Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

A Memphis débute le procès de GORGE PROFONDE

Publié le

17 AOUT 1972 - WASHINGTON : Toutes les personnes ayant participé au tournage et à la production du film "GORGE PROFONDE - DEEP THROAT", sont pousuivies pour infraction à la législation réprimant le transport de matériel pornograhique d'un Etat à l'autre.

3 MARS 1976 - MEMPHIS (TENNESSEE) : A Memphis débute le procès de "GORGE PROFONDE - DEEP THROAT", dans lequel onze personnes sont accusées de "conspiration pour distribuer du matériel obsène d'un Etat à l'autre". Dans divers Etats ce film a déjà fait l'objet de onze procès, et pour huit d'entre eux il a été exonéré de l'accusation d'obscénité.

 

 

 

Voir les commentaires

LES CHANTEURS DANS LE 7EME ART

Publié le

IL YA LES ACTEURS-CHANTEURS ou CHANTEURS-ACTEURS, QUI N'ARRIVENT PAS A SE DEPARTAGER ENTRE LE CINEMA OU LA CHANSON COMME : FERNANDEL, Serge REGGIANI, BOURVIL, Marie LAFORET, Elisabeth WIENER, Yves MONTAND, Carole LAURE, Patrick BRUEL, Jacques DUTRONC, Eddy MITCHELL, Johnny HALLYDAY, Guy MARCHAND, Charles AZNAVOUR, Jean-Claude PASCAL, Philippe CLAY, Elvis PRESLEY, Harry CONNICK JR, Dean MARTIN, Frank SINATRA, Brigitte BARDOT, Jeanne MOREAU, etc...

et puis il y a les acteurs occasionnels

ADAMO Salvatore (1967) LES ARNAUD de Léo Joannon

ADAMO Salvatore (1969) L'ARDOISE de Claude-Bernard Aubert

 

ALAMO Frank (1963) CHERCHEZ L'IDOLE de Michel Boisrond

BALAVOINE Daniel (1979) ALORS... HEUREUX de Pierre et Marc Jolivet

BALAVOINE Daniel (1982) QU'EST-CE QUI FAIT CRAQUER LES FILLES de Michel Vocoret

BARBARA (1971) FRANZ de Jacques Brel

BARBARA (1971) AUSSI LOIN QUE L'AMOUR de Frédéric Rossif

BASHUNG Alain (1982) LE CIMETIERE DE VOITURES de Fernando Arrabal

BASHUNG Alain (2000) LA CONFUSION DES GENRES de Ilan Duran Cohen

BECAUD Gilbert (1953) BOUM SUR PARIS de Maurice de Canonge

BECAUD Gilbert (1956) LE PAYS D'OU JE VIENS de Marcel Carné

BECAUD Gilbert (1957) CASINO DE PARIS de André Hunebelle

BECAUD Gilbert (1959) CROQUEMITOUFLE de Claude Barma

BECAUD Gilbert (1973) TOUTE UNE VIE de Claude Lelouch

BJORK (2000) DANCER IN THE DARK de Lars von Trier

BRASSENS Georges (1957) PORTE DES LILAS de René Clair

BREL Jacques (1967) LES RISQUES DU METIER de André Cayatte

BREL Jacques (1968) LA BANDE A BONNOT de Philippe Fourastie

BREL Jacques (1971) FRANZ de Jacques Brel

BREL Jacques (1973) L'EMMERDEUR de Edouard Molinaro

BRIDGEWATER Dee Dee (1984) BROTHER de John Sayles

BUGSY Stomy (2000) DE L'AMOUR de Jean Aurel

CAVE Nick (1988) DANDY de Peter Sempel

CELENTANO Andriano (1973) CINQ JOURS DE REVOLUTION de Dario Argento

CHARBY Corynne (1981) LA CHEVRE de Francis Veber

CHARLES Ray (1980) THE BLUES BROTHERS de John Landis

CHARLEBOIS Robert (1975) UN GENIE, DEUX ASSOCIES, UNE CLOCHE de Damiano Damiani

CHELON Georges (1980) CHARLIE BRAVO de Claude Bernard-Aubert

CLAPTON Eric (1975) TOMMY de Ken Russell

CLARK Petula (1963) A COUTEAUX TIRES de Charles Gérard

CAVE Nick (1998) LA CHASSE AU RHINOCEROS A BUDAPEST de Michael Haussman

CLERC Julien (1976) D'AMOUR ET D'EAU FRAICHE de Jean-Pierre Blanc

COLLINS Phil (1988) BUSTER de David Greene

CORDY Annie (1953) BOUM SUR PARIS de Maurice de Canonge

CORDY Annie (1955) BONJOUR SOURIRE de Claude Sautet

CORDY Annie (1956) LE CHANTEUR DE MEXICO de Richard Poitier

CORDY Annie (1958) CIGARETTES, WHISKY ET P'TITES PEPEES de Maurice Régamey

CORDY Annie (1964) CES DAMES S'EN MELENT de Raoul André

CORDY Annie (1969) CES MESSIEURS DE LA FAMILLE de Claude Sautet

CORDY Annie (1971) LE CHAT de Pierre Granier-Deferre

CORDY Annie (1982) LE BRACONNIER FE DIEU de Jean-Pierre Darras

DALTREY Roger (1975) TOMMY de Ken Russell

DEBOUT Jean-Jacques (1963) CHERCHEZ L'IDOLE de Michel Boisrond

DEGUELT François (1957) C'EST ARRIVE A 36 CHANDELLES de Henri-Diamant-Berger

DISTEL Sacha (1963) LA BONNE SOUPE de Robert Thomas

DYLAN Bob (1973) PAT GARRETT ET BILLY THE KID de Sam Péckinpah

DYLAN Bob (1989) CATCH FIRE de Dennis Hopper

ESCUDERO Leny (1990) LE DENOMME de Jean-Claude Dague

FAITHFULL Marianne (1968) LA MOTOCYCLETTE de Jack Cardiff

FAITHFULL Marianne (2005) MARIE-ANTOINETTE de Sofia Coppola

FAITHFULL Marianne (2005) PARIS, JE T'AIME (Film collectif)

FATS DOMINO (1956) LA BLONDE ET MOI de Frank Tashlin

FAUDEL (1999) LE BATTEMENT D'AILES DU PAPILLON de Laurent Firode

FOLY Liane (2007) JE CROIS QUE LE L'AIME de Pierre Jolivet

FRANKLIN Aretha (1980) THE BLUES BROTHERS de John Landis

FRERES JACQUES (LES) (1953) CES VOYOUS D'HOMMES de Jean Boyer

GARFUNKEL Art (1970) CATCH 22 de Mike Nichols

GARFUNKEL Art (1971) CE PLAISIR QU'ON DIT CHARNEL de Mike Nichols

GARFUNKEL Art (1993) BOXING HELENA de Jennifer Chambers Lynch

GOYA Chantal (1966) MASCULIN, FEMININ de Jean-Luc Godard

GOYA Chantal (1968) L'ECHELLE BLANCHE de Robert Freeman et Paul Feyder

GOYA Chantal (1969) TOUT PEUT ARRIVER de Philippe Labro

GOYA Chantal (1971) L'AMOUR C'EST GAI, L'AMOUR C'EST TRISTE de Jean-Daniel Pollet

GOYA Chantal (1974) TROP C'EST TROP de Didier Kaminka

GOYA Chantal (1974) LES GASPARDS de Pierre Tchernia

GOYA Chantal (2001) ABSOLUMENT FABULEUX de Gabriel Aghion

GRECO Juliette (1953) BOUM SUR PARIS de Maurice de Canonge

GRECO Juliette (1956) LA CHATELAINE DU LIBAN de rRichard Pottier

GREGO Juliette (1957) C'EST ARRIVE A 36 CHANDELLES de Henri-Diamant-Berger

GRECO Juliette (1963) LA CAS EDE L'ONCLE TOM de Geza Radva nyl

GRECO Juliette (1965) BELPHEGOR de Claude Barma (TV)

