SOUTH PARK - bigger, longer & uncut - kyle s mom is a bitch (CLIP BOF)

Publié le par ERIC-C

SOUTH PARK  - bigger, longer & uncut - kyle s mom is a bitch (CLIP BOF)
Comedy Central


Voir les commentaires

ERIC-C FAIT LE MANCHOT AU CINEMA VERS LE LARGE A DINAN POUR "HAPPY FEET" (PHOTOS)

Publié le

PAS MANCHOT, ERIC-C FAIT LE PINGOUIN AU CINEMA POUR HAPPY FEET

MERCI A CARNAVAL POUR LE COSTUME.

 

 

 

 

ERIC-C FAIT LE MANCHOT AU CINEMA VERS LE LARGE A DINAN POUR "HAPPY FEET" (PHOTOS)

Voir les commentaires

LE PACTE DU SANG de Renny HARLIN avec Chase CROWFORD, Toby HEMINGWAY (THE COVENANT)

Publié le

 LE PACTE DU SANG (THE COVENANT) (2006)

de Renny HARLIN (CLIFFHANGER, PEUR BLEUE, 58 MINUTES POUR VIVRE, LE CAUCHEMAR DE FREDDY, AU REVOIR A JAMAIS, DRIVEN)

avec Chase CROWFORD, Toby HEMINGWAY, Sebastian STAN, Laura RAMSEY, Steven STRAIT

 

L'HISTOIRE : 

Alors que la fête étudiante du lycée Spenser bat son plein, Caleb et ses trois amis ont d'autres loisirs. Descendants des familles qui fondèrent la ville à l'époque des sorcières de Salem, ils expérimentent les pouvoirs magiques dont ils ont hérité en secret. Lorsque, au petit matin, on découvre le corps d'un étudiant ayant succombé à ce qui semble être une overdose, Caleb et ses comparses sont immédiatement soupçonnés d'y être pour quelque chose.
Sarah Wenham, une nouvelle venue, a encore plus de mal à s'intégrer. Elle a en outre l'impression constante que quelqu'un ou quelque chose l'espionne.
Plus que jamais, Caleb et ses amis doivent être sur leurs gardes et protéger le secret ancestral qui les lie. Tous savent que chaque utilisation de leurs fascinants pouvoirs les fait vieillir prématurément. L'arrivée d'un nouveau, Chase Collins, va tout remettre en cause...

SYNOPSIS : 

Four prep school dudes gifted with good looks also happen to be gifted with ancestral powers enabling them to fight evil. However evil is not the only thing they have to keep at bay, each of the group suffers with his own insecurities as well as the jealousies of other students around them.

Steven Strait. Gaumont Columbia Tristar FilmsSebastian Stan. Gaumont Columbia Tristar FilmsGaumont Columbia Tristar Films

Steven Strait, Chase Crawford et Toby Hemingway. Gaumont Columbia Tristar FilmsToby Hemingway et Laura Ramsey. Gaumont Columbia Tristar FilmsSteven Strait. Gaumont Columbia Tristar FilmsLaura Ramsey. Gaumont Columbia Tristar FilmsGaumont Columbia Tristar FilmsLaura Ramsey. Gaumont Columbia Tristar FilmsSebastian Stan. Gaumont Columbia Tristar FilmsSebastian Stan. Gaumont Columbia Tristar FilmsSebastian Stan. Gaumont Columbia Tristar FilmsToby Hemingway, Steven Strait, Taylor Kitsch et Sebastian Stan. Gaumont Columbia Tristar FilmsSteven Strait et Laura Ramsey. Gaumont Columbia Tristar FilmsTaylor Kitsch, Sebastian Stan, Steven Strait et Toby Hemingway. Gaumont Columbia Tristar FilmsLaura Ramsey. Gaumont Columbia Tristar FilmsSteven Strait. Gaumont Columbia Tristar Films

 

Voir les commentaires

SOURIS CITY de David Bowers avec les voix de Hugh Jackman, Kate Winslet, Ian McKellen

Publié le

SOURIS CITY (2006)

Film d'animation américain de David Bowers

avec les voix de Hugh Jackman, Kate Winslet, Ian McKellen

L'HISTOIRE : 

Roddy est un rat des beaux quartiers, qui habite une luxueuse résidence de Kensington. Lorsque Syd, un vulgaire rat d'égout, remonte par l'évier et prétend s'incruster dans son paradis, Roddy tente de l'évacuer en l'attirant dans les WC. Mais Syd n'est pas si bête, et c'est le rat-finné Roddy que le tourbillon de la chasse aspire et expulse dans les égouts !
Dans cet univers haut en couleur, Roddy fait la connaissance de Rita, une dynamique fouille-poubelles. Pressé de regagner ses appartements, Roddy requiert ses services, mais Rita insiste pour être payée d'avance, et notre "hé-rat" n'en a pas les moyens.
Ses ennuis ne font d'ailleurs que commencer, car l'infâme Crapaud a chargé ses rats de main, de les refroidir. Lorsque les deux balourds se plantent lamentablement, Crapaud appelle à la rescousse son cousin français, le redoutable mercenaire La Grenouille...

United International Pictures (UIP)United International Pictures (UIP)United International Pictures (UIP)United International Pictures (UIP)United International Pictures (UIP)United International Pictures (UIP)United International Pictures (UIP)United International Pictures (UIP)United International Pictures (UIP)

 

Voir les commentaires

LE PRESTIGE de Christopher NOLAN avec Hugh JACKMAN, Christian BALE, Michael CAINE, Scarlett JOHANSSON

Publié le

LE PRESTIGE (2006)

de Christopher NOLAN (MEMENTO, INSOMNIA, BATMAN BEGINS)

avec Hugh JACKMAN, Christian BALE, Michael CAINE, Scarlett JOHANSSON, David BOWIE

Affiche américaine. Warner Bros.

L'HISTOIRE :

La rivalité entre deux magiciens de génie dans le Londres du début du 20e siècle tourne bientôt au meurtre...

Hugh Jackman. Warner Bros.Christian Bale et Hugh Jackman. Warner Bros.Michael Caine et Hugh Jackman. Warner Bros.

