Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

LES SIMPSON - LE FILM (BANDE ANNONCE VF 2007)

Publié le par ERIC-C

APRES 400 EPISODES A LA TELE, VOICI
 
 LES SIMPSON LE FILM
 
Film d'animation américain de David SILVERMAN
 
avec les voix US de Dan CASTELLANETA, Julie KAVNER, Nancy CARTWRIGHT
 
 
L'HISTOIRE :
Coupable d'une faute sur son lieu de travail, Homer Simpson bouleverse l'existence de la petite ville de Springfield. Il est chassé avec sa famille par les habitants...
Twentieth Century Fox France
 
 
(BANDE ANNONCE VF 2007)

Voir les commentaires

Elvis PRESLEY - What'd I Say (BOF CLIP : Viva Las Vegas)

Publié le par ERIC-C

Elvis PRESLEY - What'd I Say (BOF CLIP : Viva Las Vegas)
 


Voir les commentaires

DEAD OR ALIVE LE FILM (D.O.A.) (BANDE ANNONCE VF 2006) avec Jaime Pressly, Holly Valance

Publié le par ERIC-C

DEAD OR ALIVE
de Corey YUEN (LA LEGENDE DU DRAGON ROUGE)
avec Devon AOKI, Natassia MALTHE, Jaimie PRESSLY
Dead or Alive
Affiche personnage. Constantin Film Produktion GmbH
ENSEMBLE ELLES SONT INVINCIBLES...
Quatre femmes, au début rivales dans une compétition d'arts martiaux, finissent par s'allier pour lutter contre un homme qui veut contrôler le monde : Tina est superstar dans le milieu de la lutte féminine, Christie est voleuse et tueuse à gages, Princesse Kasumi est une aristocrate asiatique éduquée par des maîtres en arts martiaux, et Hénéla est une athlète en sports extrêmes dont le passé tragique est lié au lieu dans lequel se déroule le tournoi
Affiche personnage. Constantin Film Produktion GmbH
NOTES DE PRODUCTION
Les personnages du jeu vidéo “ Dead or Alive” de Tecmo prennent enfin vie dans ce film réalisépar Cory Yuen (THE TRANSPORTER) pour Impact Pictures, filiale du producteur et distributeur Constantin Film. Tourné entièrement en Chine dans les studios Zhejiang Hengdian World et dans le parc Yuzi Paradise à Guilin, DEAD OR ALIVE réunit un casting de vedettes et d'athlètes d’envergure internationale. Aux côtés des quatre héroïnes combattantes, de nombreux concurrents sont là pour gagner la récompense de 10 millions de dollars. Parmi eux, le boxeur de rue Zack, interprété par l'ancien joueur de football américain Brian White (Mr. 3000) ; Bayman, joué par Derek Boyer, détenteur de record du monde du Guiness Book connu comme “l'homme le plus fort d'Australie” et Léon, incarné par Silvio Simac (UNLEASHED) le champion du monde de Tae Kwon Do. D’autres se rendent sur l‘île avec de moins nobles intentions. Bass, champion du monde de catch interprété par le catcheur professionnel Kevin Nash (THE LONGEST YARD), arrive à convaincre sa fille Tina de ne pas mettre sa vie en danger. Max, l’ancien complice de Christie, joué par Matthew Marsen (BLACK HAWK DOWN), se fait passer pour un kick-boxer brésilien interessé par un prix encore plus important que les 10 millions de dollars en jeu. La princesse Kasumi est encouragée par son entourage : son garde du corps et ami Hayabusa, interprété par le champion d’arts martiaux Kane Kosugi (GODZILLA : FINAL WARS) ; sa demi-soeur Ayane, jouée par Natassia Malthe (ELEKTRA), et son frère Hayate, disparu lors du précédent tournoi Dead or Alive, interprété par l’acteur de films d’arts martiaux et cascadeur Collin Chou (MATRIX RELOADED, MATRIX REVOLUTIONS).… 
Affiche personnage. Constantin Film Produktion GmbH
LE JEU VIDÉO
Le site www.gamespot.com dépeint la série “Dead or Alive” de Tecmo comme “l'un des jeux de combats les plus aboutis visuellement dans des cadres magnifiques avec des personnages extraordinaires”. 6 millions de copies ont été vendues, en faisant l'un des jeux vidéos le plus vendus au monde. Le producteur Paul W.S. Anderson explique l'une des raisons qui l'ont poussé lui et son associé à adapter “Dead or Alive” sur grand écran : “Nous sommes fans du jeu vidéo. J'y ai beaucoup joué. Il a un côté multiculturel avec des gens différents qui se rassemblent. Nous avons fait la même chose sur le film : nous avons engagé les meilleures équipes du monde entier !”. Passer d'un jeu vidéo à un film implique de créer une histoire suffisamment solide d'après une base, qui de par son interactivité, se doit d'avoir de multiples intrigues et issues. Le réalisateur Cory Yuen explique : “Le jeu lui-même est controlé par un être humain, mais ce film est très “alive”. L'action est la base du film, mais l'amitié entre les filles et les raisons qui font qu'elles passent de rivales à amies sont également très importantes.” Puis vint le problème des effets spéciaux. Comment recréer des images de synthèse avec des acteurs dans des décors naturels ? Délaissant la solution de facilité de tourner la majorité des scènes d'action sur 'green screen', Yuen a préféré choisir des acteurs capables de faire des cascades en décors naturels. Il refusa de s'imposer des limites quelles qu'elles soient. A la difficulté de passer du jeu au film, s'ajouta celui de l'équipe artistique et technique d'envergure internationale (4 langues étaient parlées sur le tournage : l'Anglais, le Cantonais, le Mandarin et l'Allemand) ainsi que le fait d'être le premier film occidental à être tourné dans les célèbres studios chinois d'Hengdian World. “Les personnages dans le jeu et dans le film sont très semblables mais les deux mondes sont très différents. C'est relativement simple de faire un film d'action en utilisant des images de synthèse. L'inconvénient de ces images est qu'elles ne sont pas aussi excitantes que la vraie vie”. Kane Kosugi ajoute : “J'ai joué aux jeux vidéos toute ma vie et “Dead or Alive” est un superbe jeu de combats. Comparé aux autres jeux, celui-là a plein de filles vraiment impressionnantes. Chaque personnage a un style et j'ai apprécié faire ce film car les acteurs ressemblent à leurs personnages, ils en ont appris leurs mouvements.” Les fans du jeu n'ont pas à s'inquiéter de la fidélité du film par rapport au jeu. Leurs combattants favoris sont reconnaissables instantanément ! Holly Valance précise : “On ressemble trait pour trait aux personnages du jeu... C'est assez incroyable de voir à quel point les acteurs ont été transformés par la coiffure, le maquillage et les costumes pour devenir ces personnages.” N’étant pas adepte des jeux vidéo, elle avoue n'avoir jamais joué au jeu auparavant. Mais après avoir obtenu le rôle de Christie, elle en est devenue fan. Devon Aoki a découvert l'univers de “Dead Or Alive” par l'intermédiaire de son petit frère : “Il avait 15 ans et était fan du jeu. Il m'a dit que Kasumi était super cool et qu'il m'en voudrait à mort si je n'allais pas à l'audition ! Après avoir décroché le rôle, j'ai commencé à jouer avec lui pour la première fois et j'ai compris pourquoi le jeu avait tant de disciples. On a essayé de faire en sorte que nos personnages soient les plus proches possible de ceux du jeu”. Sur le tournage, des consoles Xbox Dead Or Alive furent d'ailleurs données aux acteurs. Brian White raconte : “Ça a un côté surréaliste de s'asseoir avec le reste de l'équipe et de jouer ton propre personnage”. Mais pousser les acteurs à jouer n'est pas complètement innocent. “Quand je jouais Zack dans le jeu vidéo, j'ai appris certains de ses mouvements, de ses manières et je suis vraiment rentré dans son personnage”. Sarah Carter ajoute : “Tous les personnages sont très détaillés. Ils ont tous leur propre façon de se battre, de s'habiller, leur propre histoire. Donc quand tu joues, tu as vraiment l'impression de déjà connaître le combattant”. Mesurant 1m85, le catcheur professionel Kevin Nash avoue qu'il n'a pas eu besoin de faire un gros effort d'imagination pour interpréter Bass. “Le personnage du jeu vidéo est aussi un lutteur professionnel. Mon fils et moi avons joué au jeu il y a deux ans; quand on m'a appelé pour le rôle je savais déjà qui était Bass. Cinq jours plus tard, j'étais dans un avion en partance pour la Chine !”. Matthew Marsden joue le rôle de Max, un rôle différent des autres. “C'est un personnage très drôle à interpréter, un rôle de comédie, quelqu'un qui ne se bat pas ! Ce qui tombe bien vu la taille des mecs dans le film !!!”.