HADJI-LAZARO François (1995) DELLA MORTE DELLAMORE de mICHELE sOAVI

HARDY Françoise (1963) CHATEAU EN SUEDE de RogerVadim

HARDY Françoise (1966) GRAND PRIX de John Frankenheimer

HARRY Deborah (1995) DEAD BEAT de Adam Dubov

HEAD Murray (1971) UN DIMANCHE COMME LES AUTRES de John Schlesinger

HEAD Murray (1972) LA MANDARINE de Edouard MOLINARO

HEAD Murray (1977) MADAME CLAUDE de Just Jaeckin

HEAD Murray (1988) LA BARBARE de Mireille Darc

HEAD Murray (1988) UN ETE D'ORAGES de Charlotte Brandstrom

HEAD Murray (1995) BEAUMARCHAIS L'INSOLENT de Edouard Molinaro

HEAD Murray (2001) LES AMANTS DU NIL de Eric Heumann

HIGELIN Jacques (1960) LE BONHEUR EST POUR DEMAIN de Henri Fabiani

HIGELIN Jacques (1965) BEBERT ET L'OMNIBUS de Yves Robert

HIGELIN Jacques (1972) L'AN 01 de Jacques Doillon

HIGELIN Jacques (1973) ELLE COURT, ELLE COURT, LA BANLIEUE de Gérard Pirès

HIGELIN Jacques (1980) LA BANDE DU REX de Jean-Henri Meunier

HIGELIN Jacques (1988) SAVANNAH de Marco Pico

HIGELIN Jacques (1993) UN HOMME A LA MER de Jacques Doillon

HIGELIN Jacques (1998) A MORT LA MORT ! de Romain Goupil

HIGELIN Jacques (2003) COLETTE, UNE FEMME LIBRE de Nadine Trintignant

HIGELIN Jacques (2012) JAPPELOUP de Christian Duguay

HOUSTON Whitney (1992) BODYGUARD de Mick Jackson

JACKSON Michael (1978) THE WIZ de Sidney Lumet

JACKSON Michael (1988) MOONWALKER de Jerry Kramer, Colin Chilvers, Jim Blashfield

JACKSON Michael (1999) SWING VOTE, VOTE SOUS INFLUENCE de David Anspaugh (Film TV)

JACKSON Michael (2002) MEN IN BLACK 2 de Barry Sonnenfeld

JACKSON Michael (2004) MISS NAUFRAGEE ET LES FILLES DE L'ILE de Bryan Michael Stoller (Film TV)

JAGGER Mike (1970) PERFORMANCE de Nicolas Roeg

JAGGER Mike (1970) NED KELLY de Tony Richardson

JAGGER Mike (1991) FREEJACK de Geoff Murphy

JEAMMAIRE  Zizi (1957) CHARMANTS GARCONS de Henri Decoin

JOHN Elton (1975) TOMMY de Ken Russell

JOHN Elton (2017) KINGSMAN : LE CERCLE D'OR de Mattew Vaughn

JONES Grace (1985) DANGEREUSEMENT VOTRE de John Glen

JONES Grace (1992) BOOMERANG de Reginald Hudlin

KAAS Patricia (2002) AND NOW... LADIES AND GENTLEMEN de Claude Lelouch

LAMA Serge (1979) ALORS... HEUREUX de Pierre et Marc Jolivet

LAVIL Philippe (1983) ADIEU FOULARD de Christian Lara

LEAR Amanda (1988) BIMBOLAND de Ariel Zeitoun

LEAR Amanda (2001) LE DEFI de Blanca Li

LE FORESTIER Maxime (1975) LA CHAISE VIDE de Pierre Jallaud

LEMPER Ute (1991) COUPABLE D'INNOCENCE de Marcin Ziebinski

LEMPER Ute (1997) COMBAT DE FAUVES de Benoît Lamy

LENNON John (1967) COMMENT J'AI GAGNE LA GUERRE de Richard Lester

LITTLE RICHARD (1956) LA BLONDE ET MOI de Frank Tashlin

MARIANO Luis(1956) LE CHANTEUR DE MEXICO de Richard Poitier

MANSON Jane (1975) BONS BAISERS DE HONG-KONG de YvanChiffre

MINOGUE Kylie (1999) CUT de Kimble Rendall

MIREILLE (1934) CHOURINETTE de André Hugon

MORENO Dario (1964) DERNIER TIERCE de Richard Pottier

MOULOUDJI Marcel (1937) A VENISE UNE NUIT de Christian-Jaque

MOULOUDJI Marcel (1937) CLAUDEINE A L'ECOLE de Serge de Poligny

MOULOUDJI Marcel (1942) LES CADETS DE L'OCEAN de Jean Dréville

MOULOUDJI Marcel (1945) LE BATAILLON DU CIEL de Alexandre Esway

MOULOUDJI Marcel (1953) BOUM SUR PARIS de Maurice de Canonge

NAT KING COLE (1957) CHINA GATE de Samuel Fuller

NAT KING COLE (1965) CAT BALLOU de Elliott Silverstein

NICO (1972) LA CICATRICE INTERIEURE de Philippe Garrel

NICOLETTA (1974) UN ALLER SIMPLE de José Giovanni

O'CONNOR Sinead (1997) BUTCHER BOY de Neil Jordan

PERRET Pierre (1969) LES PATATES de Claude Autant-Lara

PIAF Edith (1953) BOUM SUR PARIS de Maurice de Canonge

PIAF Edith (1959) LES AMANTS DE DEMAIN de Marcel Blistène

POP Iggy (1990) CRY BABY de John Waters

POP Iggy (1993) COFFE AND CIGARETTES de Jim Jarmusch

PRINCESS ERIKA (1998) CHARITE BIZ'NESS de Thierry Barthes et Pierre Jamin

REED Lou (1955) BROOKLYN BOOGIE de Wayne Wang

RENAUD (1993) GERMINAL de Claude Berri

RENAUD (2003) WANTED de Brad Mirman

RENAUD Line (1946) LA FOIRE AUX CHIMERES de Pierre Chenal

RENAUD Line (1947) UNE BELLE GARCE de Jacques Daroy

RENAUD Line (1951) PARIS CHANTE TOUJOURS ! de Pierre Montazel

RENAUD Line (1952) QUITTE OU DOUBLE de Robert Vernay

RENAUD Line (1952) ILS SONT DANS LES VIGNES... de Robert Vernay

RENAUD Line (1953) BOUM SUR PARIS de Maurice de Canonge

RENAUD Line (1953) LA ROUTE DU BONHEUR de Maurice Labro et Giorgio Simonelli

RENAUD Line (1955) LA MADELON de Jean Boyer

RENAUD Line (1957) MADEMOISELLE ET SON GANG de Jean Boyer

RENAUD Line (1959) L'INCREVABLE de Jean Boyer

RENAUD Line (1959) PATRICIA de Harrald Philipp

RENAUD Line (1989) LA FOLLE JOURNEE OU LE MARIAGE DE FIGARO de Roger Coggio

RENAUD Line (1990) RIPOUX CONTRE RIPOUX de Claude Zidi

RENAUD Line (1994) J'AI PAS SOMMEIL de Claire Denis

RENAUD Line (1996) MA FEMME ME QUITTE de Didier Kaminka

RENAUD Line (1999) BELLE MAMAN de Gabriel Aghion

RENAUD Line (1999) DOGGY BAG de Frédéric Comtet

RENAUD Line (2001) CHAOS de Coline Serreau

RENAUD Line (2003) 18 ANS APRES de Coline Serreau

RENAUD Line (2005)  LE COURAGE D'AIMER de Claude Lelouch

RENAUD Line (2006) LA MAISON DU BONHEUR de Dany Boon

RENAUD Line (2008) BIENVENUE CHEZ LES CH'TIS de Dany Boon

RENAUD Line (2011) LA CROISIERE de Pascale Pouzadoux

RENAUD Line (2018) LA CH'TITE FAMILLE de Dany Boon

RENAUD Line (2019) LET'S DANCE de Ladislas Chollat

RIVERS Dick (1999) LA CANDIDE MADAME DUFF de Jean-Pierre Mocky

RIVERS Dick (2003) LE FURET de Jean-Pierre Mocky

ROSSI Tino (1935) ADEMAI AU MOYEN-AGE de Jean de Marguenat

ROSSI Tino (1936) AU SON DES GUITARES de Pierre-Jean Ducis

ROSSI Tino (1942) LE CHANT DE L'EXILE de André Hugon

ROSSI Tino (1946) LE CHANTEUR INCONNU de André Cayatte

ROSSI Tino (1948) LA BELLE MEUNIERE de Marcel Pagnol

SALVADOR Henri (1955) BONJOUR SOURIRE de Claude Sautet

SARDOU Michel (1982) L'ETE DE NOS QUINZE ANS de Marcel Jullian

SARDOU Michel (1986) CROSS de Philippe Setbon

SARDOU Michel (1990) PROMOTION CANAPE de Didier Kaminka

SHEILA (1966) BANG BANG/LES AVENTURES DE SHEILA/PREMIERE PERMISSION de Serge Piollet et Fernando Cerchio