 

Voir les commentaires

Hans Zimmer : Des mélodies pour Hollywood (VF)

Publié le par ERIC-C

Hans ZIMMER (1957) 
SELECTION SELECTIVE
(en bleu) MES PREFERENCES :
LES PIRATES DES CARAIBES 2, DA VINCI CODE, BATMAN BEGINS, LE DERNIER SAMOURAI, LE ROI ARTHUR, MADAGASCAR, LES ASSOCIES, THE RING, LA CHUTE DU FAUCON NOIR, LES LARMES DU SOLEIL, SPANGLISH, SPIRIT, THE PLEDGE, PEARL HARBOR, HANNIBAL, MISSION IMPOSSIBLE 2, GLADIATOR, LA ROUTE D'ELDORADO, LA LIGNE ROUGE, LE PRINCE D'EGYPTE, POUR LE PIRE ET LE RIRE, SMILLA, LE PACIFICATEUR, NOM DE CODE NINA, BROKEN ARROW, LE FAN, THE ROCK, THE WHOLE WIDE WORLDS, USS ALABAMA, NEUF MOIS, RANGOON, DROP ZONE, LE ROI LION, OPERATION SHAKESPEARE, RASTA ROCKET, LA MAISON AUX ESPRITS, TRUE ROMANCE, UNE EQUIPE HORS DU COMMUN, RADIO FLYER, TOYS, LA PUISSANCE DE L'ANGE, BACKDRAFT, K2, A PROPOS D'HENRY, THELMA ET LOUISE, UN OISEAU SUR LA BRANCHE, JOURS DE TONNERRE, GREEN CARD, FENETRE SUR PACIFIQUE, BLACK RAIN, MISS DAISY ET SON CHAUFFEUR, BRULANT SECRET, RAIN MAN

Voir les commentaires

SEXY DANCE avec Channing TATUM, Jenna DEWAN, Damaine RADCLIFF

Publié le

SEXY DANCE (2006)

de Anne FLETCHER

avec Channing TATUM, Jenna DEWAN, Damaine RADCLIFF

Affiche française. United International Pictures (UIP)

L'HISTOIRE : 

Rebelle dans l'âme, Tyler Gage a passé toute sa jeunesse dans les bas quartiers et les mean streets de Baltimore, et sait aujourd'hui qu'il ne se tirera d'affaire qu'en rompant avec son milieu. Son seul atout, bien mince : un don naturel pour le hip-hop, qu'il pratique d'instinct, pour son seul plaisir...
Ambitieuse et douée, la belle Nora a grandi au sein d'une famille bourgeoise qui a encouragé très tôt sa vocation, et finance ses études de danse classique à la prestigieuse Performing Arts High School.
Tyler et Nora : deux mondes diamétralement opposés, deux talents, deux passions dont la rencontre explosive sera à l'origine d'un étonnant conte de fée musical...

United International Pictures (UIP)Jenna Dewan. United International Pictures (UIP)Mario. United International Pictures (UIP)

United International Pictures (UIP)Mario et Drew Sidora. United International Pictures (UIP)

 

Voir les commentaires

C'EST BEAU UNE VILLE LA NUIT de et Richard BOHRINGER avec Romane BOHRINGER, Robinson STEVENIN

Publié le

C'EST BEAU UNE VILLE LA NUIT (2006)

de Richard BOHRINGER

avec Richard BOHRINGER, Romane BOHRINGER, Robinson STEVENIN, François MEGRET, Jacques SPIESSER, Rémi MARTIN, Farid CHOPEL, Fanny BASTIEN, Annie CORDY, Annie GIRARDOT, Gabrielle LAZURE, Luc THUILLIER, Sonia ROLLAND, Daniel DUVAL, Christian MORIN, Paul PERSONNE...

d'après l'oeuvre de Richard BOHRINGER

Limelight Distribution

L'HISTOIRE : 

A Ménilmontant, Le Bar de la Dernière Chance est le rendez-vous préféré des assoiffés de la nuit ; on y refait le monde et les histoires d'amour... Pour Richard, le bluesman, la vie est là mais son rêve est ailleurs. Sur la route, une route de nuit, qui passe par la musique, les amis, sa troupe et sa fille. Il les embarque tous pour un nouveau voyage...

Richard Bohringer. Images Factory - Bernard BrunRomane Bohringer. Images Factory - Bernard BrunRichard Bohringer. Images Factory - Bernard BrunFrançois Négret. Images Factory - Bernard BrunJacques Spiesser. Images Factory - Bernard BrunRobinson Stévenin et Romane Bohringer. Images Factory - Bernard BrunRomane Bohringer. Images Factory - Bernard BrunRichard Bohringer. Images Factory - Bernard BrunRichard Bohringer et Romane Bohringer. Images Factory - Bernard Brun

 

Voir les commentaires

DESACCORD PARFAIT avec JEAN ROCHEFORT, CHARLOTTE RAMPLING, ISABELLE NANTY

Publié le

DESACCORD PARFAIT (2006)

de ANTOINE DE CAUNES (LES MORSURES DE L'AUBE, MONSIEUR N.)

avec JEAN ROCHEFORT, CHARLOTTE RAMPLING, ISABELLE NANTY

 

L'HISTOIRE :

"Quelle bonne idée, ces retrouvailles"... se réjouissent d'avance les organisateurs des BATAR, à Londres, sans se douter une seconde qu'ils ne vont pas du tout avoir droit au grand moment d'émotion et de mondanité qu'ils avaient prévu.
Car ces fameuses retrouvailles sont celles d'Alice d'Abanville, célébrissime actrice du théâtre londonien, et de Louis Ruinard, réalisateur français, qui connut son heure de gloire dans les années 70, avec cinq films cultes dont Alice fut l'inoubliable héroïne.
Alice, Louis... Deux personnalités hors du commun. LE couple choc et glamour des années 70. Le Créateur et son Egérie.
Sauf que le fameux couple mythique ne s'est pas revu depuis trente ans. Pire, même : ils ont tout fait pour ne pas se revoir, après une séparation aussi brutale qu'incompréhensible. C'est dire si ces retrouvailles arrangées et officielles, ne sont pas du tout de leur goût.