Affiche personnage. Constantin Film Produktion GmbH
LA PRÉPARATION DES CASCADES
Les acteurs ont du se soumettre à un entraînement éreintant pour que leurs personnages puissent égaler les talents en arts martiaux de leurs homologues du jeu vidéo. Tous les acteurs principaux étaient déjà physiquement performants. Jamie Pressly qui joue Tina Armstrong, la superstar de la lutte, s'était entraînée pendant plusieurs années comme gymnaste, danseuse et kick-boxeuse. Sarah Carter qui interprète Helena Douglas, la reine du rollerblade, était auparavant danseuse professionnelle au Royal Winnipeg Ballet. L'actrice-mannequin Devon Aoki avait déjà une expérience dans les arts martiaux mais elle est la première à avouer qu'elle ne s'était jamais entraînée autant de toute sa vie. Trois mois avant le début du tournage, les acteurs ont commencé leur entraînement intensif. Aoki se souvient : “On avait tous trois cascadeurs chacun pour travailler. Au début, nous avons travaillé l'endurance cardio-vasculaire – saut à la corde, course, stretching. Nous sommes passés aux techniques de combat – frappes, coups de pied, coups de poing avec les mouvements des différents arts martiaux. Nous avons terminé par l'entraînement d'haltérophilie avec un culturiste !”. L'entraînement physique intense l'est devenu encore plus une fois en Chine, avec des séances pouvant atteindre jusqu'à neuf heures par jour. Jaime Pressly raconte : “J'ai été une athèle toute  ma vie – dance, gym, kickboxing. Mais malgré tout, ça a été très dur. C'est un peu comme Hilary Swank qui a du s'entraîner à devenir une boxeuse pour donner le change dans MILLION DOLLAR BABY”. Holly Valance avoue que se préparer pour le rôle de Christie la voleuse, était à la fois gratifiant et pénible. “J'ai eu des douleurs dans des parties de mon corps dont j'ignorais l'existence ! En gros j'étais presque infirme les trois premières semaines. Je passais plus de temps à maquiller les parties de mon corps couvertes de bleus que mon visage ! C'est intéressant de voir comment l'entraînement change ton corps ; tu te sens si forte après !” L'entraînement a payé. Les acteurs ont fait la quasi-totalité de leurs cascades : monter en haut de montagnes, tomber du haut de balcons, sauter d'avions ou sur un toit de palais. Sarah Carter a apprécié le fait de s'être entraînée pour une scène dans laquelle elle doit faire face à 24 gardes Ninja et geishas en haut de 450 marches de ciment par 38°C ! Je tenais deux épées de samouraïs de 7 kilos chacune donc j'avais plutôt intérêt d'être à la hauteur pour cette scène ! Un vrai défi mais l'excitation ne vient pas sans challenge. Les cascades sont tout simplement formidables.” Mais n'aurait-il pas été plus simple d'engager des cascadeurs professionnels et de leur apprendreà interpréter leurs rôles ? Le producteur Jeremy Bolt précise : “D'abord et avant tout les acteurs se  devaient d'être des acteurs ; Cory et moi étions d’avis que l'interprétation était la priorité”. Kane Kosugi, ceinture noire de Tae Kwon Do et de Karaté avoue qu'il a baissé la guarde la première fois qu'il a rencontré ses partenaires féminines; quand je suis arrivé en Chine, on a eu une séance d'entraînement tous ensemble. Elles étaient vraiment au top. J'étais très surpris et j'ai commencé à m'entraîner encore plus ! 
Affiche personnage. Constantin Film Produktion GmbH
LA MÉTHODE YUEN
Chaque acteur anglophone avait un traducteur bilingue Anglais/Mandarin. Cory Yuen avait aussi un interprète pour l'assister, car il ne parle pas anglais couramment. Mais ce n'était pas un problème pour Jamie Pressly “J'arrivais à le comprendre sans interprète ; il est très charismatique. Un jour, nous avions une discussion sur une scène de combat ; le traducteur a commençé à traduire, mais je lui ai dit que ça n'était pas nécessaire. Je savais précisément ce qu'il voulait, sans même un seul mot.” Pour s'assurer toutefois que rien ne soit perdu via la traduction, Yuen mit au point un système de story-boards très élaborés pour illustrer les scènes de combat telles qu'il voulait les tourner : “J'ai eu besoin d'utiliser ses story-boards, parce que la plupart des acteurs n'étaient pas habitués à jouer en même temps” précise Yuen. “Ça aide à surmonter l’obsctacle du langage. Même si tu décris un mouvement, les acteurs ne comprennent vraiment ce que cela signifie visuellement qu’après avoir vu le story-board.” Chaque soir, les acteurs recevaient leur texte pour le lendemain accompagné d’un story-board sur lequel étaitprécisé en gros plans l’expression des visages. 
Jaime Pressly. TFM DistributionJaime Pressly. TFM DistributionDevon Aoki. TFM Distribution
LE TOURNAGE EN CHINE
Cory Yuen  a décidé de tourner DEAD OR ALIVE en Chine afin de garder une authenticité asiatique : “Dans le jeu, beaucoup de personnages sont d'origine asiatique et les costumes sont d'inspiration orientale ou japonaise ; de plus, je connais la Chine et je peux mieux contrôler la qualité et le budget ici”. La plus grande partie du tournage s'est déroulée dans les Studios Hengdian, qui s'étendent sur 25 km, sont dotés de 13 plateaux avec une reconstitution de la Cité Interdite dans laquelle a été tournée notamment le film Hero. Autre lieu de tournage, le Yuzi Paradise, à la périphérie de la ville de Guilin, est une région connue pour ses paysages fabuleux, sa végétation luxuriante et ses collines pentues de karst. Le chef décorateur James Choo a mis au point une esthétique qui combine les styles occidentaux et orientaux, qui rappellent aux fans qu'ils regardent Dead or Alive mais avec un nouveau mélange de cultures : “On a des scènes très différentes de grands palaces aux motifs orientaux intemporels avec des décors au style très occidental, comme l'intérieur d'un avion ou les quartiers généraux de DOA. Nous avons construit cela pour que l'attention du public aille du passé au présent, et également vers un futur inventif”. Le chef costumier Frank Helmer avait une équipe de 10 tailleurs qui créèrent environ 80% des costumes de toute pièce pour le film. Les matières utilisées fûrent essentiellement la soie et le lin. Les costumes des 200 combattants Ninja furent créés à partir d’un mélange de robes de coton avec des armures en cuir et en plastique moulé peint avec des détails d’époque, des écharpes de soie et des bandeaux.  Helmer s'est bien sûr inspiré des costumes des personnages du jeu Dead or Alive. Il s'est trouvé confronté à de multiples problèmes quand il a fallu adapter ces costumes à des acteurs de chair et de sang travaillant dans des conditions extrêmes : “Il fallait que les costumes puissent supporter les scènes d'action, la chaleur et l'humidité de la Chine en plein été. Certaines matières ont du être refusées elles auraient été très vite abîmées. Un jour cinq des ninjas se sont évanouis à cause de la chaleur...”. Le producteur Jeremy Bolt précise : “En tant que producteur occidental, vous êtes habitué à ce que les choses fonctionnent d'une certaine façon. Mais ici en Chine, il faut être souple. Les choses se font, mais pas toujours de la façon à laquelle vous avez pensé. Il faut être détendu mais en même temps prêt à tout !!!”.