SIMON Paul (1977) ANNIE HALL de Woody Allen

SOUCHON Alain (1987) COMEDIE de Jacques Doillon

SOUCHON Alain (1998) CHARITE BIZ'NESS de Thierry Barthes et Pierre Jamin

STARR Ringo (1968) CANDY de Christian Marquant

STARR Ringo (1981) L'HOMME DES CAVERNES de Carl Gottlieb

STING (1984) DUNE de David Lynch

STING (1986) LA PROMISE de Franc Roddam

SURF (LES) (1964) DERNIER TIERCE de Richard Pottier

TRENET Charles (1943) ADIEU, LEONARD de Pierre Prévert

TRENET Charles (1951) BOUQUET DE JOIE de Maurice Cam

TRENET Charles (1953) BOUM SUR PARIS de Maurice de Canonge

TRENET Charles (1957) C'EST ARRIVE A 36 CHANDELLES de Henri-Diamant-Berger

TURNER Tina (1975) TOMMY de Ken Russell

TURNER Tina (1985) MAD MAX 3 AU-DELA DU DOME DU TONNERRE de George Miller

VARTAN Sylvie (1963) D'OU VIENS-TU, JOHNNY ? de Noel Howard

VARTAN Sylvie (1963) CHERCHEZ L'IDOLE de Michel Boisrond

VARTAN Sylvie (1994) L'ANGE NOIR de Jean-Claude Brisseau

VINCENT Gene (1956) LA BLONDE ET MOI de Frank Tashlin

WAITS Tom (1991) DE L'AUTRE COTE DE MANHATTAN de Steve Rash

WAITS Tom (1993) COFFE AND CIGARETTES de Jim Jarmusch

WARWICK Dionne (1986) ASSISTANCE A FEMME EN DANGER de Jerry London

 

A SUIVRE

Voir les commentaires

NOS ACTEURS QUI POUSSENT LA CHANSONNETTE

Publié le

IL YA LES ACTEURS-CHANTEURS ou CHANTEURS-ACTEURS, QUI N'ARRIVENT PAS A SE DEPARTAGER ENTRE LE CINEMA OU LA CHANSON COMME : FERNANDEL, Serge REGGIANI, BOURVIL, Marie LAFORET, Elisabeth WIENER, Yves MONTAND, Carole LAURE, Patrick BRUEL, Jacques DUTRONC, Eddy MITCHELL, Johnny HALLYDAY, Guy MARCHAND, Charles AZNAVOUR, Jean-Claude PASCAL, Philippe CLAY, Elvis PRESLEY, Harry CONNICK JR, Dean MARTIN, Frank SINATRA, Brigitte BARDOT, Jeanne MOREAU, etc...

et puis il y a les chanteurs occasionnels

ADJANI Isabelle (1983) Album "PULL MARINE" signé Serge GAINSBOURG

ARDANT Fanny (2001) A QUOI SERT DE VIVRE LIBRE (du film 8 femmes de François Ozon)

AUDRAN Stephane (1981) LA JAVA DES MASOCHISTES (du film Coup de torchon de Bertrand Tavernier)

AUTEUIL Daniel  (1985) QUE LA VIE ME PARDONNE et T'ES PAS LA FEMME DU BOULANGER

BASINGER Kim (1992) SHAKE YOUR HEAD en duo avec WAS NO WAS

BEART Emmanuelle (2001) PILE ET FACE (du film 8 femmes de François Ozon)

BERRY Richard (1986) PLUS FORT QUE NON et CENT ANS DEJA (du film Un homme et une femme 20 ans déjà de Claude Lelouch) en duo avec Lliane DAVIS

BOUCHITEY Patrick (1988) JESUS, REVIENS (du film La vie est un long fleuve tranquille de Etienne Chatilliez)

CAGE Nicolas (1990) LOVE ME TENDER et LOVE ME (du film Sailor et Lula de David Lynch)

CARDINALE Claudia (1971) LA FEMME DE LA PRAIRIE (du film Les pétroleuses de Christian-Jaque)

CARRADINE Keith (1974) I'M EASY (du film Nashville de Robert Altman)

CARREY Jim (1994) CUBAN PETE (du film Mask de Charles Russell)

CASTELLI Philippe (1983) MERDE, MERDE, MERDE (du film CA VA PAS ETRE TRISTE de Pierre Sisser)

DARC Mireille (1968) DESHONOREE

DARC Mireille (1968) COMPARTIMENT 23

DARRIEUX Danielle (2001) IL N'Y PAS D'AMOUR HEUREUX (du film 8 femmes de François Ozon)

DELON Alain (1967) LAETITIA (du film Les aventuriers de Robert Enrico)

DELON Alain (1973) PAROLES... PAROLES... en duo avec DALIDA 

DELON Alain (1985) I DON'T KNOW (du film Parole de flic de José Pinheiro) en duo avec Phyllis NELSON

DELON Alain (1988) COMME AU CINEMA

DENEUVE Catherine (1974) ZIG ZIG (du film Zig Zig de Laszlo Szabo) en duo avec Bernadette LAFFONT

DENEUVE  Catherine (1979) THE LADY FROM AMSTERDAM (du film Courage fuyons de Yves Robert)

DENEUVE  Catherine (1980) DIEU FUMEUR DE HAVANES (du film Je vous aime de Claude Berri) en duo avec Serge GAINSBOURG

DENEUVE  Catherine (1981) Album "SOUVIENS-TOI DE M'OUBLIER (Paroles et musique de Serge GAINSBOURG).

DENEUVE  Catherine (2001) TOI JAMAIS (du film 8 femmes de François Ozon)

DHERY Robert (1974) VOS GUEULES LES MOUETTES ! (du film Vos gueules les mouettes ! de Robert Dhéry)

EVERETT Ruppert  (1987) TAINTED LOVE et IN MY HEART (du film Heart of fire de Richard Marquand)

GABIN Jean (1931) LA MOME EN CAOUTCHOUC (du film Coeur de lilas de Anatole Litvak)

GABIN Jean (1936) QUAND ON S'PROMENE AU BORD DE L'EAU (du film La belle équipe de Julien Duvivier)

GABIN Jean (1974) MAINTENANT JE SAIS

GIRARDOT Annie (1981) Album "CE QUE J'AI DANS LA TETE"

HUPPERT Isabelle (1985) SOUVENIRS CHIFFONNES (du film Signé Charlotte de Caroline Huppert)

HUPPERT Isabelle (2001) MESSAGE PERSONNEL (du film 8 femmes de François Ozon)

HUSTER Francis (1985) ENTRE VOUS DEUX (du film Parking de Jacques Demy)

JANNOT Véronique (1982) J'AI FAIT L'AMOUR AVEC LA MER (JANNOT/BACHELET)

JANNOT  Véronique (1984) DESIR, DESIR (SOUCHON/VOULZY)

JANNOT Véronique (1988) AVIATEUR (SOUCHON/VOULZY)

JEZEQUEL Julie (1987) L'OEIL AU BEURRE NOIR (du film L'Oeil au beurre noir de Serge Ménard)

KIDMAN Nicole (2001) (Quelques chansons du film Moulin Rouge de Baz Luhrmann)

KRISTEL Sylvia (1975) EMMANUELLE (du film Emmanuelle 2 de Francis Giacobetti)

LAFONT Bernadette (1974) ZIG ZIG (du film Zig Zig de Laszlo Szabo) en duo avec Catherine DENEUVE

LANVIN Gérard (1977) CHANSON DU CHEVALIER BLANC (du film Vous n'aurez pas l'Alsace et la Lorraine de Coluche)

LEDOYEN Virginie (2001) MON AMOUR, MON AMI (du film 8 femmes de François Ozon)

MALAVOY Christophe (1984) JE JOUE MA VIE et BE BOP A LULA (du film Souvenirs Souvenirs de Ariel Zeitoun)

MARCEAU Sophie (1981) DREAM IN BLUE en duo avec François Valery

MARIELLE Jean-Pierre (1977) PARIS JADIS en duo avec Jean ROCHEFORT

MARVIN Lee (1969) WANDRIN' STAR (du film La kermesse de l'Ouestde Joshua Logan)

MERCIER Michèle (1969) LA FILLE QUI FAIT TCHIC-TI-TCHIC (du film Une veuve en or de Michel Aaudiard)

PICCOLI Michel (1970) LA CHANSON D'HELENE (du film Les choses de la vie de Claude Sautet) en duo avec Romy SCHNEIDER

PISIER Marie-France (1984) JUST A WOMAN (du film Les nanas de Annick LANOE)

QUINN Anthony (1967) I LOVE YOU

RENUCCI Robin (1984) FOSTER LAFONT (du film Ecalier C de Jean-Charles Tacchella)

RICHARD Firmine (2001) POUR NE PAS VIVRE SEUL (du film 8 femmesde François OZON)