 

Isabelle Nanty, James Thierree et Jean Rochefort. Gaumont Columbia Tristar FilmsJean Rochefort et Isabelle Nanty. Gaumont Columbia Tristar FilmsCharlotte Rampling. Gaumont Columbia Tristar Films

 

Voir les commentaires

LE DAHLIA NOIR de Brian DE PALMA avec Josh HARTNETT, Scarlett JOHANSSON, Hilary SWANK

Publié le

LE DAHLIA NOIR (2006)

de Brian DE PALMA (LES INCORRUPTIBLES, SCARFACE)

avec Josh HARTNETT, Scarlett JOHANSSON, Hilary SWANK, Aaron ECKHART

Metropolitan FilmExport

L'HISTOIRE :

Dans les années 40, à Los Angeles, Bucky et Lee, deux inspecteurs, s'attaquent à une affaire de meurtre particulièrement difficile. Une starlette, Elizabeth Short, a été découverte atrocement mutilée. Sa beauté et sa fin tragique deviennent les sujets de conversation de toute la ville.
Certains sont prêts à tout pour en tirer bénéfice... ou cacher leurs secrets. Quels étaient les liens de la victime avec la puissante famille Linscott ? Que vivait-elle dans son intimité ? Et avec qui ? Au-delà des apparences, l'enquête commence...

Josh Hartnett, Aaron Eckhart et Scarlett Johansson. Metropolitan FilmExportJosh Hartnett. Metropolitan FilmExportHilary Swank et Josh Hartnett. Metropolitan FilmExportJosh Hartnett. Metropolitan FilmExportJosh Hartnett et Scarlett Johansson. Metropolitan FilmExportAaron Eckhart. Metropolitan FilmExportJosh Hartnett et Aaron Eckhart. Metropolitan FilmExportScarlett Johansson. Metropolitan FilmExport

 

Voir les commentaires

Massive Attack - Angel (BOF CLIP : ANTITRUST)

Publié le par ERIC-C

Massive Attack - Angel (BOF CLIP : ANTITRUST)
.


Voir les commentaires

TOM CRUISE MALADE (LE 2 MARS 1989)

Publié le

2 MARS 1989 - PARIS : Tom CRUISE, venu faire la promotion de "RAIN MAN", annule tous ses engagements et rentre aux USA, après un court séjour à l'hôpital américain de Neuilly où on le soignait pour une grippe.

 

 

 

Voir les commentaires

PATRICK TIMSITet JOSE GARCIA A DINARD (2001-2002)

Publié le par ERIC-C

PATRICK TIMSIT, JOSE GARCIA, MARIANNE DENICOURT A SAINT-MALO ET SES ENVIRONS POUR LE TOURNAGE DU FILM DE PATRICK TIMSIT "QUELQU'UN DE BIEN". UN AN PLUS TARD, RENCONTRE AVEC LE PUBLIC DINARDAIS (2001-2002)

.



Voir les commentaires

SERGI LOPEZ et MANUEL POIRIER (PHOTOS)

Publié le

SERGI LOPEZ ET MANUEL POIRIER AUX ECRANS D'ARMOR A PERROS-GUIREC EN 2004 POUR LA SORTIE DU FILM "LES CHEMINS DE TRAVERSE".



Voir les commentaires

DINAN (BRETAGNE) LE CHATEAU (VIDEOS + PHOTOS)

Publié le par ERIC-C

DINAN (BRETAGNE) LE CHATEAU (VIDEOS + PHOTOS)

 

 

 

DINAN (BRETAGNE) LE CHATEAU (VIDEOS + PHOTOS)
DINAN (BRETAGNE) LE CHATEAU (VIDEOS + PHOTOS)
DINAN (BRETAGNE) LE CHATEAU (VIDEOS + PHOTOS)
DINAN (BRETAGNE) LE CHATEAU (VIDEOS + PHOTOS)
DINAN (BRETAGNE) LE CHATEAU (VIDEOS + PHOTOS)
DINAN (BRETAGNE) LE CHATEAU (VIDEOS + PHOTOS)
DINAN (BRETAGNE) LE CHATEAU (VIDEOS + PHOTOS)

Voir les commentaires

LE PORT VU DU VIADUC (DINAN PHOTOS)

Publié le

LE PORT VU DU VIADUC (DINAN PHOTOS)

 

 

 

LE PORT VU DU VIADUC (DINAN PHOTOS)
LE PORT VU DU VIADUC (DINAN PHOTOS)
LE PORT VU DU VIADUC (DINAN PHOTOS)
LE PORT VU DU VIADUC (DINAN PHOTOS)

Voir les commentaires

LE VIADUC DE DINAN (PHOTOS)

Publié le

LE VIADUC DE DINAN (PHOTOS)

VU DANS LE FILM : "PROMIS... JURE" DE JACQUES MONNET

DANS LE FILM, LE VIADUC ETAIT EN PARTI DETRUIT NUMERIQUEMENT

 

 

 

LE VIADUC DE DINAN (PHOTOS)
LE VIADUC DE DINAN (PHOTOS)
LE VIADUC DE DINAN (PHOTOS)
LE VIADUC DE DINAN (PHOTOS)
LE VIADUC DE DINAN (PHOTOS)
LE VIADUC DE DINAN (PHOTOS)
LE VIADUC DE DINAN (PHOTOS)

Voir les commentaires

BANDE DE SAUVAGES (BANDE ANNONCE VF 2007) avec John TRAVOLTA, Ray LIOTTA, Marisa TOMEI (WILD HOGS)

Publié le par ERIC-C

BANDE DE SAUVAGES (WILD HOGS)

(BANDE DE SAUVAGES, VIEUX MOTARD QUE JAMAIS)

Film américain de Walt BECKER

avec John TRAVOLTA, Martin LAWRENCE, Tim ALLEN, William H. MACY, Ray LIOTTA, Marisa TOMEI

 

Bande de sauvages - Affiche française

L'HISTOIRE : Trois pères de famille, bien installés et amateurs de grosses cylindrées, caressent le doux rêve de sillonner les Etats-Unis façon Hells Angels.