Devon Aoki. TFM DistributionHolly Valance. TFM DistributionHolly Valance, Sarah Carter et Jaime Pressly. TFM Distribution
JAIME PRESSLY (TINA) Née en Caroline du nord, Jaime Pressly a grandi comme un véritable garçon manqué, adorant le ski nautique et la pêche ! Sa mère, professeur de danse classique, lui a appris les claquettes, le modern jazz, la danse classique et l'a encouragée à s'entraîner à la gymnastique. A l'âge de 13 ans, Pressly est inscrite dans une agence de mannequins et commence à travailler. Elle postule dans une agence internationale et commence à faire la couverture de plusieurs magazines pour adolescents. Pressly utilise ses talents de danseuse et de gymnaste dans la série télévisée de WB “Jack et Jill”. On peut également la voir aux côtés de Jason Lee dans la série “My Name is Earl”. Elle vient de terminer VENUS & VEGAS avec Donald Faison et Eddie Rose Thomas. Dans EVEL KNIEVEL, elle joue Evel, la femme de George Eads. Pressly a aussi joué récemment dans le film TORQUE de Neil Moritz, et a fait une apparition dans “Happy Family” sur NBC. Pressly joue le rôle de la pom-pom girl dans la comédie satirique “Not another Teen Movie”. On l’a également vue dans le rôle principal féminin de FILMWORKS de Ticker aux côtés de Dennis Hopper et Steven Seagal. Elle a également joué dans le film THE ADVENTURES OF JOE DIRT, avec David Spade, réalisé par Dennie Gordon et produit par Adam Sandler, et TOMCATS réalisé par Gregory Poirier. Pressly passe également beaucoup de temps en studio. Elle enregistre actuellement un album mixant blues, jazz et hip-hop.
Jaime Pressly. TFM Distribution 
SARAH CARTER (HELENA) Sarah Carter a passé toute son enfance à apprendre la danse au sein du Royal Winnipeg Ballet et a tenu les rôles principaux de beaucoup de comédies musicales telles que “Cats”, “Chorus Line” et “Into the Woods”. Après le lycée, elle étudie les beaux-arts en Suisse, avant de décider de se consacrer au théâtre à l’université Ryerson. Découverte par un directeur de casting de Vancouver durant l’été 2001, elle fait rapidement des apparitions dans des série télé comme “Dark Angel”, “Wolf Lake” et “The Twilight Zone”. Elle ne tarde pas alors à obtenir un rôle récurrent dans la série “Undeclared” et “Black Sash. En 2004, elle décroche le rôle d’Alicia dans la série “Smallville”. Sa carrière cinématographique commence à Vancouver. Sa première audition est sur le film ”Mindstorm” en août 2001. En janvier 2003, elle joue dans Final Destination III, suivi de Heaven de Bobby Roth’s Berkeley avec Orlando Bloom et de National Lampoon's Pledge This
Jaime Pressly. TFM Distribution
DEVON AOKI .(KASUMI) Après avoir été l'emblême internationale de Lancôme, Devon Aoki a commencé sa carrière d'actrice dans 2 FAST 2 FURIOUS de John Singleton. Elle a enchaîné avec SIN CITY de Robert Rodriguez, et D.E.B.S. présenté à Sundance en 2004. Devon débute sa carrière comme top-model à l’âge de 14 ans ; elle a fait des campagnes de publicité pour des marques telles que Shiseido, L’Oréal, Sun Systems, ou encore Toyota. Son travail dans la mode comprend des séries pour Harper’s Bazaar par Patrick Demarchelier, American Vogue par Steven Meisel, British Vogue par Mario Testino, W Magazine par Paolo Roversi, The Face par Ellen von Unwerth, French Vogue, Russian Vogue, I.D. Magazine et Dutch. Devon Aoki a également fait la couverture du numéro anniversaire d’Interview magazine par David La Chapelle. Elle a figuré dans de nombreuses campagnes pour Chanel par Karl Lagerfeld, Versace par Steven Meisel, Wella par Ellen von Unwerth, Cerrutti par Annette Aurell et Moschino. Elle a fait de nombreuses apparitions sur les podiums pour Thierry Mugler, Fendi, Gaultier, Givenchy, Ferretti, Ralph Lauren, Yves Saint Laurent, Bella Freud, Anna Molinari, Versace et Chanel.
Jaime Pressly. TFM Distribution
KANE KOSUGI (HAYABUSA) Fils de Sho Kosugi, le célèbre acteur japonais qui a lancé la vogue ninja dans le cinéma des années 80, Kane Kosugi a suivi les pas de son père et a commencé les arts martiaux dès l’âge de un an et demi ! Maîtrisant le karaté, le judo, le kendo, le tae kwon do et le wu shu, il remporte, entre 1977 et 1981, 38 titres de champion et ramène quelques 176 trophées dans diverses disciplines. Kosugi pratique également le football, le basket, le golf, le snowboarding, le skate board, le roller, la natation, la plongée et l’équitation... En 1997, Kane Kosugi a l’opportunité de travailler et d’apprendre avec son mentor Jackie Chan dans le film “Who Am I ?”. Il passe rapidement à des rôles de composition et joue dans une douzaine de films d’action chinois et japonais. Très célèbre au Japon, il est l’un des acteurs qui y fait le plus de publicités télévisées
Jaime Pressly. TFM Distribution
HOLLY VALANCE (CHRISTIE) Star du petit écran, pin-up auréolée de prix (Femme de l’année pour le magazine GQ) à Meilleur Nouvel Artiste (récompense de l’industrie musicale japonaise), Holly Valance a été repérée à 12 ans par une agence de mannequins et a débuté sa carrière avec un rôle dans la série australienne “Neighbours” à l’âge de 15 ans. Après 3 années dans le rôle de Flick, Valance enregistre quelques bandes démo, puis signe chez Warner Music. Son premier single “Kiss Kiss” sorti au printemps 2002 est un véritable succès se plaçant au top des hit parades; son premier album “Footprints” sort un mois plus tard et se classe dans le top 10 anglais. Suivent deux singles, “Down Boy” et “Naughty Girl”, qui précédent son retour en studio pour travailler sur son deuxième album “State of Mind” qui est sorti en Septembre 2003 est devenu disque d’or en Grande-Bretagne, en Australie et au Japon. Etudiante à la Leslie Kahn Dramatic School, elle a fait des caméo dans les séries “Prison Break”, “CSI Miami” et la série “Entourage”.
Holly Valance. TFM DistributionDevon Aoki. TFM DistributionDevon Aoki, Holly Valance et Jaime Pressly. TFM Distribution
SYNOPSIS : An adaptation of bestselling video game of the same name, "DOA : Dead or Alive". In this martial arts movie, four female fighters battle it out in a competition to the death on an exotic island. Featuring British ex-soap hunk Matthew Marsden supermodel Devon Aoki and ex-Neighbours pop strumpet Holly Valance.
Jaime Pressly. TFM Distribution
(BANDE ANNONCE VF 2006)