RICHARD Pierre (1972) LES MALHEURS D'ALFRED (du film Les malheurs d'Alfred de Pierre Richard)

ROCHEFORT Jean (1977) PARIS JADIS en duo avec Jean-Pierre MARIELLE

ROUX Michel (1964)  GARDEZ L'RYTHME (du film Mary Poppins de Robert Stevenson)

SAGNIER Ludivine (2001) PAPA T'ES PLUS DANS L'COUP (du film 8 femmes de François Ozon)

SIM (1970) LA LIBELLULE (du film Elle boit pas, elle fume pas, elle drague pas... mais elle cause de Michel Audiard)

SIMON Michel (1935) ELLE EST EPATANTE

SIMON Michel (1968) L'HERBE TENDRE (du film Ce sacré grand-père de Jacques Poitrenaud) en duo avec Serge GAINSBOURG

SCHNEIDER Romy (1970) LA CHANSON D'HELENE (du film Les choses de la vie de Claude Sautet) en duo avec Michel PICCOLI

STREEP meryl (1983) AMAZING GRACE (du film Le mystère Silkwood de Mike Nichols)

STREEPmeryl (1983) PRETTY LITTLE HORSES (du film Le mystère Silkwood de Mike Nichols) en duo avec CHER

TRINTIGNANT Marie (19..) L'AMOUR PARTIRA DEMAIN

VALANDREY Charlotte (1987) NON, NON MONSIEUR (du film Fucking Fernand de Gérard MORDILLAT

VILLERET Jacques (1979) A NOUS DEUX (du film A nous deux de Claude Lelouch)

WILLIS Bruce (1986) RESPECT YOURSELF 

 

etc...

Voir les commentaires

CLAUDE CHABROL EN VISITE A DINAN (22) (PHOTOS)

Publié le

CLAUDE CHABROL (PHOTOS) A L'OCCASION DE LA SORTIE DE SON FILM L'IVRESSE DU POUVOIR  2006

 

 

 

 

CLAUDE CHABROL EN VISITE A DINAN (22) (PHOTOS)
CLAUDE CHABROL EN VISITE A DINAN (22) (PHOTOS)
CLAUDE CHABROL EN VISITE A DINAN (22) (PHOTOS)

Voir les commentaires

Benoit POELVOORDE et Philippe HAREL pour le film LE VELO DE GHISLAIN LAMBERT à DINAN (PHOTOS)

Publié le

Benoit POELVOORDE et Philippe HAREL pour le film LE VELO DE GHISLAIN LAMBERT à DINAN.

 

 

 

Benoit POELVOORDE et Philippe HAREL pour le film LE VELO DE GHISLAIN LAMBERT à DINAN (PHOTOS)
Benoit POELVOORDE et Philippe HAREL pour le film LE VELO DE GHISLAIN LAMBERT à DINAN (PHOTOS)
Benoit POELVOORDE et Philippe HAREL pour le film LE VELO DE GHISLAIN LAMBERT à DINAN (PHOTOS)
Benoit POELVOORDE et Philippe HAREL pour le film LE VELO DE GHISLAIN LAMBERT à DINAN (PHOTOS)

Voir les commentaires

Animation star wars 3 à DINAN (PHOTOS)

Publié le

EN AVANT-PREMIERE DU FILM STAR WARS EPISODE 3 LE PUBLIC PARTICIPE ET N'HESITE PAS A SE METTRE DANS LA PEAU DE LEUR HEROS FAVORI.

 

 

 

Animation star wars 3 à DINAN (PHOTOS)
Animation star wars 3 à DINAN (PHOTOS)
Animation star wars 3 à DINAN (PHOTOS)
Animation star wars 3 à DINAN (PHOTOS)
Animation star wars 3 à DINAN (PHOTOS)
Animation star wars 3 à DINAN (PHOTOS)
Animation star wars 3 à DINAN (PHOTOS)
Animation star wars 3 à DINAN (PHOTOS)

Voir les commentaires

Jean Paul Rappeneau à DINARD (DIAPORAMA)

Publié le

Jean-Paul RAPPENEAU en visite à Dinard pour son film "BON VOYAGE"



Voir les commentaires

ERIC-C EN ZORRO A DINAN (PHOTOS)

Publié le

 

ERIC-C S'AMUSE A SE TRANSFORMER EN ZORRO POUR ACCUEILLIR LES SPECTATEURS POUR LE  FILM ZORRO - OCTOBRE 2005

MERCI A CARNAVAL POUR LE COSTUME.

 

 

 

ERIC-C EN ZORRO A DINAN (PHOTOS)
ERIC-C EN ZORRO A DINAN (PHOTOS)
ERIC-C EN ZORRO A DINAN (PHOTOS)

Voir les commentaires

MARIE-ANTOINETTE (M. LE MARQUIS ERIC-C DE DINAN) PHOTOS

Publié le

ERIC-C SE TRANSFORME EN MARQUIS POUR ACCUEILLIR LES SPECTATEURS QUI VONT VOIR MARIE-ANTOINETTE DE SOFIA COPPOLA. IL PROFITE DE SA TENUE POUR ALLER FAIRE UN TOUR DANS LA COUR DU CHATEAU DE DINAN. UN GRAND NOMBRE DE PERSONNES LUI DEMANDERONT DE POSER POUR FAIRE DES PHOTOS.

MERCI A CARNAVAL POUR LE COSTUME.

 

 

 

MARIE-ANTOINETTE (M. LE MARQUIS ERIC-C DE DINAN) PHOTOS
MARIE-ANTOINETTE (M. LE MARQUIS ERIC-C DE DINAN) PHOTOS
MARIE-ANTOINETTE (M. LE MARQUIS ERIC-C DE DINAN) PHOTOS
MARIE-ANTOINETTE (M. LE MARQUIS ERIC-C DE DINAN) PHOTOS

Voir les commentaires

PHILIP SEYMOUR HOFFMAN (FILMOGRAPHIE)

Publié le

New Line Cinema HOFFMAN Philip Seymour

1992 MY NEW GUN (Stacy COCHRAN)

1992 LEAP OF FAITH (Richard PEARCE)

1992 LE TEMPS D'UN WEEK-END

1993 JOEY BREAKER (Steven STARR)

1993 MY BOYFRIEND'S BACK (Bob BALABAN)

1993 MONEY FOR NOTHING (Ramon MENENDEZ)

1994 LE GUET-APENS (Roger DONALDSON)

1994 POUR L'AMOUR D'UNE FEMME (Luis MANDOKI)

1994 UN HOMME PRESQUE PARFAIT (Robert BENTON)

1996 HARD EIGHT (Paul Thomas ANDERSON)

1996 TWISTER (Jan de BONT)

1997 BOOGIE NIGHTS (Paul Thomas ANDERSON)

1998 MONTANA (Jennifer LEITZES)

1998 ET PLUS SI AFFINITES (Brad ANDERSON)

1998 THE BIG LEBOWSLI (Joel & Ethan COEN)

1998 HAPPINESS (Todd SOLONDZ)

1998 DOCTEUR PATCH (Tom SHADYAC)

1999 PERSONNE N'EST PARFAIT(E) (Joel SCHUMACHER)

1999 MAGNOLIA (Paul Thomas ANDERSON)

1999 LE TALENTUEUX MR. RIPLEY (Anthony MINGHELLA)

2000 SEQUENCES ET CONSEQUENCES (David MAMET)

2000 PRESQUE CELEBRE (Cameron CROWE)

2002 LOVE LIZA (Todd LOUISO)

2002 PUNCH-DRUNK LOVE (Paul Thomas ANDERSON)

2002 ROUGE DRAGON (Brett RATNER)

2002 LA 25 EME HEURE (Spike LEE)

2003 MISTER CASH (Richard KWIETNIOWSKI)

2003 RETOUR A COLD MOUNTAIN (Anthony MINGHELLA)

2004 POLLY ET MOI (John HAMBURG)

2005 STRANGERS WITH CANDY (Paul DINELLO)

2005 CAPOTE (Bennett MILLER)

         OSCAR DU MEILLEUR ACTEUR, LE PRIX DE LA SCREEN ACTORS GUILD et le GOLDEN GLOBE

2006 MISSION IMPOSSIBLE 3 ( J.J. ABRAMS)         



Voir les commentaires

FRANCIS GIROD (FILMOGRAPHIE)

Publié le

Collection Christophe L. GIROD Francis 1944-2006

1974 LE TRIO INFERNAL

1976 RENE LA CANNE

1978 L'ETAT SAUVAGE

1980 LA BANQUIERE

1982 LE GRAND FRERE

1983 LE BON PLAISIR

1986 DESCENTE AUX ENFERS

1990 LACENAIRE

1991 CONTRE L'OUBLI

1994 DELIT MINEUR

1995 LUMIERE ET COMPAGNIE

1996 PASSAGE A L'ACTE

1998 TERMINALE

2001 MAUVAIS GENRES

2006 UN AMI PARFAIT

Entre 1962 et 1965 : Il est ASSISTANT REALISATEUR pour Jean-Pierre MOCKY, Roger VADIM et Pierre GRIMBLAT.