LES CHANSONS DU FILM :

Gimme Some Lovin : Steve WINWOOD

Slow Ride : FOGHAT

Who Do You Love : George THOROGOOD & THE DESTROYERS

Walk Like A Ma : GRAND FUNK RAILROAD

Call Me The Breeze : LYNYRD SKYNYRD

Get Me Outta Here : JET

That Smell : LYNYRD SKYNYRD

Keep On Chooglin : CREEDENCE CLEARWATER REVIVAL

Wanted Dead Or Alive : BON JOVI

Highway To Hell : AC/DC

The High Cost Of Low Living : Joey SCARBURY

Pony : Kyle GASS

Carnival Clowns : Herman BEEFTINK

Spanish Stroll : Mink DeVILLE

Don't Cha : Kyle GASS

Kiss You All Aver : Lyle GASS

Hanna : Scott EVERSOLL

Dusty Trail Blues : Herman BEEFTINK

Showdown : ELECTRIC LIGHT ORCHESTRA

Thunder Kiss 65 : WHITE ZOMBIE

Midnight Rider : THE ALLMAN BROTHERS BAND

Good Vibrations : Brian WILSON

Lost Highway : BON JOVI

"Opal" - "Treasures" - "Top Of The Morning" : Lindsay TOMASIC

Bande de sauvages - Martin Lawrence, Tim Allen et John Travolta

Bande de sauvages - Ray Liotta (au premier plan)

Bande de sauvages - William H. Macy, Tim Allen, Martin Lawrence et John Travolta

Bande de sauvages - John Travolta, Martin Lawrence, Tim Allen et William H. Macy

Bande de sauvages - Marisa Tomei et William H. Macy

Bande de sauvages - John Travolta

Bande de sauvages - Marisa Tomei

Bande de sauvages - Marisa Tomei et William H. Macy

 

(BANDE ANNONCE VF 2007)

 

 

 

Voir les commentaires

A L'INTERIEUR (BANDE ANNONCE 2007) avec Béatrice DALLE - Allison PARADIS - Nicolas DUVAUCHELLE

Publié le par ERIC-C

A L'INTERIEUR

Film d'épouvante français de Julien MAURY et Alexandre BUSTILLO

avec Béatrice DALLE - Allison PARADIS - Nicolas DUVAUCHELLE

A l'intérieur

 

L'HISTOIRE : A la veille d'accoucher, Sarah passe le réveillon de Noël seule chez elle. Quelqu'un frappe à la porte. Derrière, une femme prête à tout pour arracher l'enfant qu'elle porte en elle.

A l'intérieur - Alysson Paradis

A l'intérieur - Alysson Paradis

A l'intérieur - Béatrice Dalle et Alysson Paradis

NOTES DE PRODUCTION : LA GENESE DU PROJET

A L'’INTÉRIEUR est l'’aboutissement d'’un désir : produire un vrai film de genre en France. Première production de La Fabrique de Films, société fondée par Vérane Frédiani et Franck Ribière, A L'’INTERIEUR est un authentique thriller réaliste, radical et flirtant avec l'’horreur. « Nous avons toujours aimé les films de genre. Dans nos métiers précédents et dans la distribution, nous étions toujours à l’'affût de nouveaux talents dans ce cinéma » avoue Vérane Frédiani. « C'’est un cinéma très créatif, divertissant, qui se doit d’être intelligent et qui joue avec les codes du cinéma pour plus surprendre le spectateur. Le cinéma de genre donne naissance à de très bons films qui résistent au temps et qui permettent de découvrir d’'excellents réalisateurs. Peter Jackson, James Cameron ou encore Sam Raimi pour n’'en citer que quelques-uns, ont commencé par des films de genre. Nous souhaitions nous investir plus activement dans cette voie, en tant que producteurs cette fois-ci. D'’autant plus que ces films se font très rares dans le cinéma français. Il nous restait alors à trouver le bon projet. » En tant que distributeur, La Fabrique de Films a sorti en France notamment LE CRIME FARPAIT d’Alex de la Iglesia, THE DESCENT de Neil Marshall ou plus récemment SEVERANCE de Christopher Smith ou bien encore WILDERNESS de Michael J. Bassett. Ancien critique cinéma chez Mad Movies, Alexandre Bustillo est à l’origine du script de A L'’INTERIEUR. « Une de mes amies était enceinte quand l'’idée de A L'’INTERIEUR est née. Elle vivait dans une petite maison de banlieue. J'’ai donc imaginé ce qui pouvait se passer si elle se retrouvait seule un soir chez elle et qu'’un tueur venait lui « rendre visite ». Très vite, pour moi, ce tueur ne pouvait être qu’'une femme. C'’était une évidence : une femme désirant un enfant plus que tout était plus crédible qu’un simple slasher, et donc plus terrifiant. Je me suis alors immédiatement mis à écrire un premier jet du scénario, et plus j’'avançais, plus je me surprenais à trouver cette idée réellement angoissante, très proche de certains faits divers qu’'on peut lire dans les journaux ». Alexandre Bustillo précise au sujet de son envie de mettre en scène des personnages féminins : « En matière de films d'’horreur, les castings majoritairement féminins sont particulièrement efficaces. Par exemple THE DESCENT – qui va au-delà de l’'horreur et nous parle de la maternité -, si on remplace les femmes par des hommes, ça donne LA CRYPTE, un film complètement insignifiant ». Si l’'approche de A L'’INTÉRIEUR est directe et parfois crue, le film baigne dans une atmosphère formelle proche d’un conte moderne. Pour l’auteur, « Construit en trois actes, A L'’INTERIEUR pourrait se rapprocher d’une légende urbaine que l’'on se raconte autour d’un feu le soir à la nuit tombée. Le premier acte est solidement ancré dans la réalité : on s'’immerge dans le quotidien ravagé de Sarah (elle vient de perdre son mari) avant que La Femme n’'arrive et ne l'’agresse. Le deuxième acte brouille les perceptions des personnages et du spectateur : une fois l’'électricité coupée, le film est plongé dans les ténèbres où se découpent les silhouettes fantomatiques des protagonistes. Le troisième acte est celui où se déchaîne la folie de La Femme, celui où sa détermination, sa fureur prennent le pas sur son humanité, faisant d'’elle un monstre au sens classique, tragédien du terme. » Une fois le scénario terminé, Alexandre Bustillo se lance à la recherche de producteurs. Séduits par cette histoire où la terreur est avant tout psychologique, la peur profondément viscérale, humaine et qui prendra assurément les spectateurs aux tripes, les producteurs de La Fabrique de Films décident très rapidement de se lancer dans l’'aventure. « C’est un script original, malin, très différent de tout ce qui avait pu se faire en France jusque- là » déclare Franck Ribière. « Deux aspects ont particulièrement attiré notre attention. Tout d’abord, l’histoire avec un casting exclusivement féminin, l’'utilisation de peurs primales, un thème qui va en fait au-delà du simple film d'’horreur pour évoquer la maternité. Et puis la personnalité d’'Alexandre, sa motivation : c’'est un spécialiste du film de genre. Cela faisait quelques temps déjà qu’on pensait qu'’il fallait se tourner vers les fans, vers ceux qui connaissent ces films et leurs mécaniques sur le bout des doigts. »