 

Voir les commentaires

MADE IN JAMAICA - Documentaire de Jérôme LAPERROUSAZ

Publié le

MADE IN JAMAICA (2006)

Documentaire de Jérôme LAPERROUSAZ

avec CAPLETON, ELEPHANT MAN, BUNNY WAILERS, BOUNTY KILLER, GREGORY ISAACS, TANYA STEPHENS, BERES HAMMOND, LADY SAW, JOSEPH CURRENT, ALAINE, DOC MARSHALL, BLESSED, BOGLE, SLY DUNBAR...

Hérold & Family

L'HISTOIRE :

Du ghetto au star system, Made in Jamaica expose le destin d'artistes exceptionnels. Le film présente, au travers des performances des pères du Reggae et des stars de la nouvelle génération rassemblés pour la première fois, la situation actuelle de cette île.
Made in Jamaïca met en scène les leaders des mouvements Reggae et Dance Hall, et montre comment, de l'esclavage et de la misère, naît dans une île de moins de trois millions d'habitants un chant de révolte qui résonne aux quatre coins du monde.
Le reggae est à la fois une musique de souffrance et d'espérance ; c'est le blues version Jamaïque.

Hérold & FamilyHérold & FamilyHérold & FamilyHérold & FamilyHérold & FamilyHérold & FamilyHérold & FamilyHérold & FamilyHérold & Family

 

Voir les commentaires

JE DETESTE LES ENFANTS DES AUTRES (BANDE ANNONCE 2007) avec Élodie Bouchez, Valérie Benguigui

Publié le

JE DETESTE LES ENFANTS DES AUTRES

 

de Anne FASSIO

avec Valérie BENGUIGUI - Axelle LAFONT - Elodie BOUCHEZ - Lionel ABELANSKI - Arié ELMALEH - Eric SAVIN - Anne FASSIO

Je déteste les enfants des autres !

SYNOPSIS : Des vacances entre amis : soleil, bonheur et farniente en perspective …
Oui mais difficile de supporter les enfants des autres, surtout quand les méthodes d’éducation s’opposent, que les gamins cristallisent les différences de styles de vie des adultes, et que certains s’avèrent insupportables !

Elodie Bouchez et Axelle Laffont. SND

 

 

L’histoire de JE DÉTESTE LES ENFANTS DES AUTRES est venue petit à petit à Anne Fassio, scénariste, comédienne et réalisatrice : " Il y a longtemps que je fais des spectacles, des courts métrages sur la famille, des rapports de fratrie, des rapports parents-enfants. Autour de moi dès que l’on aborde le thème de l’éducation, comme pour la politique, les conversations s’enflamment. Par ailleurs, louer une maison à plusieurs familles est un des modes de vacances les plus courant, alors conjuguer problèmes d’éducation et promiscuité, quelle aubaine …Et ce fut le coup de foudre pour Caroline Adrian, productrice : " On a immédiatement été séduits par l’histoire, le ton d’Anne et le titre JE DÉTESTE LES ENFANTS DES AUTRES. Nous n’avions pas souvenir de films qui évoquent cette question du regard que chacun porte sur l’éducation des autres... Et vice-versa. Et l’on s’est dit : Mais c’est dingue que personne n’ait jamais pris ce sujet à bras le corps. ". " Je crois que nous sommes aussi arrivés à un moment de notre vie où ce thème nous touche, poursuit Antoine Rein, producteur. Nous avons tous les deux des enfants – séparément, d’ailleurs !– et on se pose tous les deux des questions sur leur éducation et comment la parentalité affecte les relations avec nos proches. Et dès que j’évoque auprès d’amis l’histoire de JE DÉTESTE LES ENFANTS DES AUTRES, la réaction est la suivante : C’est exactement ça ! " Caroline Adrian a surtout été enthousiasmée par le ton d’Anne Fassio, loin de tout manichéisme. " Le scénario est à la fois très drôle et douloureux d’une certaine manière. Car ces différences d’approche dans l’éducation des enfants, ça finit par casser les amitiés. Et ça peut être assez violent. Ce n’est donc pas une franche comédie, c’est assez poil à gratter. Et c’est vraiment Anne qui a amené cette subtilité. "

 

 

JE DÉTESTE LES ENFANTS DES AUTRES n’est pas qu’une simple comédie. Le film soulève de véritables questions d’ordre sociologique. " Pour notre génération, l’arrivée des enfants est difficile à concilier avec les amis de longue date avec qui les relations se sont établies sans contraintes, sans impératifs d’horaires ", note Caroline Adrian. " Sans oublier la mauvaise foi qu’ont souvent les parents (y compris nous bien entendu) avec leurs enfants, la protection systématique qu’ils leur accordent, l’injustice même, parfois, dans laquelle ils tiennent les autres ", précise Antoine Rein. " Tout cela peut être très agaçant pour les amis des parents en question. D’où les tensions et les incompréhensions, ce qui est à la fois intéressant dans la dramaturgie et identifiant. En un mot, un fossé peut s’installer ". " C’est d’autant plus vrai que des amis de longue date - comme c’est le cas dans le film -, qui ont passé leur vie ensemble de 20 à 35 ans, ont forcément l’impression d’avoir tout en commun : des valeurs, une culture ", poursuit Caroline Adrian. " Et l’arrivée des enfants révèle d’eux une autre facette... que l’on n’apprécie pas forcément ! ".