Il est aussi ACTEUR dans :

1964 LES IDOLES (Marc'O) (PECUCHET)

1966 L'HORIZON (Jacques ROUFFIO) (MAX)

1967 LES GAULOISES BLEUES (Michel COURNOT) (LE CONTROLEUR)

1969 PIERRE ET PAUL (René ALLIO) (LEVASSEUR)

1974 LE JEU AVEC LE FEU (Alain ROBBE-GRILLET) (LE CHEF DES RAVISSEURS)  

1985 MON BEAU-FRERE A TUE MA SOEUR (Jacques ROUFFIO) (ANIMTEUR TV)

1987 SAXO (Ariel ZEITOUN) (L'AVOCAT)

1992 MENSONGE (François MARGOLIN (J.R.)

1998 ZANZIBAR (Christine PASCAL) (MARECHAL)

1998 CALINO MANEIGE (Jean-Patrick LEBEL) (LE PATRON)

2006 UN AMI PARFAIT (Francis GIROD) (LE REALISATEUR)  

    



Voir les commentaires

JACQUES BRAL (FILMOGRAPHIE)

Publié le

Rezo Films BRAL Jacques (1948)

1973 UNE BALEINE QUI AVAIT MAL AU DENTS

1979 EXTERIEUR, NUIT

Prix Perspectives du cinéma français à Cannes 1980

Léopard de bronze à Locarno 1980

1983 POLAR

1993 MAUVAIS GARCON

2005 UN PRINTEMPS A PARIS    



Voir les commentaires

CINEMA VERS LE LARGE - LE PRINCE DU PACIFIQUE A DINAN (PHOTO)

Publié le

ANIMATION AU CINEMA - VERS LE LARGE A DINAN POUR LE FILM LE PRINCE DU PACIFIQUE - 2000

 

 

 

Voir les commentaires

TSF - Le comité de défense du spectacle s'inquiète...

Publié le

30 JUIN 1923 - PARIS : Le comité de défense du spectacle s'inquiète du succès grandissant d'un nouvel appareil, la TSF. Il demande à ses adhérents de réfléchir à la question suivante : doit-on envisager comme un danger l'intervention de la radiophonie dans le domaine du spectacle ?
 

Voir les commentaires

ERIC-C DANS LA PEAU DE SUPERMAN (PHOTOS)

Publié le

ERIC-C DANS LA PEAU DE SUPERMAN A L'OCCASION DE LA SORTIE DU FILM AU CINEMA - VERS LE LARGE A DINAN.

MERCI A MADAME PIERRE QUI A CONSTRUIT LE COSTUME.

 

 

 

ERIC-C DANS LA PEAU DE SUPERMAN (PHOTOS)
ERIC-C DANS LA PEAU DE SUPERMAN (PHOTOS)
ERIC-C DANS LA PEAU DE SUPERMAN (PHOTOS)
ERIC-C DANS LA PEAU DE SUPERMAN (PHOTOS)

Voir les commentaires

ERIC-C POUR CAMPING (AVRIL 2006) (DIAPORAMA)

Publié le

CAMPING : DANS LA JOURNEE, ERIC-C N'HESITE PAS A SE METTRE DANS LA VITRINE POUR LA PROMOTION DU FILM "CAMPING". IL EST "PATRICK CHIRAC" UN DES PERSONNAGES DU FILM.

LE SOIR, QUAND LE RIDEAU DU CINEMA S'OUVRE, LE PUBLIC EST SURPRIS ET APPRECIE DE TROUVER UN CAMPEUR SUR LA SCENE. QUELQUES JOURS PLUS TARD, C'EST ANTOINE DULERY QUI SERA SURPRIS.



Voir les commentaires

CHRISTOPHE BARRATIER (PHOTOS)

Publié le

LE REALISATEUR DES CHORISTES, CHRISTOPHE BARRATIER A PERROS-GUIREC EN FEVRIER 04



Voir les commentaires

ERIC-C en JOHNNY HALLYDAY pour JEAN-PHILIPPE (PHOTOS) 2006

Publié le par ERIC-C

ERIC-C EN JOHNNY HALLYDAY POUR LA SORTIE EN AVANT-PREMIERE DU FILM "JEAN-PHILIPPE". (2006). A L'OCCASION, UN PETIT SHOW DE 10 MINUTES SUR LA SCENE DU CINEMA. Voir les photos ci-dessous,

MERCI A TOUS POUR LE COSTUME.

 

 

 

ERIC-C en JOHNNY HALLYDAY pour JEAN-PHILIPPE (PHOTOS) 2006
ERIC-C en JOHNNY HALLYDAY pour JEAN-PHILIPPE (PHOTOS) 2006
ERIC-C en JOHNNY HALLYDAY pour JEAN-PHILIPPE (PHOTOS) 2006
ERIC-C en JOHNNY HALLYDAY pour JEAN-PHILIPPE (PHOTOS) 2006
ERIC-C en JOHNNY HALLYDAY pour JEAN-PHILIPPE (PHOTOS) 2006
ERIC-C en JOHNNY HALLYDAY pour JEAN-PHILIPPE (PHOTOS) 2006
ERIC-C en JOHNNY HALLYDAY pour JEAN-PHILIPPE (PHOTOS) 2006
ERIC-C en JOHNNY HALLYDAY pour JEAN-PHILIPPE (PHOTOS) 2006
ERIC-C en JOHNNY HALLYDAY pour JEAN-PHILIPPE (PHOTOS) 2006

JEAN-PHILIPPE

Comédie française de Laurent Tuel

avec Fabrice Luchini, Johnny Hallyday, Jackie Berroyer

L'HISTOIRE : Fabrice, cadre moyen, est un fan absolu de Johnny Hallyday, peut-être même le plus grand... Mais un jour, il se réveille dans une réalité différente, un monde parallèle où Johnny n'existe pas.
Perdu, orphelin, il se met alors à la recherche de Jean-Philippe Smet, pour savoir ce qu'il est devenu dans cette autre dimension, et lorsqu'il le retrouve enfin, c'est pour découvrir un patron de bowling, un type comme les autres qui n'est jamais devenu une star.
Fabrice n'a plus qu'un seul but : ressusciter son idole, réveiller le "Johnny" qui sommeille en Jean-Philippe.
Mais Jean-Philippe peut-il devenir en quelques mois ce que Johnny Hallyday a mis des années à construire ?
Les deux compères ont 40 ans de "Johnny" à rattraper !
A travers l'aventure de ce pari impossible, une amitié extraordinaire va naître entre les deux hommes...

ERIC-C en JOHNNY HALLYDAY pour JEAN-PHILIPPE (PHOTOS) 2006
ERIC-C en JOHNNY HALLYDAY pour JEAN-PHILIPPE (PHOTOS) 2006

Voir les commentaires

BERTRAND TAVERNIER A DINAN (2006) (PHOTOS)

Publié le

BERTRAND TAVERNIER A DINAN POUR LA JOURNEE ROGER VERCEL A DINAN. ICI AU CINEMA VERS LE LARGE POUR UN DEBAT AUTOUR DE SON FILM CAPITAINE CONAN; D'APRES UN ROMAN DE ROGER VERCEL. (2006)

 

 

 

BERTRAND TAVERNIER A DINAN (2006) (PHOTOS)
BERTRAND TAVERNIER A DINAN (2006) (PHOTOS)
BERTRAND TAVERNIER A DINAN (2006) (PHOTOS)
BERTRAND TAVERNIER A DINAN (2006) (PHOTOS)
BERTRAND TAVERNIER A DINAN (2006) (PHOTOS)

Voir les commentaires

ANTOINE DULERY AU CINEMA "VERS LE LARGE" A DINAN POUR LE FILM "CAMPING" (PHOTOS)

Publié le par ERIC-C

ANTOINE DULERY AU CINEMA VERS LE LARGE A DINAN POUR LE FILM CAMPING" (PHOTOS)

 

 

 

 

ANTOINE DULERY AU CINEMA "VERS LE LARGE" A DINAN POUR LE FILM "CAMPING" (PHOTOS)
ANTOINE DULERY AU CINEMA "VERS LE LARGE" A DINAN POUR LE FILM "CAMPING" (PHOTOS)
ANTOINE DULERY AU CINEMA "VERS LE LARGE" A DINAN POUR LE FILM "CAMPING" (PHOTOS)
ANTOINE DULERY AU CINEMA "VERS LE LARGE" A DINAN POUR LE FILM "CAMPING" (PHOTOS)

Voir les commentaires

ERIC-C S'AMUSE EN KING KONG

Publié le

ERIC-C S'AMUSE A FAIRE LE SINGE POUR ACCUEILLIR LES SPECTATEURS DE DINAN POUR LE  FILM KING KONG DE PETER JACKSON.