(BANDE ANNONCE)

 

Voir les commentaires

EL CAMINO DE SAN DIEGO avec Ignacio BENITEZ - Carlos WAGNER LA BELLA - Paola ROTELA

Publié le

EL CAMINO DE SAN DIEGO

de Carlo SORIN

avec Ignacio BENITEZ - Carlos WAGNER LA BELLA - Paola ROTELA - Silvina FONTELLES

Guacamole Films

L'HISTOIRE :

Tati Benitez, fan inconditionnel du footballeur Diego Maradona, vit avec sa famille au coeur de la forêt de Misiones, dans le nord-est de l'Argentine. Malgré sa situation très précaire et ses quatre enfants à nourrir, sa bonne humeur est inaltérable. Cet optimisme, Tati le doit en partie à la racine d'arbre, qu'il a trouvée dans la forêt et qui ressemble à la silhouette de son idole.
Un jour, il apprend que Maradona est en soins intensifs à Buenos Aires suite à un incident cardiaque. Tandis que la nation toute entière prie pour Diego, Tati décide d'aller lui remettre la racine à son effigie en mains propres. Sur la route, il fait la connaissance de Warguinho, un transporteur de volailles brésilien. Commence alors un périple riche en surprises et en rencontres...

Ignacio Benitez. Guacamole Films

 

NOTES DU REALISATEUR

Durant l'hiver 1952, lors de l'agonie d'Eva Perón à Buenos Aires, il y eut de nombreuses manifestations de ferveur populaire. Certains ont accompli des prouesses, comme des jeûnes interminables, des records de travail ininterrompu, des marathons de danse ; des records du monde ont été battus : vols en planeurs, marches à reculons, portées de sacs, etc. Des gens ordinaires voulaient agir pour aider à sauver Evita et, d'une certaine façon, se rapprocher de sa grandeur et, ainsi, de l'éternité. Séduit par ces histoires, j'avais commencé il y a quelques années à travailler sur l'une d'entre elles. C'était l'histoire de deux bûcherons qui avaient décidé de faire le chemin à pied jusqu'à Buenos Aires, portant sur leur dos un tronc de timbó, arbre typique de la forêt de la région de Misiones. Ils étaient convaincus d'aider ainsi à la guérison de leur protectrice. D'un côté, cette histoire m'intéressait comme manifestation de la pensée magique qui, au-delà de toute pensée rationnelle, réunit la cause et l'effet. Mais j'étais essentiellement attiré par les liens intangibles que tisse la relation entre le mythe et ceux qui le poursuivent. Entre Evita et ceux qui la croient inaccessible et en même temps la sentent comme étant l’une des leurs, car elle a su, en leur nom à tous, accéder à la gloire. J'ai abandonné le scénario, comme tant d'autres, mais lorsque quelques années plus tard, en mars 2004, Diego Armando Maradona s'est fait hospitaliser après une crise cardiaque à la clinique Suisse-Argentine, ce phénomène d'adhésion quasi religieuse s'est en quelque sorte reproduit. J'ai alors repris l'histoire des bûcherons, en l'arrangeant... L'histoire est ainsi devenue celle de Tati Benítez, coupeur d'arbres, un peu moins naïf que les prédécedents bûcherons. Pour Tati, rencontrer Diego Maradona, l'approcher, et pourquoi pas se faire prendre en photo à ses côtés, devient son unique désir. Il porte aussi en lui, de manière confuse, l'idée que lorsqu'il l'aura approché, son existence pourra devenir meilleure. Il entreprend le voyage, chargé de tous ces rêves. Le chemin de Tati Benítez, qui suit la route 14, traversant des régions d'une grande pauvreté, est plein de désespérance mais également d'illusions. À la fin du générique, vous verrez la phrase “Ecrit et réalisé par Carlos Sorín”. Mais ce n'est qu'une formule, juste parce qu'il faut mettre quelque chose au générique. En vérité, le film n'a pas été totalement écrit par moi. Je n'assume que le rôle d'auteur, quand dans la solitude, face à mon ordinateur, je passe des semaines à monter, essayant de trouver le fil conducteur de ce puzzle de prises possibles. Même si je m'efforce de conserver la structure narrative travaillée dans le scénario original, je me rends compte que ce que l'on voit au final dans le film est le produit de cette hasardeuse dynamique d'événements qui se met en route lorsque le tournage démarre. Parce que mes tournages sont dynamiques et, par là-même, chaotiques. J'ai bien souvent l'impression d'être embarqué sur des rapides, sur un bateau sans rames. Je travaille une nouvelle fois avec des non-acteurs. En dehors de mon indiscutable tendance à me compliquer la vie en le faisant, je poursuis, de cette manière, le même objectif que dans mes précédents films : trouver cet instant -- au-delà de la simulation que suppose toujours une fiction -- dans lequel le film est vraiment proche du réel. Sans acteurs dans le sens littéral du terme, il n'y a plus à parler de réalisateur ou de techniques de direction. Mon rôle revient plutôt à encourager ce qui se produit dans la scène et à l'enregistrer inlassablement, répétant jusqu'à épuisement certaines d'entre elles, avec l'espoir qu'à un certain moment les personnes et les personnages coïncident, se complètent, laissant ainsi apparaître quelque chose de miraculeux, en lien avec la vérité, avec la réalité, quelque chose que l'on ne peut plus reproduire. J'essaye de bâtir mes films avec ces instants-là. Ce n'est peut-être qu'une illusion, parce que la “réalité” est la “réalité” et qu'essayer de la capturer de façon systématique transforme le métier de la filmer en une bataille perdue d'avance. Mais dans ce cas-là, je n'aurai fait que raconter une histoire.