La génération des 35/40 ans refuse de vieillir ! " Ces parents se retrouvent face à des enfants qui cherchent leurs limites et ils ne savent franchement pas les poser car ils n'arrivent pas à trouver leur rôle d'adulte, explique Anne Fassio. À l’époque de nos grands-parents, voire de nos parents, chacun avait un rôle précis : ces deux mondes des enfants et des adultes ne se côtoyaient pas tellement. En tout cas, je n'ai pas le souvenir d'avoir été envahie par les soucis de mes parents, d'avoir assisté à leur intimité ou à leur vie professionnelle. De nos jours, les adultes sont plus bousculés, leur environnement est plus instable. Je pense que les enfants ne sont pas épargnés car les adultes parlent beaucoup en leur présence. Et, de ce fait, ils " participent " très tôt à des conversations d’adultes, des inquiétudes de grands, telles que le chômage, etc. Inconvénient : ils ne sont plus protégés. Avantage : ils développent vite une force, une indépendance et un regard très pertinent sur les choses. J’ai voulu montrer d’un côté cette acuité de l’enfant et de l’autre, les errements des adultes, leur immaturité... Pas toujours assumée d’ailleurs ! ".

SND

LE CASTING.

Dans un film choral, qui plus est avec des enfants, le casting se révèle forcément un vrai casse-tête ! Ce que confirme volontiers Anne Fassio : " Il me fallait des acteurs avec une énergie très différente, des personnalités bien définies, bien tranchées. Pour savoir qui est qui, qui fait quoi, avec autant de personnages, tout doit être très clair. Il est même arrivé, à la fin du tournage, que les acteurs me disent : "Cette réplique n’est pas pour moi mais plutôt pour lui ! " ou " Mon personnage ne ferait pas ça ". Chaque acteur amenait son univers. On a l’impression d’une évidence alors que c’est le fruit d’une longue réflexion, j’ai eu la chance que mon scénario plaise à des acteurs formidables… drôles et touchants. De vraies rencontres ! ". " Il fallait surtout ne pas se tromper sur le casting des enfants ", complète Antoine Rein dans le même esprit. " En terme d’âge, d’énergie, de tempérament, il fallait qu’ils se répondent. "

Je déteste les enfants des autres ! - Elodie Bouchez et Axelle Laffont

UN FILM CHORAL.

Il y a souvent douze personnes dans le cadre, douze personnes à faire exister tout en gardant un rythme fluide : un challenge qui n’a pas effrayé le moins du monde la réalisatrice, même pour un premier long métrage. " J’ai eu une équipe solide, enthousiaste, très impliquée et le bonheur de travailler avec Philippe Cohen Solal (compositeur et leader du groupe Gotan Project), sa musique apporte énormément au film. Je regarde beaucoup de comédies. J’aime aussi bien Almodovar que Woody Allen ou la comédie italienne d’après-guerre". Concernant la fluidité, elle revendique l’influence d’Altman et de son superbe Gosford Park. " Dans ce film, à chaque scène, un personnage en introduit un autre, ce qui conduit à la scène suivante. C’est vertigineux. Le travail d’Altman, ce procédé, cette chorégraphie m’ont beaucoup aidée à trouver ma propre musique ", analyse-t-elle.

 

Elodie Bouchez. SND

 

 

 

(BANDE ANNONCE)

 

 

 

Voir les commentaires

NEW DELIRE, LES AVENTURES D'UN INDIEN DANS LE SHOW-BIZ (BANDE ANNONCE 2006)

Publié le par ERIC-C

NEW DELIRE, LES AVENTURES D'UN INDIEN DANS LE SHOW-BIZ

Comédie française de Eric LE ROCH (LE SOLEIL AU DESSUS DES NUAGES)

avec les voix de : Pascal LEGITIMUS - Jean-Marie BIGARD - Hélène de FOUGEROLLES - Mathilda MAY - Luis REGO - Charlotte de TURCKHEIM - Simon ABKARIAN - Serge HAZANAVICIUS

New délire, les aventures d'un Indien dans le show-biz

L'HSITOIRE :

Prenez un film Bollywood : Saajan Chale Sasural
Enlevez le son et la musique,
Ré-écrivez une nouvelle histoire,
Ré-inventez les dialogues,
Re-tournez de nombreux plans,
Re-montez le film,
Composez une bande sonore originale et étonnante,
Demandez à des comédiens aguerris et connus de doubler les personnages,
Rajoutez une centaine d'effets spéciaux.
Et vous obtenez New Délire, les aventures d'un Indien dans le Show-biz.
Un film d'une heure vingt-cinq où l'amour, la haine, la joie, la tristesse, les hommes, les femmes, les avions, les vikings, un golfeur et un huissier s'expriment pour donner un sens philosophique nouveau à la dramaturgie du cinéma français.

New délire, les aventures d'un Indien dans le show-biz - Pascal Légitimus et Eric Le Roch

New délire, les aventures d'un Indien dans le show-biz - Govinda

New délire, les aventures d'un Indien dans le show-biz - Govinda

New délire, les aventures d'un Indien dans le show-biz - Govinda

(BANDE ANNONCE 2006)



Voir les commentaires

HOSTEL CHAPITRE 2 de Eli ROTH avec Jay HERNANDEZ - Roger BART - Richard BURGI - Edwige FENECH

Publié le

HOSTEL CHAPITRE 2

de Eli ROTH (HOSTEL)

avec Jay HERNANDEZ - Roger BART - Richard BURGI - Edwige FENECH

(FILM INTERDIT AUX MOINS DE 16 ANS)

L'HISTOIRE : 

Alors qu'elles sont en vacances en Europe, Beth, Lorna et Whitney, trois jeunes Américaines, rencontrent une superbe femme. Celle-ci se propose de leur faire découvrir pour un week-end un établissement de cure où elles pourront se reposer et s'amuser. Attirées par cette offre, les trois jeunes femmes la suivent et tombent dans son piège. Livrées à de riches clients associant l'horreur au plaisir, les trois jeunes femmes vont vivre un cauchemar absolu...

Affiche américaine. Lions Gate Films Inc.

Lauren German. Gaumont Columbia Tristar Films

Lauren German. Gaumont Columbia Tristar Films

RAPPEL DU PREMIER HOSTEL :

Deux étudiants américains, Paxton et Josh, ont décidé de découvrir l'Europe avec un maximum d'aventures et de sensations fortes. Avec Oli, un Islandais qu'ils ont rencontré en chemin, ils se retrouvent dans une petite ville de Slovaquie dans ce qu'on leur a décrit comme le nirvana des vacances de débauche : une propriété très spéciale, pleine de filles aussi belles que faciles...
Natalya et Svetlana sont effectivement très cools... un peu trop, même. Paxton et Josh vont vite se rendre compte qu'ils sont tombés dans un piège. Ce voyage-là va les conduire au bout de l'horreur...