MERCI A CARNAVALPOUR LE COSTUME.

 

 

 

ERIC-C S'AMUSE EN KING KONG
ERIC-C S'AMUSE EN KING KONG
ERIC-C S'AMUSE EN KING KONG

Voir les commentaires

DIALOGUE AVEC MON JARDINIER (BANDE ANNONCE 2007) avec Daniel Auteuil, Jean-Pierre Darroussin

Publié le par ERIC-C

DIALOGUE AVEC MON JARDINIER

de Jean BECKER (L'ETE MEURTRIER, ELISA, LES ENFANTS DU MARAIS, UN CRIME AU PARADIS, EFFROYABLES JARDINS)

d'après l'oeuvre de Henri CUECO

avec Daniel AUTEUIL - Jean-Pierre DARROUSSIN - Elodie NAVARRE - Fanny COTTENCON

Studio Canal

L'HISTOIRE : Ayant acquis une honnête réputation de peintre parisien, un quinquagénaire fait retour aux sources et revient dans le centre de la France profonde prendre possession de la maison de sa jeunesse. Autour de la bâtisse s'étend un assez grand terrain qu'il n'aura ni le goût, ni le talent d'entretenir.
Aussi fait-il appel à candidature, par voie d'annonce locale. Le premier candidat (qui sera le bon) est un ancien complice de la communale, perdu de vue et ainsi miraculeusement retrouvé. Il sera le jardinier.
Le côtoyant au long des jours, le peintre découvre par touches impressionnistes un homme qui d'abord l'intrigue puis l'émerveille par la franchise et la simplicité de son regard sur le monde...

 

E

ENTRETIEN AVEC JEAN BECKER

Qu’est-ce qui, en lisant le livre d’Henri Cueco, vous a donné envie d’en faire un film ? J’ai tout de suite été frappé par la façon qu’avait le jardinier de parler, de s’exprimer, par des réflexions très particulières. C’est d’ailleurs sûrement ce qui avait frappé Cueco quand il avait rencontré cet homme et qui lui avait donné l’envie d’écrire le livre - pour qu’il en reste une trace. Ce jardinier est un être singulier, assez exceptionnel. Il a une vue sur les choses de la vie tout à fait spontanée et naïve, et pourtant juste et profonde. Ce n’est pas Monsieur Tout Le Monde. Ses dialogues, tels que les a restitués Cueco, sont formidables d’étrangeté et de bon sens à la fois.

Quelle était la principale difficulté de l’adaptation ? Il fallait quasiment inventer de toutes pièces le personnage du peintre qui, dans le livre, n’existe que pour renvoyer la balle au jardinier. J’ai commencé à écrire le scénario tout seul et puis, assez vite, j’ai ressenti le besoin de me faire aider par quelqu’un. Et j’ai tout naturellement pensé à Jean Cosmos parce qu’on s’était très bien entendus lorsqu’on a travaillé ensemble sur l’adaptation d’EFFROYABLES JARDINS, mais aussi parce que sa fille est peintre et qu’elle l’a sûrement bien aidé pour développer ce personnage. Il fallait trouver le juste équilibre entre les deux, ne pas affaiblir le jardinier tout en donnant assez de vie et de consistance au peintre.

Vous n’avez pas demandé à Henri Cueco de travailler à l’adaptation ? Non, pas plus que je n’ai utilisé ses dessins ou ses peintures. C’est, je crois, pour mieux m’approprier le sujet. Je n’avais pas non plus demandé à Michel Quint de participer à l’adaptation d’EFFROYABLES JARDINS. Il n’y avait qu’avec Sébastien Japrisot où ça ne me gênait pas qu’il travaille sur ses adaptations, on se connaissait tellement bien... Et si Cueco est crédité au générique pour les dialogues, c’est parce qu’on a utilisé beaucoup de dialogues du livre tels quels. De la même manière qu’on a gardé par exemple tel quel le personnage de la femme du jardinier. Après avoir travaillé avec Jean Cosmos, j’ai aussi fait appel à mon copain Jacques Monnet et également, pour un dernier petit coup de pouce, sans même le créditer, à François D’Epenoux qui a écrit «Deux jours à tuer» dont est tiré mon prochain film. Je ne refuse aucune bonne volonté. Ce qui m’importe, comme toujours, c’est de mettre tous les atouts de mon côté pour que le scénario soit le mieux possible !      

Connaissant votre complicité avec Jacques Villeret, on se dit que vous aviez dû penser à lui à la lecture du livre pour le rôle du jardinier... En effet, c’est même pour lui que j’ai commencé à écrire le scénario. J’avais presque fini la toute première version lorsqu’il est mort. J’ai failli abandonner, et puis j’aimais vraiment trop ce jardinier. J’ai alors cherché qui pouvait aussi dégager cette espèce de gentillesse, de naïveté qu’avait Jacques. J’ai toujours trouvé que Jean-Pierre Darroussin, avec un physique très différent, avait quelque chose de la même nature. Lorsque j’avais vu UN AIR DE FAMILLE, j’avais été frappé par cette manière qu’il avait d’observer les autres, avec un regard bienveillant... Je lui ai fait lire le scénario sans lui cacher qu’il avait été commencé pour Jacques et il a accepté tout de suite. Notre travail a ensuite été très différent de ce qu’il aurait été avec Jacques. Ne serait-ce que parce qu’on ne se connaissait pas mais il a donné au personnage un naturel, une simplicité et une vraie profondeur.

Qu’est-ce qui vous a donné envie de confier le rôle du peintre à Daniel Auteuil ? Une sorte d’intuition. J’aimais bien l’idée de le retrouver dans une histoire très simple et je savais qu’interprété par lui, ce personnage de clown blanc qu’est le peintre prendrait aussi toute sa profondeur. La grande qualité de Daniel, c’est d’avoir une parfaite compréhension d’une situation. Il pige tout de suite. Un clin d’oeil, un regard, et il a compris. C’est un acteur d’une sobriété remarquable et qui trouve toujours le ton juste.

En quoi diriez-vous qu’ils se complètent bien ?Ils sont à la fois très proches et très différents mais c’est vrai qu’ils se complètent très bien ! Chacun, à sa manière, sait faire passer de l’émotion. Il y a chez eux la même subtilité, la même simplicité, la même évidence. En plus, Jean-Pierre et Daniel qui étaient, je crois, sincèrement heureux de travailler ensemble pour la première fois, ont tout de suite établi entre eux une vraie complicité qui a nourri les rapports de leurs personnages. Cela se voit dans les regards, dans la manière qu’ils ont de s’écouter l’un l’autre... Franchement, je ne pouvais pas rêver meilleur duo. Ils sont allés au-delà de mes espérances.

Comment définiriez-vous vos principes de mise en scène dans DIALOGUE AVEC MON JARDINIER ? Ils sont simples. Je filme à deux caméras et avec plusieurs valeurs de plan : gros plans, plans moyens, plans larges. À la fois pour avoir le maximum de possibilités au montage et parce que dans un film comme celui-ci, la mise en scène ne doit pas, à mon sens, se faire remarquer. On doit juste regarder les personnages, être avec eux, près d’eux.

 

L’ÉTÉ MEURTRIER, LES ENFANTS DU MARAIS, EFFROYABLES JARDINS, DIALOGUE AVEC MON JARDINIER... Il y a dans vos films comme une nostalgie de la vie à la campagne alors que vous n’êtes pas un enfant de la campagne...Un petit peu quand même. Et ça ressort maintenant... En effet, quand la guerre a éclaté et que mon père a été fait prisonnier, on est partis vivre à la campagne. J’avais 7 ans, j’étais dans une ferme et je vivais comme les fils des gens qui nous hébergeaient. Puis, mon père est revenu de captivité et il a tourné GOUPIL MAINS ROUGES. Une histoire qui se passait dans un univers de paysans. On est allés habiter alors à Saint Léonard des Bois, encore à la campagne ! Et pendant la première partie de ma carrière, j’ai occulté ces souvenirs, ces réminiscences de la province. Je crois que c’est de travailler sur L’ÉTÉ MEURTRIER avec Sébastien Japrisot qui m’a redonné goût à ça. Je me suis dit : «Je me sens bien là-dedans, à raconter des histoires avec des gens simples et authentiques». Et aujourd’hui, c’est comme si c’était important pour moi de renouer avec mes souvenirs d’enfance...