 

Voir les commentaires

ET TOI T'ES SUR QUI ? de Lola DOILLON avec Lucie DESCLOZEAUX - Christa THERET - Gaël TAVARES

Publié le

ET TOI T'ES SUR QUI ?

de Lola DOILLON

avec Lucie DESCLOZEAUX - Christa THERET - Gaël TAVARES - Nicolas SCHWERI

Et toi, t'es sur qui ?

L'HISTOIRE : 

Elodie, une adolescente de quinze ans, décide avec sa meilleure amie, une gothique du même âge, de coucher pour la première fois avec des garçons. Il ne leur reste qu'une semaine avant les vacances. Elles vont se confronter à une réalité qu'elles avaient envisagée différemment. En parallèle, Elodie découvre comment l'amitié qu'elle partage avec son ami Vincent peut se transformer en sentiments amoureux...

Et toi, t'es sur qui ? - Gaël Tavares et Héloïse Etrillard

ENTRETIEN AVEC LOU DOILLON

Comment est née l’idée de ET TOI T’ES SUR QUI ?

C'’est venu après avoir réalisé le court métrage MAJORETTES, qui racontait trois petites histoires d'’adolescents. Comme le tournage s'’était bien passé, que j’'avais aimé diriger les ados, j’'ai eu l’'envie de prolonger et d'’approfondir cette aventure dans mon premier long métrage. Je me suis donc posé la question : «Qu’est-ce que vivent les adolescents ?».

Or ils vivent beaucoup de premières fois, y compris sexuelles ou sentimentales. Ils ont tout d'’un coup beaucoup de responsabilités qui leur tombent sur le coin de la gueule, des choses qu'’ils apprennent à vivre dans beaucoup de domaines, notamment en amour. Et tout ça c’'est compliqué à vivre, à gérer. C'’est ce débordement de confusion qui me touche.Tout le monde a vécu ça, c'’est universel. Je me suis dit que c'’était ça mon sujet, «les premières fois».

Le scénario de ET TOI T’ES SUR QUI ? est tellement juste que les adolescents qui jouent dans le film s’y sont reconnus. L’écriture a été difficile ?

Non, l’'écriture n’a pas été compliquée. J'’ai dû rester très très adolescente ! Mon premier désir était d'’être proche d’eux, à leur hauteur, dans leur groupe, de ne pas avoir un regard d'’adulte sur une idée d’'adolescence qui date d'’il y a quelques années. Ça passait notamment par le langage. J'’ai donc écrit un premier scénario, avec mes propres expressions et quelques autres qui m'’amusaient, puis je l'’ai retravaillé au moment du casting et après avoir choisi les acteurs. Car le langage des ados change selon les époques. J'’étais complètement hors-jeu quant aux expressions d'’aujourd’hui.

Pendant le casting, j'’ai beaucoup écouté les adolescents que je rencontrais. Pas seulement pour emprunter leur langage, mais aussi pour savoir si ce que j’'avais écrit n’'était pas hors du contexte social actuel. Les modes et moyens de communication évoluent (chat, SMS, etc...) mais les sentiments restent les mêmes !

ET TOI T’ES SUR QUI ? c’est donc des histoires de premières fois adolescentes, mais c’est aussi votre premier long métrage. Avez-vous appréhendé cette première fois ?

Oui. C'’est normal d’avoir une appréhension à l'’approche de chaque nouvelle étape du film. Mais c’'est plus de l’'excitation que de l’'angoisse. Un tournage de court, ça ne dure que quelques jours, c’'est beaucoup plus léger, un peu plus rock n'’roll... Sur le tournage du long (cinq semaines), je ne savais pas si je saurais diriger ces acteurs, cette équipe... Écrire un scénario, c’'est bien, mais après il faut réussir à dire aux acteurs et à toute l’'équipe ce qu’'on a dans la tête !

Pour les acteurs adolescents du film, tourner ET TOI T’ES SUR QUI ? restera sûrement comme un moment fort dans leur vie. Vous aviez conscience de cette responsabilité à leur égard ?

Oui. La responsabilité de tourner avec des ados, de les faire jouer dans un film, est assez énorme. Pour la plupart d’'entre eux, ils n’'avaient pas demandé à faire du cinéma. On les a trouvés un peu à gauche à droite, dans le métro, dans la rue... et on les a emmenés vivre une expérience assez forte sur le tournage. D’'autant plus que je voulais tirer d’eux des émotions qu'’ils n’'avaient pas forcément envie de vivre ou de ressentir, qui n'’étaient pas évidentes à donner à cet âge-là. Au bout de cinq semaines de tournage, je ne pouvais pas les relâcher dans la nature en leur disant : «Voilà, c’est bon, c’est fini, merci.» Une fois le casting terminé, on a fait tout un travail avec eux pour leur expliquer que ce tournage n'’allait être qu’'une aventure éphémère, peut-être intense et importante, et qu'’après ils reprendraient leur quotidien. Le pire aurait été de leur dire : «Le cinéma c'’est magnifique, tu vas vivre des choses fantastiques et tout va continuer comme ça après, toute ta vie.» Mon but était, au pire de les rendre à leurs parents comme ils étaient avant, au mieux qu'’ils reviennent avec un peu plus de confiance en eux.

Alors qui sont ces interprètes des cinq personnages principaux de ET TOI T’ES SUR QUI ?

Il y a Lucie Desclozeaux qui interprète Elodie, une adolescente qui doit apprendre à se laisser aller, à faire confiance à ses sensations. Sa meilleure amie Julie, alias «Batman», jouée par Christa Theret, est une fille impulsive contrairement à ce que pourrait laisser penser son look de gothique. Vincent, interprété par Gaël Tavares, est le meilleur ami d’'Elodie. Il est amoureux d’'elle et souffre de cette situation. Nicolas, joué par Nicolas Schweri, est le frimeur qui ne pense qu’'aux filles. Contrairement à Alex, joué par Shomron Haddad, le passionné de jeux vidéo.

Comment les avez-vous choisis ?