Gaumont Columbia Tristar Films

 

Voir les commentaires

DELIRIOUS (BANDE ANNONCE VOST 2006) avec MICHAEL PITT, Alison LOHMAN

Publié le par ERIC-C

DELIRIOUS

Comédie dramatique américaine de Tom DiCILLO (BOX OF MOONLIGHT - UNE VRAIE BLONDE - BAD LUCK)

avec Steve BUSCEMI - Michael PITT - Alison LOHMAN - Gina GERSHON

Delirious

L'HISTOIRE : Les Galantine, paparazzo new-yorkais, traque les people et rêve d'obtenir la photo exclusive qui le rendra riche et lui assurera aussi une véritable reconnaissance professionnelle.
Lors d'une planque à la poursuite de la jeune pop star K'harma Leeds, il rencontre Toby, jeune SDF un peu paumé, et accepte de l'aider en l'engageant comme assistant.
A la suite d'un improbable concours de circonstances, Toby entame une liaison avec K'harma Leeds.
Qu'adviendra-t-il de l'association entre les deux hommes ?

Delirious - Michael Pitt

NOTE D'INTENTION DU REALISATEUR

 

Notre monde est de plus en plus fasciné par la célébrité et le show business, et je suis moi-même de plus en plus fasciné par cette fascination. C’est le point de départ de DELIRIOUS. Je n’ai pas voulu faire un film sur la célébrité ni sur le monde du spectacle. J’ai choisi cet univers comme toile de fond pour décrire une histoire qui parle des fragilités et des émotions du monde d’aujourd’hui. Partout où je pose mon regard, je vois une schizophrénie incroyable ; d’un côté des personnes « importantes » et de l’autre, des personnes jugées « sans grande valeur ». Tout le monde semble aspirer à la célébrité tout en ayant, le plus souvent, une piètre opinion de soi. La célébrité, c’est l’estime suprême venant du monde extérieur. Si le monde entier vous juge important alors vous l’êtes ; peu importe l’opinion que vous avez de vous-même. Pour moi, le vrai défi consiste à déterminer ce qui en nous a de la valeur. Ceux qui n’ont aucune estime d’eux-mêmes sont profondément malheureux et c’est de ce gouffre émotionnel qu’émergent les comportements les plus désespérés. C’est pourquoi j’ai choisi un paparazzo comme personnage central. Les paparazzi occupent l’échelon le plus bas dans le monde des célébrités, se nourrissant littéralement d’elles. Ils sont généralement perçus (et représentés) comme l’archétype de la médiocrité. Pourtant, j’ai trouvé cette schizophrénie chez tous les paparazzi : ils pensent être en tous points l’égal des stars qu’ils épient, tout en étant convaincus qu’ils sont aussi médiocres qu’on le dit. Plus je le constatais, plus j’avais envie d’étudier cette schizophrénie et de pénétrer leur univers. C’est ainsi que le personnage de Les Galantine est né, me permettant d’utiliser sa schizophrénie comme miroir de celle du monde. Je crois aussi que certaines personnes conservent une véritable innocence en elles. Celles-ci parviennent toujours à aller de l’avant et à garder comme une lueur d’espoir et de confiance même dans les pires situations. Elles attirent instinctivement les autres qui désirent désespérément absorber une part de leur beauté et leur force. C’est ce qui est à la base de l’interminable et perpétuel cycle de création de nos stars les plus adulées.  Ce sont de vraies divinités populaires. Et c’est ainsi que Toby Grace a vu le jour, sa divinité clairement visible au travers de ses haillons. C’est ainsi que le mythe du conte de fées est devenu la structure du film. Toby est l’innocent égaré dans la dangereuse forêt, tandis que Les est le troll malfaisant qu’il rencontre sur son chemin. K’harma est la princesse en détresse sauvée par Toby. Les Galantine donne un coup de main à Toby, mais son aide a un prix. L’enthousiasme de Les devient possessif et Toby comprend qu’il a besoin de s’en libérer pour survivre. L’idée de la famille et de ses tentacules étouffantes de culpabilité et d’obligations m’intéressait beaucoup. Dans le film, toutes les relations familiales sont endommagées. Les continue cependant de rechercher l’approbation de ses parents. Ironiquement, c’est Toby, malgré l’horreur du foyer où il a grandi, qui aide Les à saisir la futilité de sa démarche. J’étais résolu à tourner le film à New York. A l’ombre des gratte-ciels étincelants, là où vivent les gens les plus désespérés. J’ai choisi des lieux soulignant ces deux aspects de la ville : Times Square de nuit, le métro, des hôtels chics, des appartements insalubres. La ville devient la forêt ; profonde, impénétrable, à la fois magnifique et terrifiante. Deux films m’ont beaucoup inspirés ; MACADAM COWBOY et QUATRE GARÇONS DANS LE VENT. J’ai essayé de trouver ma propre version de la beauté qui suinte de chaque plan de MACADAM COWBOY. Parallèlement, j’ai tenté d’insuffler à DELIRIOUS l’énergie et l’émerveillement de QUATRE GARCONS DANS LE VENT. Les deux films ont de nombreux éléments humoristiques, même si, dans MACADAM COWBOY, ils viennent précisément du désespoir des personnages. Il était important pour moi de ne pas faire de Les ou de Toby des stéréotypes unidimensionnels. J’ai pris soin de donner aux deux personnages des éléments à la fois troublants et attirants. Je souhaitais particulièrement suggérer que Toby n’était pas entièrement naïf. Après tout, il utilise aussi bien Les que Dana (Gina Gershon) pour avancer dans sa carrière. Personne n’est totalement innocent dans ce milieu. Mais Les est mon héros, son désespoir et ses luttes intérieures sont le miroir des nôtres. Alors que Toby disparaît dans la lumière de la célébrité, Les reste seul dans la mouise…

Tom DiCillo

New York

Septembre 2006

 