ENTRETIEN AVEC DANIEL AUTEUIL

Connaissiez-vous Jean Becker avant DIALOGUE AVEC MON JARDINIER ? Non. J’avais une tendresse particulière pour ses premiers films avec Belmondo : UN NOMMÉ LA ROCCA, ÉCHAPPEMENT LIBRE, TENDRE VOYOU... Mais on ne s’était jamais rencontrés. J’ai donc été surpris de recevoir le scénario de DIALOGUE AVEC MON JARDINIER. À la lecture, j’ai été immédiatement touché par le personnage du jardinier. En fait, ce qui m’a décidé, c’est l’envie d’être copain avec ce jardinier ! Je trouvais le récit à la fois simple, émouvant, et complètement décalé par rapport à l’époque, par rapport à ce qui peut se faire en cinéma. C’était un projet atypique, un scénario gonflé, ambitieux. D’une certaine façon, il y avait, en plus de l’importance de la nature dans cette histoire, quelque chose d’harmonieux, d’apaisé, comme le récit d’une réconciliation, qui me faisait penser au film des frères Larrieu, PEINDRE OU FAIRE L’AMOUR.

N’avez-vous pas eu envie de jouer le jardinier ? C’est vrai qu’à la lecture, c’était le beau rôle. Mais je savais que c’était Jean-Pierre qui allait le jouer et je trouvais que c’était une bonne idée ! Et puis, les rôles de clown blanc, c’est justement intéressant à travailler, parce que pas évidents. Enfin, j’avais quand même plus de facilités à me projeter dans le personnage du peintre que dans celui du jardinier. Sa vie, ses interrogations, ses relations amoureuses, ses maladresses avec sa fille, plein de choses me parlaient... Jusqu’à cette espèce de fantasme d’aller s’installer à la campagne - ou à la mer - ce que j’adorerais faire mais mon métier, contrairement au peintre, m’oblige à rester en permanence en contact avec les autres.

En quoi vous complétez-vous avec Jean-Pierre Darroussin ? Je ne sais pas si on se complète, je pense qu’on est assez pareils. On est deux calmes, on est plutôt réservés, on sait où est notre place et ce qu’il faut faire pour que l’histoire des deux se raconte bien. Si on se complète, c’est qu’on est tous les deux dans la composition et qu’on a su établir une relation de travail, une complicité qui fait que le jeu de l’un répond au jeu de l’autre, que les choses s’emboîtent naturellement...

Qu’est-ce qui était pour vous le plus difficile dans ce film ? Apprendre le texte ? Trouver le ton ? Tout ça à la fois. Et surtout rendre vivant les récits qu’on se fait l’un à l’autre. Il y a dans ce film quelque chose de très simple, de très fluide - cela tient aussi à l’environnement, à la nature, à la lumière - et, en même temps, une vraie construction intellectuelle, qui repose entièrement sur les dialogues, comme le titre du film l’indique. Et ça, ce n’est pas forcément évident. On a tourné six semaines quasiment dans les mêmes décors et la difficulté, pour notre imaginaire, c’était justement de se ressourcer, de se réinventer tous les jours. Heureusement, il y avait des scènes miraculeuses...

Lesquelles par exemple ? Je pense aux scènes d’émotion. Quand se pose pour lui le rapport à sa maladie, et quand, moi, j’ai mes soucis. Les scènes où je commence à être plus généreux, plus adulte... Les scènes dans le jardin quand il est malade... La scène de pêche, c’était vraiment miraculeux. On est arrivés sur ce lac à 7h du matin, on a posé notre cul sur cette barque et on est restés jusqu’à 8h du soir, sans jamais en descendre, même pour aller pisser ! On ne s’est rendus compte de rien. C’était, pour nous deux, et pour notre relation, un moment vraiment particulier... Très vite aussi, sur le tournage, j’ai senti Jean-Pierre habité. Il est comme un diesel : il faut qu’il chauffe un peu d’abord mais alors, une fois qu’il est chauffé, il est incroyable... Ce n’était pas évident parce qu’il fallait à la fois ce côté populaire, un peu simple, et en même temps, ce jardinier est un philosophe. C’est un rôle balaise.

Le vôtre n’est pas mal non plus. Parce qu’il vous faut être en retrait, à l’écoute et, en même temps, donner chair à ce peintre pour qu’il existe face au jardinier, et pour que leurs échanges aient de la force, de la vie... Pour la qualité d’écoute, il suffit de bien comprendre l’enjeu mystérieux, souterrain, de la situation. À partir du moment où on trouve bien le sens d’une scène, les regards, les gestes, les attitudes viennent presque sans qu’on y pense... Et puis surtout, cela repose aussi sur le partenaire. C’est là qu’on retrouve la complémentarité avec Jean-Pierre dont on parlait tout à l’heure. On était très ensemble. On se réconfortait, on s’entraînait, on jouait ensemble. Être à l’écoute, c’était d’autant plus facile que - je ne peux pas le dire autrement - j’avais confiance en cet acteur. J’avais envie de me laisser surprendre - et je n’ai pas été déçu ! Jean-Pierre a fait une composition tellement sensible, tellement subtile...

Vous, pour entrer dans le personnage du peintre, vous êtes-vous entraîné à peindre ?J’avais quelques pressions mais... j’ai un peu frimé ! J’ai dit «j’ai préparé Van Gogh pendant dix mois avec Pialat, je peux faire un peintre d’aujourd’hui !». En plus, sur le tournage, le peintre dont on a utilisé les tableaux était là, mais bon, ce n’est pas toujours évident de peindre et de parler en même temps !

ENTRETIEN AVEC JEAN-PIERRE DARROUSSIN

Vous souvenez-vous de votre première rencontre avec Daniel Auteuil ? C’était justement pour DIALOGUE AVEC MON JARDINIER, Jean Becker nous avait invités à manger tous les deux. Avant ça, on s’était vaguement croisés une fois dans les couloirs du Fouquet’s et on s’était salués poliment. Autant dire qu’on ne se connaissait pas du tout. De travailler avec lui, surtout sur cette histoire-là qui se concentre autour de deux personnages, c’est bien évidemment ce qui m’a attiré dans ce projet. Mais pas seulement. J’ai trouvé que c’était assez gonflé de faire un film comme ça, aussi minimaliste, juste sur la rencontre de deux personnes et sur leurs échanges. Et puis, ce jardinier, c’est un personnage qui m’attirait. Il me faisait penser à mon père.

De quelle manière ? Sa manière de parler, c’était mon père ! Toutes ses expressions populaires, à la fois un peu surannées et très imagées, ce langage vraiment typique de gens qui sont restés attachés à la terre, qui vivent dans cette éducation-là, dans cette authenticité-là, éveillaient un écho chez moi... Mon père était étameur mais il était issu d’un milieu paysan. Comme le jardinier du film, il savait tout faire.

Que Jean Becker ait d’abord pensé à Jacques Villeret pour interpréter le jardinier ne vous a pas fait hésiter ? Non. Parce que je sentais bien le personnage, parce que je voyais bien comment moi, je pourrai le jouer. Et puis, ce qu’il me proposait, c’était le jardinier, pas Jacques Villeret. En même temps, il a bien fallu une semaine à Jean pour réaliser que ce n’était pas avec Villeret qu’il travaillait mais avec moi ! Cette première semaine a été assez difficile pour tout le monde. Je pense que Jean était angoissé, il se demandait sans doute ce qu’allait donner ce film où tout reposait sur les dialogues entre deux personnages. Il était brusque, un peu colérique. Cela nous a déstabilisés, Daniel et moi. Mais comme on s’est très bien entendus tout de suite, on s’est serrés les coudes, on a travaillé ensemble sur le texte... Parce qu’il y avait quand même beaucoup de texte à apprendre, à moudre...

C’'est ce que vous appréhendiez le plus, le texte ? Oui. Et donc la mémoire ! C’est presque un texte de théâtre. C’est un dialogue très écrit, avec un vocabulaire très précis, et il n’est pas question d’en changer une virgule - même si je me suis quelques fois amusé à rajouter quelques images ou quelques expressions de mon cru ! Au théâtre, lorsqu’on joue le texte, on l’a déjà répété cent fois ! On a eu le temps d’en saisir les nuances, d’en explorer les détours. Là, c’était comme si on ne pouvait pas dépasser le stade des premières répétitions au théâtre. Il fallait franchir ce double obstacle des mots à retenir et des situations à explorer. Il fallait assimiler le texte de façon à ce qu’il soit simplement parlé, et surtout pas joué...