Ils étaient à la fois proches des personnages qu'’ils devaient interpréter et leur apportaient quelque chose en plus, de différent et de plus intéressant. Pour Julie, la «gothique», je pensais qu’'elle serait un peu molle, un peu suicidaire, et je suis tombée sur Christa qui est pleine de vie, très spontanée. Je me suis dit que c'’était ce qu'’il fallait pour ne pas tomber dans le cliché. Et ça a été la même chose pour chacun des adolescents.

Comment s’est passé le tournage avec eux ?

Ils m’'ont beaucoup étonnée. La première semaine, quand ils sont arrivés, à l'’exception de Christa, aucun d’eux ne savait ce qu'’était un tournage. J’'avais beau leur avoir expliqué en amont qu'’il y aurait une caméra, quelqu'’un derrière cette caméra, quelqu’'un pour faire le point... tout ça était resté franchement abstrait. Il y a eu une première étape de découverte du tournage, de l’'équipe, de «qui était là et pourquoi». Puis quand je leur ai demandé d’'être leur personnage, que les premières scènes un peu plus compliquées sont arrivées, ils ont dû passer par une autre étape qui était celle d'’accepter de jouer, d'’accepter d'’interpréter leur rôle. Et cela passait évidemment par le fait de se laisser aller, de me faire confiance, de «travailler».

Ils n’ont pas éprouvé de gêne à jouer certaines scènes amoureuses ?

Ils avaient une grande appréhension à devoir s'’embrasser ou être intimes devant une caméra. C'’était ce qu'’il y avait de plus angoissant pour eux – pas tant l’'acte que le regard de l’'autre, des autres. Après une ou deux prises, ils se sont rendus compte que ce n’'était pas si dur que ça (bien moins compliqué que d’'apprendre des pages de dialogues !) et que ça faisait juste partie intégrante de leur travail, pour eux et pour l’'équipe. En revanche, le plus compliqué pour eux a été d'’interpréter certaines scènes où il fallait exprimer plus de sentiments. Et selon chacun des acteurs, extérioriser ou intérioriser allait à l’'encontre de leur caractère propre. Mais avec beaucoup de mérite, ils ont tous dépassé ces limites.

Quelle adolescente étiez-vous ? Vous rêviez déjà de cinéma, d’être réalisatrice ?

J’'étais relativement timide et réservée... À part ça je crois que j'’ai fait autant de conneries que les autres ados! J'’étais incapable de dire : «J'’aimerais beaucoup être réalisatrice», mais c'’était quand même là quelque part.

Vous portez le nom d’un cinéaste connu, qui lui aussi a filmé l’enfance et l’adolescence. Vous pensez que ça va être facile pour vous d’assumer la comparaison comme la filiation ?

Je l’'assume totalement. Je suis la fille de Jacques Doillon depuis 32 ans. Ça n'’a donc rien de nouveau. Beaucoup de gens m’ont dit : «C'’est risqué de partir sur un film avec des ados vu les films de ton père.» Certes. Mais il a aussi filmé des histoires d’'enfants, d’'adultes, d’'amour... À partir de là, pour me démarquer, il ne me restait plus que le western, les films de cul et les films d’'horreur ! J’'étais mal barrée !

Quel souvenir gardez-vous du tournage de ET TOI T’ES SUR QUI ?, de cette première fois ?

Comme beaucoup de premières fois, j’'y repense de façon nostalgique.

C’'est normal : il y a une sorte d’'exaltation de la première fois qui est marquante. Maintenant à chaque tournage son histoire...

Propos recueillis par Patrick Fabre

 

Voir les commentaires

FAUSSAIRE (BANDE ANNONCE VF 2005) avec Richard GERE (THE HOAX)

Publié le par ERIC-C

FAUSSAIRE (THE HOAX)

Comédie dramatique américaine de Lasse HALLSTROM (LE CHOCOLAT, UNE VIE INACHEVEE, TERRE NEUVE)

avec Richard GERE, Marcia GAY HARDEN, Alfred MOLINA, Julie DELPY, Stanley TUCCI, Eli WALLACH, Hope DAVIS

Faussaire

 

L'HISTOIRE : 
L'histoire de Clifford IRVING à qui l'on doit une biographie fantaisiste du producteur et réalisateur excentrique Howard HUGHES. Ce canular valut à son auteur de purger une peine de prison de deux ans et demie en 1972.

Richard Gere. Metropolitan FilmExportRichard Gere et Julie Delpy. Metropolitan FilmExportRichard Gere. Metropolitan FilmExportRichard Gere. Metropolitan FilmExport

(BANDE ANNONCE VF 2005)

Voir les commentaires

GOMEZ vs TAVARES avec Stomy BUGSY - TITOFF - Jean BENGUIGUI

Publié le

GOMEZ vs TAVARES (2007)

de Gilles PAQUET-BRENNER et Cyril SEBAS

avec Stomy BUGSY - TITOFF - Jean BENGUIGUI - Noémie LENOIR - Daniel DUVAL - Jean-François GALOTTE - Claude BROSSET

Stomy Bugsy et Titoff. SND

L'HISTOIRE : 

Tonton est mort... et il a planqué l'héritage ! Qui de Gomez et Tavarès mettra la main sur le magot en premier sachant qu'ils ne sont pas seuls sur le coup ! Se partageront-ils le butin ? Nos deux flics se lancent dans une redoutable chasse au trésor où tous les coups sont permis...

NOTES DE PRODUCTION

STEPHANE MARSIL

Une amicale épopée

Stéphane Marsil produit une dizaine de films avec son associé Xavier Gélin. En 1999, après la disparition brutale de ce dernier, il poursuit seul l'’aventure d’'Hugo Films en développant des projets toujours aussi éclectiques, allant de Se souvenir des belles choses de Zabou Breitman en 2002, Arsène Lupin de Jean-Paul Salomé en 2004, aux Aristos de Charlotte de Turckheim en 2006. Sa rencontre avec Gilles Paquet-Brenner, qu'’il lance en soutenant deux de ses courts-métrages, Dolly Girl en 1999 et Le marquis en 2000, s'’ouvre sur une collaboration amicale, riche et dynamique, avec Les jolies choses en 2001 puis Gomez et Tavares en 2003. Ils signent ensemble cette année deux nouveaux films, UV et Gomez contre Tavares.