Delirious - Michael Pitt

NOTES DE LA PRODUCTION

13 Novembre 2005, New York. 4h30 du matin, premier jour de tournage. Tom DiCillo est debout, seul dans la rue noire, attendant que le soleil se lève. Il a écrit le scénario quatre ans auparavant. Lorsqu’on lui demande ce qui a pris si longtemps pour passer du papier à l’écran, DiCillo finit sa cinquième bière de la matinée et casse la bouteille sur le crâne du journaliste. Plus tard, à l’hôpital pendant que l’on soigne le journaliste, DiCillo s’ouvre un peu. « Financer un film indépendant c’est sauter par-dessus bord au milieu de l’océan. Tout ce que vous pouvez faire, c’est nager en espérant que vous allez toucher terre ou apercevoir un bateau avant que les requins ne vous attrapent. » Le bateau, dans le cas de DELIRIOUS vint sous la forme de Peace Arch Entertainment. DiCillo et le producteur Robert Salerno présentèrent le film à John Flock en 2004 et Peace Arch s’engagea à financer le film. Trois des rôles principaux étaient déjà en place. « J’ai écrit le rôle de Les pour Steve Buscemi, » déclare DiCillo. « J’avais déjà travaillé avec lui sur CA TOURNE A MANHATTAN et j’étais tombé « amoureux » de l’acteur comme de la personne. Je voulais lui écrire un grand rôle. Je souhaitais faire ce film avec un acteur avec qui je serais impatient de travailler tous les jours. » DiCillo affirme que l’aptitude unique de Steve Buscemi à être à la fois dramatique et hilarant le rendait irremplaçable pour ce rôle. Pour interpréter le rôle de Toby Grace, le jeune sans-abri qui devient une star, « Il me fallait quelqu’un avec une innocence et un charme naturels. » précise Tom DiCillo. « Ces qualités sont extrêmement difficiles à jouer. » Il s’enthousiasma pour le jeune acteur Michael Pitt après l’avoir vu dans plusieurs films et l’avoir rencontré en personne. « Je savais que Michael était mon homme dès que je l’ai vu. Il a cette authenticité en lui, une histoire intérieure qui transparaît dans le regard. Toby n’est pas faux. Sa vie n’est pas une blague. » Pour le rôle de K’harma, la jeune star de la pop qui capture le coeur de Toby, Alison Lohman était le premier choix de DiCillo. Il avait été impressionné par son travail sur BIG FISH et en particulier LES ASSOCIES. « Je voulais une jeune femme qui soit en quelque sorte le complément de Toby, » explique DiCillo. « K’harma a une certaine innocence bien réelle. C’est une part importante de ce qui fait d’elle une star. Malheureusement les exigences de sa profession abîment chaque jour davantage cette innocence qu’elle est sur le point de perdre quand elle rencontre Toby. » Alison Lohman a immédiatement accepté de jouer le rôle. « K’harma est une jeune star de la pop traquée par les tabloïds, mais même exploitée et abusée, elle n’a pas entièrement perdu sa vulnérabilité ou son espoir, c’est pourquoi Toby a une telle emprise sur elle. Sa pureté, sa liberté, et sa bienveillance instinctive lui rappellent constamment qu’elle est enfermée dans son étrange bulle de célébrité. » C’est Steve Buscemi qui a proposé à Elvis Costello de lire le scénario. DiCillo était depuis toujours un grand fan : « J’ai ressenti la même nervosité balbutiante que Les dans la scène avec Elvis lorsque je l’ai rencontré pour la première fois. Costello est un vrai pro. Il a rejoint l’équipe avec beaucoup de ferveur et d’enthousiasme. » Il a également contribué à une des chansons favorites de DiCillo, utilisée pour le générique de fin du film. La relation centrale du film est celle entre Les et Toby. Pour Steve Buscemi, ce sont les interactions entre les deux personnages qui font de DELIRIOUS une histoire irrésistible. Les et Toby voient le monde des célébrités de deux perspectives très différentes. « J’étais très attiré par le lien entre ces deux personnages étranges que sont Les et Toby, » explique Steve Buscemi. « Ils n’ont rien de semblable, mais se complètent en quelque sorte, s’entraident et au final se détruisent pratiquement l’un l’autre. » « J’adore travailler avec Tom DiCillo, » dit Buscemi. « Il est un des seuls véritables cinéastes indépendants de nos jours. Cela faisait longtemps que nous n’avions pas travaillé de manière si rapprochée, et j’en ai apprécié chaque minute. » Michael Pitt a adoré le scénario de DELIRIOUS et a accepté le rôle de Toby sans réserve : « Tom a écrit une ingénieuse histoire d’ascension de la pauvreté vers la gloire, une histoire d’amitié et d’amour; DELIRIOUS est un film qui peut aussi faire rire. L’innocence de Toby associée au cynisme maladroit de Les créent de nombreux moments comiques. » « Je voulais essayer quelque chose de différent avec ce film, » confie DiCillo. « Bien souvent dans ce processus, le moyen lui-même étouffe la spontanéité. Avec des acteurs comme Steve et Michael, je voulais mettre en place une façon de filmer qui leur donne une liberté de mouvement et d’improvisation. Le chef opérateur, Frankie DeMarco, et moi avons décidé que toutes les scènes avec Les et Toby seraient en caméra portée. Mais je voulais tout de même que le cadrage ait une certaine élégance et soutienne la structure de base du film - celle d’un conte de fées contemporain. » « On a travaillé à une vitesse hallucinante, » admet DeMarco. « 25 jours pour un film aussi détaillé était un vrai challenge. Mais vous entrez dans le rythme et vous n’arrêtez pas de résoudre des problèmes créatifs 50 fois par seconde. Et la plupart du temps nous étions soit dans le vrai, soit extrêmement chanceux. » DiCillo décapsule une autre bière et pousse un soupir. A la lueur de l’aube, il est difficile de dire s’il est fatigué, profondément ému, ou simplement ivre. « Nous avons tourné l’ensemble de la séquence d’ouverture en un seul jour. Pour moi, il était crucial que l’on obtienne les plans de Toby dans le métro. Je prends le métro tous les jours et le train en marche est un des éléments les plus basiques de la vie new-yorkaise. Juste avant le moment où nous avions prévu de tourner, le métro s’est mis en grève. Puis à la dernière minute, lorsque nous allions annuler la scène, la grève a cessé. DeMarco, Pitt et moi nous sommes faufilés dans le train à minuit. Seulement nous trois. Et nous avons tourné la scène entière jusqu’à 4 heures du matin. »

 

 

Delirious - Steve Buscemi

STEVE BUSCEMI (PAPARAZZO NEW-YORKAIS)

Steve Buscemi jure qu’il n’attaque pas les paparazzi mais qu’il cherche à s’identifier à eux. Pour se préparer, il est même devenu un pro de la photo clandestine le temps d’une nuit. « J’ai appris à tenir un appareil et quel objectif utiliser, » dit-il, allongé sur un canapé en cuir, en gilet noir, dans un studio de photo du Village. « Puis je suis sorti. » Sa première mission : le défilé de lingerie de Victoria’s Secret. « Je me suis retrouvé à porter ce déguisement vraiment ridicule : une mauvaise perruque et un béret. J’ai mis un oreiller sous ma chemise. Je me suis fourré des mouchoirs dans la bouche. » C’est ainsi qu’un Steve Buscemi gros, joufflu, et vaguement français balança un appareil autour de son cou et commença à espionner les modèles de lingerie. Pour commencer, un vrai guide pour paparazzo l’emmena sous la grande tente. « Et dès que nous sommes rentrés à l’intérieur, j’ai entendu quelqu’un dire ‘Ca ne serait pas Buscemi lui ? Qu’est ce qu’il fait là ? ’ » dit-il en secouant la tête. L’acteur fut plus chanceux dans son rôle à l’extérieur, où il put s’imprégner de l’ennui de ses congénères. « J’ai pu avoir une petite impression du temps qu’ils passent à attendre. Alors je comprends que lorsqu’une célébrité t’envoie valser sans s’arrêter, tu te dises, ‘ C’est quoi ce bordel ?! Allez, j’ai attendu tout ce temps… DiCillo raconte que Buscemi a initialement refusé le rôle de DELIRIOUS car dans une première version du scénario son personnage était irrachetable – ce qui montre probablement combien Buscemi s’est battu au fil des années pour rendre humains sa galerie de fous et d’excentriques. DiCillo ajoute que Buscemi « a aussi pu être un peu effrayé par ce rôle, parce que c’est un rôle important qui lui permet d’exprimer franchement cette émotion que l’on devine dans tous ses rôles. On sait à quel point il est doué pour être à la fois colérique ou drôle dans un film. » Sur l’analyse de son personnage, Steve Buscemi fait un parallèle avec le film qu’il vient de réaliser INTERVIEW. Il y joue un journaliste politique contraint par son rédacteur en chef d’interviewer une star de série télévisée. En effet, les deux films « traitent de la nature de la célébrité, » mais ce n’est pas vraiment ce qui l’a intéressé. « Je pense que mes deux personnages sont à la recherche d’une connexion avec les gens, mais ils ont des tendances autodestructrices qui mettent en péril toutes les relations qu’ils ont réussi à établir. » Extraits d’un article de Logan Hill paru dans le New York Magazine, le 22 janvier 2007.