Avez-vous ressenti le besoin à un moment de vous reporter au livre de Cueco ? Non. Je déteste faire ça. Ce que j’ai à jouer n’est pas le livre mais le scénario. Le livre, c’est une autre vision, c’est parfois un autre point de vue. Dans le dossier de presse de mon film, LE PRESSENTIMENT, j’avais utilisé une phrase de Jacques Becker où il dit que lorsqu’on fait l’adaptation d’un roman, à force de l’aimer, à force de le travailler, on finit par oublier que c’est quelqu’un d’autre qui l’a écrit ! On se l’est tellement approprié que c’est finalement une autre oeuvre. Seul l’adaptateur peut savoir encore d’où elle vient, mais quand on est acteur, on n’a pas à savoir d’où ça vient. Il m’est arrivé en revanche de lire bien longtemps après un film le livre qui l’a inspiré. Mais là, il n’y a plus d’enjeu...

Qu'est-ce qui vous touche le plus chez le jardinier ? C’est un personnage qui ne triche pas, qui est en prise directe avec le réel, qui a trouvé du sens à sa vie - ce que recherche justement le personnage du peintre qui, lui, est dans un désert affectif. Le jardinier sait que le sillon qu’il a tracé est droit. Il peut se regarder dans la glace. Il a toujours été honnête, loyal, il n’a fait de mal à personne. C’est un être profondément moral. Il a servi sa vie, et à partir du moment où il a servi sa vie, sa vie a servi à quelque chose. C’est ça qui est touchant humainement - et profondément exemplaire. Cette histoire, finalement, c’est l’histoire de la disparition d’un juste. C’est ce qui fait qu’on est bouleversé à la fin du film, parce que les gens comme lui sont rares. Je l’aime bien ce personnage, avec son allure, ses chaussures, ses pantalons, sa mobylette... J’aimais bien me déguiser en lui.

En quoi vous complétez-vous avec Daniel Auteuil ? J’ai la sensation qu’on a à peu près la même approche du métier, qu’on est à peu près de la même famille d’acteurs. On est assez timides et réservés. On est respectueux de notre travail et du personnage à faire vivre. On est avant tout des caméléons, des éponges de différents archétypes d’humanité qu’on peut croiser dans la vie. Et puis aussi, il y a une fragilité, une vulnérabilité... Et un petit côté comme ça, expérimental. Le souci d’être dans la recherche, d’avancer sans que les choses soient acquises. Je me retrouve assez quand je le vois travailler.

Et comme partenaire, quel est son principal atout ? Sa simplicité et sa droiture. Son intelligence du réel enjeu de la rencontre. La capacité qu’il a de savoir mettre en espace cette chose indicible et palpable, mystérieuse et intime, qui se noue entre ces deux personnages.

(BANDE ANNONCE 2007)

Voir les commentaires

Coeurs perdus (BANDE ANNONCE VF 2006) avec SALMA HAYEK et JOHN TRAVOLTA (Lonely Hearts)

Publié le par ERIC-C

COEURS PERDUS (LONELY HEARTS)

de Todd ROBINSON

avec SALMA HAYEK - John TRAVOLTA - James GANDOLFINI - Jared LETO

Affiche américaine. Metropolitan FilmExport

L'HISTOIRE : A la fin des années 40, un couple aussi séduisant que mortel sème la panique dans tous les Etats-Unis. Leur mode opératoire est toujours le même : Ray séduit de jeunes femmes isolées et les dépouille, puis avec le soutien actif de Martha, les tue.
L'inspecteur Elmer C. Robinson se lance à leurs trousses, et cette affaire change définitivement sa vie.

Metropolitan FilmExport

James Gandolfini. Metropolitan FilmExportJohn Travolta (au centre). Metropolitan FilmExportJared Leto (à gauche). Metropolitan FilmExport

 

(BANDE ANNONCE VF)



Voir les commentaires

BOXES (LES BOITES) de et avec JANE BIRKIN (BANDE ANNONCE 2007) avec Lou DOILLON - John HURT - Tcheky KARYO

Publié le par ERIC-C

BOXES (LES BOITES)

de JANE BIRKIN

avec Géraldine CHAPLIN - Michel PICCOLI - Jane BIRKIN - Natacha REGNIER - Lou DOILLON - John HURT - Tcheky KARYO - Maurice BENICHOU

SYNOPSIS :

Un bord de mer en Bretagne : Anna, cinquante ans, anglaise, emménage dans sa nouvelle maison. Les pièces sont envahies de "boxes", les cartons de déménagement qui renferment mille objets... Mille souvenirs.
Anna a vécu beaucoup de vies et son passé surgit des boites. Lorsqu'elle les ouvre, apparaissent ceux qui ont compté dans sa vie. Ses parents bien sûr, mais aussi ses enfants et leurs pères, les morts et les vivants.
Anna a eu trois filles, chacune d'un père différent. Ses trois hommes sont là et, comme les parents et les enfants, ils reviennent lui parler, l'engueuler, lui pardonner peut-être...
A cette période vertigineuse de sa vie, le temps court toujours plus vite, Anna prend son élan, pour affronter le passé, pour essayer de se projeter dans l'avenir... Et croire encore à l'amour ?

 

(BANDE ANNONCE)

 

Voir les commentaires

Boulevard de la mort - un film Grindhouse (BANDE ANNONCE VF 2007) de Quentin TARANTINO (Grindhouse: Death Proof)

Publié le par ERIC-C

BOULEVARD DE LA MORT - UN FILM GRINDHOUSE (DEATH PROOF)

de Quentin TARANTINO

avec Kurt RUSSELL - Rosario DAWSON - Jordan LADD - Rose McGOWAN

Affiche américaine. The Weinstein Company

SYNOPSIS : C'est à la tombée du jour que Jungle Julia, la DJ la plus sexy d'Austin, peut enfin se détendre avec ses meilleures copines, Shanna et Arlene. Ce TRIO INFERNAL, qui vit la nuit, attire les regards dans tous les bars et dancings du Texas. Mais l'attention dont ces trois jeunes femmes sont l'objet n'est pas forcément innocente.
C'est ainsi que Mike, cascadeur au visage balafré et inquiétant, est sur leurs traces, tapi dans sa voiture indestructible. Tandis que Julia et ses copines sirotent leurs bières, Mike fait vrombir le moteur de son bolide menacant...

Rose McGowan et Kurt Russell. TFM DistributionKurt Russell. TFM DistributionKurt Russell. TFM Distribution

Sydney Tamiia Poitier, Zoe Bell et Vanessa Ferlito. TFM DistributionTracie Thoms, Rosario Dawson et Mary Elizabeth Winstead. TFM DistributionMary Elizabeth Winstead. TFM Distribution

Affiche américaine. The Weinstein Company

GRINDHOUSE

QUENTIN TARANTINO - ROBERT RODRIGUEZ

 

LES DEUX REALISATEURS UNISSENT LEUR TALENT POUR UNE EXPERIENCE CINEMATOGRAPHIQUE UNIQUE : UN THRILLER EN DEUX PARTIES EN REFERENCE A LEURS FILMS CULTE.

Affiche américaine. The Weinstein Company

(1) BOULEVARD DE LA MORT (DEATH PROOF)

de Quentin TARANTINO

avec Kurt Russell, Zoe Bell, Rosario Dawson

L'HISTOIRE : Un psychopathe nommé Stuntman Mike tue des femmes avec sa voiture.

(2) PLANET TERROR de Robert RODRIGUEZ

avec Rose McGowan, Freddy Rodriguez, Josh Brolin

L'HISTOIRE : Une petite ville de l'ouest est ravagée par des zombies appels "sickos". Une femme avec un fusil à la place de la jambe et son petit copain karatéka vont essayer de les repousser...

 

 

LES GRIND HOUSE ETAIENT DES CINEMAS EN CENTRE VILLE, AUX USA, QUI ONT CONNU LEURS HEURES DE GLOIRE DANS LES ANNEES 1930/40. POUR QUELQUES CENTS, LE PUBLIC POUVAIENT ASSISTER A DES PROJECTIONS EN BOUCLE DE FILMS B.

Affiche américaine. The Weinstein Company

SYNOPSIS : A Grind House is the name given to run down cinemas that 'grind-out' double bills of B-Movies. To celebrate this phenomenon Quentin Tarantino and Robert Rodriguez team up to create the ultimate horror double bill reminiscent of slasher flicks and alien investations of a bygone era. Tarantino helms 'Death Proof' while Rodriguez directs 'Planet Terror.'

(BANDE ANNONCE VF 2007)



Voir les commentaires