Une première expérience enthousiasmante

Du premier volet, Stéphane Marsil garde de très bons souvenirs d’'autant plus que ce projet s’'inscrivait directement dans le cadre d'’une collaboration qu'’il venait de commencer à mettre en place avec Gilles Paquet-Brenner. L'’aventure des Jolies choses, film très prenant, adapté du roman de Virginie Despentes, s’'achevait, ils avaient envie de se poser ensemble sur une nouvelle histoire plus légère. Gilles Paquet-Brenner entend alors par hasard dans sa voiture la chanson de Gomez et Tavares, il en parle à Stéphane qui trouve immédiatement le concept amusant : "Nous sommes partis là-dessus et cette récréation s’est très vite imposée comme un sympathique périple autour d'’un genre alors très peu abordé par les réalisateurs français, une comédie d’'action proche des buddy movies à l’'américaine".

Si, du côté de la production, la gageure était de lancer une grosse machine avec un budget limité, l’'équipe réussit à contourner et à surmonter la plupart des difficultés : "L’aventure du premier s’est révélée, sincèrement, formidable. Nous nous sommes amusés à défricher des personnages décalés et originaux, qui n'’existaient qu'’au travers d'’une chanson et c'’était assez excitant d’en faire de vrais personnages, à construire un duo autour de deux comédiens qui n’'étaient pas encore implantés dans le paysage cinématographique. Nous avions dressé des barrières quasiment infranchissables, notamment des décors très compliqués à mettre en place, mais nous avons réussi, tous ensemble, à échafauder ce que nous imaginions. Aujourd'’hui, avec les défauts que nous lui reconnaissons, Gomez et Tavares reste un film divertissant".

La mise en place du second volet des aventures de Gomez et Tavares

Au-delà des efforts de chacun, il reste de ce premier tournage, un goût d’'amitié, baigné par le soleil et la chaleureuse ambiance marseillaise. Un dernier jour de tournage époustouflant, une fin galvanisante, un duo qui fonctionne, des comédiens qui s'’entendent merveilleusement bien. Chacun imagine une suite, l'’espère. Mais, il n’était pas non plus question d’écrire une suite juste pour se retrouver, il fallait aller plus loin que cette seule notion de plaisir : "Lorsque-nous avons décidé de poursuivre cette histoire, nous avons exploré différentes pistes afin de trouver une vraie substance donnant du corps au récit".

Il fallait le déclic, l'’idée qui correspondrait au genre du film et qui permettrait aux comédiens d’'approfondir leur jeu. Gilles Paquet-Brenner souhaitait creuser certains angles en s’appuyant sur la marginalité des personnages pour fustiger, avec humour, quelques travers de la société. Une première option repose sur la présence de Jean Yanne, sa mort brutale remet alors en cause le projet : "C’est une rencontre qui nous a tous beaucoup marqués. Il était la figure emblématique du premier volet, il devenait donc difficile de rebondir sans lui. Nous voulions lui rendre hommage, en même temps il fallait parer à son absence, changer notre première optique qui faisait de Tonton le personnage central de ce nouvel opus. C'’est Gilles qui a finalement proposé de partir de ce qu'’il laissait derrière lui, de son héritage, d'’une lettre. Il déclenche toute cette nouvelle histoire".

Stéphane Marsil suit alors minutieusement l'’évolution du scénario, accompagne le projet : "Produire un film c'’est enfanter, accoucher. Nous avons un rôle de suiveur, d'’accompagnateur, tout en étant le premier spectateur. Nous avons donc un certain recul qui était d'’autant plus nécessaire ici qu'’il y a eu plusieurs auteurs, puis deux réalisateurs".

Deux regards complémentaires

En raison des disponibilités de certains acteurs, Gilles Paquet-Brenner se retrouve face à deux projets qui s’'enchaînent et lui tiennent à coeœur, UV et Gomez contre Tavares. Il est impossible pour lui de préparer consciencieusement le second en suivant le premier. Il se tourne alors vers Cyril Sebas, qui commence, dans un premier temps, par mettre en place la structure du film. Il en pose les bases, ce qui laisse à Gilles Paquet-Brenner la possibilité d'’achever le tournage d’UV avant de rejoindre l’'équipe de Gomez contre Tavares qu'’il co-réalise avec Cyril Sebas, chacun supervisant principalement des séquences différentes : "Une co-réalisation n'’est pas forcément facile à gérer, il faut en trouver l’'équilibre. Gilles avait une antériorité, une connaissance du projet que Cyril a parfaitement respectée. Nourri par de nouvelles expériences, il a évolué. Sa vision s’est affinée et il s’'est associé à un nouveau chef opérateur qui nous a suivis d’UV sur Gomez contre Tavares. Cyril de son côté, de par sa connaissance des clips, a un rythme et une manière singulière de faire bouger les acteurs dans l’'action et donne de l’'énergie au récit. Cette duplicité était cohérente, ils ont chacun leurs spécificités et leurs univers se rejoignent parfaitement. Cette suite reste ainsi dans la lignée du premier volet, une comédie d’'action assez gaie, ayant une même insolence, mais l’'ambiance générale en est plus urbaine, plus âpre, plus dense".

Stomy face à Titoff

Si Tavares affronte Gomez, Titoff et Stomy se nourrissent de leur complicité. Ils se reflètent l’'un dans l’'autre, leur personnalité et leur amitié transparaissent sur l’écran : "Le film repose sur ce face à face auquel ils apportent chacun un côté irrévérencieux, nonchalant pour Tavares et dur pour Stomy. Gilles a su parfaitement utiliser ce qu'’ils sont tous les deux dans la vie. Ce sont des personnages attachants, plus bad guys ici, leur insolence devient plus violente, notamment envers les institutions. Ce qui me plait c’est que ce sont des personnages qui, même s'’ils sont loin de nous, ont des failles. Ils font penser à des héros de bande dessinée, drôles, excessifs, tout aussi tendres qu’'insupportables. Et les nouveaux venus, comme la Veuve noire ou le père de Tavares, se fondent dans cette même verve".

AUTRE SEQUELLE : GOMEZ ET TAVARES (2003) avec Stomy BUGSY - TITOFF

 

Voir les commentaires