 

  

Delirious - Alison Lohman

 

Delirious - Michael Pitt

Delirious - Michael Pitt et Alison Lohman

Delirious - Gina Gershon

Delirious - Steve Buscemi et Michael Pitt

 

(BANDE ANNONCE VOST 2006)

 

‘



Voir les commentaires

TENACIOUS D IN THE PICK OF DESTINY (2005) avec Jack BLACK, Meat LOAF, Ben STILLER

Publié le par ERIC-C

TENACIOUS D IN : THE PICK OF DESTINY
Comédie musicale américaine de Liam LYNCH
avec Jack BLACK - Meat LOAF - Kyle GASS - Tim ROBBINS - Ben STILLER - David KRUMHOLTZ
 
Tenacious D in : The Pick of Destiny
L'HISTOIRE : 
Pas de chance pour le jeune JB. Il est passionné de rock'n'roll dans une famille ultra religieuse qui considère cette musique comme l'oeuvre du diable. Lorsque son père lui colle une raclée en arrachant tous les posters de ses idoles, JB s'enfuit et part pour Hollywood y chercher le secret du rock'n'roll...
Tenacious D in : The Pick of Destiny - Kyle Gass et Jack Black
Tenacious D in : The Pick of Destiny - Kyle Gass et Jack Black
Tenacious D in : The Pick of Destiny - Jack Black
Tenacious D in : The Pick of Destiny - Kyle Gass et Jack Black
Tenacious D in : The Pick of Destiny - Kyle Gass et Jack Black
Tenacious D in : The Pick of Destiny - Kyle Gass et Jack Black
 
(BANDE ANNONCE VF 2005)

Voir les commentaires

THE BUBBLE (2003) de Eytan FOX (Ha- The Bubble)

Publié le par ERIC-C

THE BUBBLE (Ha- The Bubble)
Film dramatique franco/israélien de Eytan FOX (TU MARCHERAS SUR L'EAU)
avec Ohad KNOFLER - Youssef (Joe) SWEID - Daniella WIRCER - Alton FRIEDMANN - Zion BARUCH
 
The Bubble
L'HISTOIRE : 
Trois jeunes Israéliens, Noam, disquaire, Yali, gérant de café, et Lulu, vendeuse dans une boutique de produits de beauté, partagent un appartement dans un quartier branché de Tel-Aviv, symbole de cette "bulle", surnom donné à la ville.
Dans ce cocon quasi déconnecté de la réalité des territoires et des conflits politiques qui agitent le pays, ils mènent une existence tout à fait ordinaire, préférant se concentrer sur leur vie amoureuse.
Leur quotidien va pourtant être bouleversé par l'arrivée d'Ashraf, un Palestinien dont Noam tombe amoureux lors d'un incident au Check Point de Naplouse.
The Bubble

The Bubble The Bubble - Yousef Sweid et Ohad Knoller

Biographie
Eytan Fox (réalisateur, scénariste)
Eytan Fox est né à New York en 1964. Il s’installe en Israël avec sa famille alors qu’il est enfant. Il grandit à Jérusalem. Après son service militaire il étudie à l’école de cinéma de Tel Aviv. Son premier film, Time Off (1990), un moyen métrage de 45 minutes, sur le problème de l’identité sexuelle au sein de l’armée israélienne a remporté de nombreux prix.
Son premier long métrage, Song Of A Siren, est une comédie romantique sur la vie à Tel Aviv pendant la guerre du Golfe. Le film a remporté un grand succès auprès du public israélien. Entre 1999 et 2000 il dirige Florentine, une série pour la télévision, sur la vie des jeunes à Tel Aviv, avant et après l’assassinat du rabin. En 1998, il réalise Gotta Have Heart, un drame musical pour la télévision. En 2002, il tourne Yossi Et Jagger, présenté au festival de Berlin. En 2004, il retourne au festival de Berlin avec Tu Marcheras Sur L’Eau, un succès qui lui valut une notoriété internationale.
 
Gal Uchovsky (scénariste et producteur)
En 1988, Gal Uchovsky rencontre Eytan Fox, qui vient de finir ses études de cinéma. Il commence à collaborer avec lui d’abord en charge de la BO, sur Time Off et Song Of A Siren puis comme co scénariste sur la série Florentine et Gotta Have Heart. C’est avec Walk On The Water, que se concrétise leur union. Ils mettent en chantier Yossi And Jagger, que Gal Uchovsky produit, tout en continuant à être en charge de la B.O.
Après 20 ans de carrière comme journaliste, critique, scénariste, personnalité de la télévision, et maintenant producteur, Gal Uchovsky, 44 ans est aujourd’hui reconnu comme une des voix incontournables d’un Israël contemporain.
En tant qu’expert de la culture israélienne, Uchovsky a été chargé de programmes télévisuels hebdomadaires sur l’art, le cinéma, la musique et la littérature. En tant que journaliste culturel, Uchovsky est une des voix de la révolution des médias, intervenue en Israël dans les années 80, connue pour rendre l’atmosphère militariste, plus ouverte, plus civile et cosmopolite.
 
The Bubble - Alon Friedman, Daniela Virtzer et Ohad Knoller
The Bubble - Yousef Sweid, Daniela Virtzer, Alon Friedman et Ohad Knoller
The Bubble

Voir les commentaires

MIKEY AND NICKY avec John CASSAVETES - PETER FALK - Ned BETTY

Publié le

MIKEY AND NICKY (1976)

de Elaine MAY

avec John CASSAVETES - PETER FALK - Ned BETTY - Rose ARRICK - Carol GRACE - William HICKEY - Sanford MEISNER - Danny KLEIN

Mikey and Nicky

L'HISTOIRE : 

Nicky apprend que la mafia a mis sa tête à prix après avoir volé le parrain. Il appelle Mickey qui comme toujours vient le tirer d'affaires. Mickey l'aide à surmonter sa paranoïa et son
angoisse. Il réussit à le sortir de l'hôtel où il se terre et propose un plan pour s'enfuir. Mais Nicky n'arrête pas de changer d'avis et maintenant un tueur est à leurs trousses. Alors qu'ils
doivent sauver leur peau, les deux amis s'interrogent sur la trahison, le regret et le sens de leur amitié.

Mikey and Nicky - John Cassavetes et Peter Falk

Mikey and Nicky - John Cassavetes

Mikey and Nicky - Peter Falk

 

 

Voir les commentaires

QUEER AS FOLK (BOF CLIP TV)

Publié le par ERIC-C

 QUEER AS FOLK (B.O. CLIP)
Warner Bros.
.


Voir les commentaires

<< < 1 2 3